Publié dans anti-héros, énigmes historiques, Henri Loevenbruck, Le Testament des Siècles, Passion thriller, thriller ésotérique

Passion thriller: Le Testament des siècles, Henri Loevenbruck.

L’auteur:henri-loevenbruck

Henri Loevenbruck est un écrivain, chanteur et compositeur français né le 21 mars 1972 à Paris. Auteurs de thrillers, de romans d’aventures et de fantasy, il écrit également des chansons pour lui ou pour d’autres interprètes français.

 

Le roman:telechargement-1

 

Le Testaments des siècles , un thriller publié en 2003, écrit à la première personne, propose un savant mélange de scènes d’action au suspense haletant, de scènes d’introspection de la part du personnage principal, Damien Louvel, de discussions et de recherches au sujet de l’enquête dont le fil conducteur est de suivre les nombreuses pistes afin de répondre à cette question: le Christ a-t-il laissé un dernier message à destination de l’humanité? Si oui lequel? Les rebondissements ont pour fonction de faire progresser l’intrigue. Sans être original ni novateur, il se laisse néanmoins lire jusqu’au bout.

Les thèmes: 

Les allusions historiques qui émaillent le récit, l’érudition distillée à doses homéopathiques permettent au lecteur de mieux comprendre l’objet complexe de ce roman sans en alourdir le style: l’auteur évoque des thèmes aussi divers que la théorie du complot; les mathématiques et les arts dans la nature ( citation de la page 284:  » Albrecht Dürer pensait qu’il y a un rapport étroit entre la géométrie et l’esthétique. L’art est déjà dans la nature, dans la beauté des lois naturelles, harmonie, géométrie, arithmétique… »); les Esséniens; le mystère caché de la Joconde; l’art de la peinture de Léonard de Vinci – le sfumato; le symbolisme complexe de Mélancholia; le lien entre Dürer et de Vinci…

esotrisme-1
Esotérisme

Bien que certains de ces thèmes soient éculés et revisités, le roman n’en dégage pas moins une atmosphère d’ésotérisme et de mystère qui tient le lecteur en haleine avec un certain brio, loin du tapage commercial du  » Da Vinci code », montrant l’étendue de l’érudition d’Henri Loevenbruck et sa maîtrise incontestable de l’écriture.

L’intrigue: 

Le roman s’ouvre par un prologue, devenu banal dans ce genre de thriller, qui se déroule dans le désert de Judée, dans un monastère perdu au milieu d’un paysage désolé. Le monastère est incendié par un groupe de dix hommes qui, une fois leur forfait accompli, reparte avec un trésor. Lequel, mystère? Le but de ce genre de prologue étant plus de poser des questions que de poser des jalons…

esseniens
Esséniens

 

Installé aux États-Unis, Damien Louvel, suite au décès tragique et soudain de son père,  rentre en France. Après les obsèques, il se rend à l’appartement parisien de ce dernier: tous les livres que son père possédait, sa collection inestimable de trésors tels que des éditions originales, des estampes, des reliures précieuses, tout a été vendu pour financer l’achat d’une maison située à Gordes, village pittoresque du Vaucluse. Damien, qui connaissait la passion de son père pour les livres anciens, ne comprend pas. Il découvre alors que celui-ci recherchait un mystérieux objet – la pierre de lorden.

gordes
Gordes

Décidé à percer le mystère qui entoure les dernières années de la vie paternelle, Damien poursuit ses investigations et se lance dans un en-quête qui va bouleverser sa vie à jamais et le mener sur la pistes des Templiers, des francs-maçons, d’Albrecht Dürer en passant par le mystère qui entoure le célébrissime tableau de Léonard de Vinci, la Joconde et le message crypté laissé par le Christ lui-même, deux mille ans plus tôt.

Sans adhérer vraiment à cette intrigue jalonnée des clichés habituels aux thrillers ésotériques tels que le beau gosse trentenaire installé aux USA qui rencontre l’amour au milieu des fusillades, des courses-poursuites échevelées, l’enlèvement de sa bien-aimée, une société secrète aux motivations peu orthodoxes, au final il faut reconnaître que ce roman sort du lot: le rythme est soutenu, le style agréable, les chapitres s’enchaînent harmonieusement, le suspense est maintenu jusqu’au bout…Bref, le lecteur, même sceptique, ne s’ennuie pas.

Eléments de mystère:

  • Le sous-sol de la maison de Gordes:  » Au milieu de cette pièce humide et sombre, deux grands planches posées sur des tréteaux supportaient elles aussi de hautes tours d’ouvrages anciens et modernes, certains encore ouverts, d’autres menaçant de faire écrouler la structure toute entière. (…) Un à un, je vis les titres des ouvrages entassés sur les deux tréteaux. Il y avait d’abord de nombreux livres d’histoire; je remarquai pêle-mêle des titres comme L’Eglise des premiers temps ou Jésus en son temps, Les Arabes dans l’Histoire, Mahomet et Charlemagne, des livres sur l’Inquisition, la Papauté, des livres d’art, dont plusieurs sur Léonard de Vinci. Mais la plupart des ouvrages qui étaient dans cette bibliothèque souterraine traitaient d’ésotérisme, d’histoire secrète et autres sciences occultes, ce qui, de la part de mon père, me paraissait tout à fait incroyable. » (page 40).
  • La mystérieuse Pierre de Iorden:  » Quoi qu’il en soit, la pierre de Iorden est l’une des reliques les plus mystérieuses de l’histoire chrétienne. Un bijou qui, selon la légende, aurait appartenu au Christ. » (page 54).
  • Le fait que un des deux documents sur lesquels le père de Damien avait demandé l’aide de Sophie  est une gravure de Dürer, Melancholia, la seule dont on ait jamais retrouvé les notes correspondantes.

    melancholia
    Melancholia
  • Mystère autour de la maison de Gordes qui aurait appartenu à Chagall.
  • L’histoire de la pierre de Iorden qui, tout au long du roman, tisse l’intrigue de cette histoire, comme un refrain.

Le suspense:

Vous trouverez dans cette partie des extraits du roman qui participent au suspense général:

  •  » Le grincement me fit sursauter, je lâchai le carnet de notes et me penchai pour essayer d’apercevoir, à travers la lucarne, qui pouvait bien entrer ici sans prévenir. J’aperçus deux silhouettes vêtues de manteaux noirs qui me parurent un peu épais pour la saison ». (Page 43).
  •  » Elle avança. Je la suivis. Puis je dus lâcher la fenêtre. Je crispai les doigts de ma main gauche contre le mur. Je n’avais plus d’attache. J’avais du mal à respirer tellement j’avais peur. Un pas. Puis un autre. Nous nous approchions de l’escalier rouillé. Le vent soufflait à mes oreilles. » ( Page 234)
  • « Or, les types du Bilderberg ont piraté mon ordinateur il y a moins d’une semaine. S’ils détenaient le texte, pourquoi auraient-ils piraté mon ordinateur?  » (Page 317).
  •  » A ce moment, il y eut un nouveau coup de feu. La balle ricocha contre un mur de briques rouges devant nous. Je levai les yeux. Un homme à la fenêtre. Il me visait avec un revolver. » (Page 235).

 

Les personnages:

esoterisme
ésotérisme

Damien Louvel, le narrateur: français installé à New-York depuis 11 ans, scénariste, très riche, ex-drogué; brouillé avec son père depuis son départ pour les USA. Désabusé. Personnage intéressant, à l’image de l’anti-héros, qui pratique l’autodérision:  » Je n’ai jamais retouché à la coke. Nul ne peut autant la haïr que celui qui jadis l’a tant aimée. Tout cela m’avait remis sur une sorte de droit chemin. Un chemin triste et solitaire, mais où j’essayais de ne plus faire de mal à personne, à moi en premier. » (Page 16);   » Enfonçant mes mains dans mes poches, baissant la tête, je luttais contre la peur qui me dictait de rebrousser chemin. Chaque pas était une victoire, et un coup de canif à la surface de mes veines. Lutter pour avancer. Lutter pour y croire. Je ne m’étais jamais senti aussi seul. » ( Page 366).   » Enfin, nous parvînmes devant la tombe de mes parents (…) Et là, immobile devant cette pierre gravée, je me dis que je ne ressentais aucune présence divine. J’étais simplement seul. Terriblement seul. Et je ne savais que faire. Pleurer. Me souvenir. Pardonner… » ( Page 333).

Sophie de Saint-Elbe, amie du père de Damien, journaliste d’investigation, au physique peu banal :  peau très blanche, traits fins, cheveux noirs et raides, coupés aux épaules, fines lunettes dorées, yeux noirs. Grande et mince » => Un peu stéréotypée mais personnalité intéressante qui compose avec Damien un couple qui fonctionne plutôt bien.

François Chevalier: ami d’études de Damien, député franc-maçon.

Sphinx: personnage de hacker devenu incontournable, contact auquel Sophie demande des renseignements sur Bilderberg et Acta Fidei.

Le prêtre qui a vendu la maison de Gordes au père de Damien.

Mon avis:

 

Le Testament des Siècles est un thriller ésotérique et historique basé sur des questions habituellement développées dans ce genre de littérature. Mais je dois admettre que le talent d’écrivain d’Henri Loevenbruck relève un peu le niveau, en tout cas bien au-dessus telechargementdu Da Vinci Code, car l’auteur sait savamment utiliser ses incontestables connaissances historiques. Le petit plus: la fin qui est loin des happy-end habituels. Malgré tout, et c’est ce qui fait la force de ce livre, vous passerez un très bon moment.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s