Publié dans Dublin, Irlande, Les lieux infidèles, Passion polar, quête du passé, Tana French

Passion polar: Les lieux infidèles, Tana French.

L’auteur: images

Tana French est une actrice et une romancière italo-américaine née dans le Vermont en 1973. Elle écrit essentiellement des romans policiers thrillers.

 

Le roman: 

Faithful Place ( 2010), a été publié en France sous le titre Les Lieux Infidèles en 2011 par les éditions Calmann-Lévy, puis réédité en 2012 par les éditions Points. C’est le quatrième roman de Tana French pour lequel elle a obtenu le Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points 2012.

Thèmes: poids du passé; l’Irlande populaire: la misère, l’alcoolisme et le chômage. Derrière l’ombre de l’usine Guinness, se cache une dure violence qui saborde la vie quotidienne des quartiers populaires de Dublin.telechargement

Les dialogues sont longs et très réalistes afin de montrer les centres d’intérêt, les motivations et la psychologie des personnages dont Tana French décrit la vie dans le détail. Ils permettent, par des chemins parfois détournés, de faire avancer l’intrigue basée en grande partie sur les relations familiales, que ce soit celles de Franck, de ses sœurs ou de Rosie. Comprendre comment et pourquoi la disparition de cette jeune fille a pu se passer. Et comprendre la souffrance des protagonistes, souffrance qui les poursuit car, en l’absence de certaines réponses, il leur est impossible de faire leur deuil.

Construction du roman: Récit raconté à la première personne par Franck Mackey, inspecteur à la brigade des opérations secrètes. Les chapitres alternent entre le déroulement de l’histoire de Franck et Rosie, 22 années plus tôt, en 1985, et l’enquête menée dans le présent.

L’intrigue: 

Faithful Place, quartier populaire de Dublin: découverte de la valise de Rosie Daly dans une maison abandonnée dans la pièce où elle avait rendez-vous avec son petit ami Franck Mackey, 22 ans plus tôt; elle n’est jamais venue à leur rendez-vous, bien que Franck l’ait attendue toute la nuit.

Les vieilles blessures et les questions restées sans réponse remontent soudain à la surface, notamment pourquoi Rosie n’est-elle pas venue ce soir-là et pourquoi n’a-t-elle plus jamais donné de ses nouvelles?  » J’ai passé des centaines de nuits éveillé dans un sac de couchage, entouré des effluves des rockeurs et de Keith Moon, à revivre ces cinq dernière minutes. J’ai cru devenir fou. Il y avait forcément eu une allusion, une insinuation, un indice. Pourtant, j’aurais juré sur tous les saints du calendrier que rien ne m’avait échappé. » (Page 60).

dublin
Dublin

A partir de ce moment, Franck, en tant que principal témoin, va enquêter à partir de la valise retrouvée, remonter la piste vieille de 22 années, en essayant de reconstituer la dernière journée avant la disparition. Les Daly ne savent rien, ils n’ont jamais eu de nouvelles de leur fille Rosie mais ils sont d’accord pour que Franck mène des recherches officieuses. Eux aussi ont besoin de savoir ce qui s’est vraiment passé cette fameuse nuit où leur fille a disparu…

Mais dès que le corps de Rosie est retrouvé, la situation se complique pour Franck: « Scorch garda le silence. Il me regarda longuement, sans ciller. Il pensait à ce qui m’avait sauté aux yeux dès que j’avais entendu parler de la valise. Le suspect le plus crédible était celui qui avait un mobile, qui avait eu l’occasion de commettre le crime et n’avait pas l’ombre d’un alibi, l’amoureux transi qui attendait Rosie, celui qu’elle avait, selon toute vraisemblance, l’intention de plaquer cette nuit-là et qui affirmait, croix de bois, croix de fer, qu’elle n’était jamais venue. » (Page 133).

Le travail de la police: 

Quelle vision a Franck du boulot de flic: « Si l’on aime chasser comme un chien haletant qui bondit sur la piste à peine libéré de sa laisse, on entre dans la Criminelle. Si l’on opte pour les infiltrés, ce qui avait toujours été mon choix, on apprend à chasser comme les chats: se mettre en embuscade, s’aplatir et se rapprocher très lentement, sans se faire repérer. » ( Page 134).meurtre

Les personnages: 

  • Franck Mackey: agent infiltré à la brigade des opérations secrètes, le narrateur; personnage rencontré dans le roman précédent Comme Deux Gouttes d’Eau. Cette enquête revêt pour Franck une importance particulière:  » Toute ma vie d’adulte avait été marquée par son absence, par cette blessure. Avant de faire mon deuil, il fallait que j’aie une certitude.
  • Olivia, ex-femme de Franck.
  • Holly: fille de Franck.
  • Jackie, sœur de Franck.
  • Carmel: autre sœur de Franck.
  • Kevin: frère de Franck.
  • Shay: autre frère de Franck.
  • Pa: père de Franck.
  • Ma: mère de Franck.

« Nous, les Mackey, nous avons le cheveu épais, nous sommes taciturnes, durs à cuire, faits pour trimer sous le ciel changeant de Dublin. »

  • Scorcher Kennedy: flic chargé de l’enquête.
  • Monsieur Daly
  • Madame Daly.
  • Nora: sœur de Rosie.
  • Rosie Daly: petite amie de Franck en 1985.

Rivalité entre la famille Mackey et la famille Daly: « Quand Rosie et moi avons commencé à sortir ensemble, j’ai essayeé de comprendre pourquoi notre amour rendait M; Daly malade. Cette haine venait en partie de ce que les hommes de la famille travaillaient pour Guinness, ce qui les plaçait bien au-dessus de nous: emploi stable, salaire consistant et possibilité de promotion (…)Mes parents vomissaient les prétentieux et les Daly méprisaient les chômeurs alcooliques. Selon Ma, il y avait aussi une autre forme de jalousie: elle nous avait pondus tous les cinq sans le moindre problème, alors que Theresa Daly n’avait eu que deux filles et n’avait jamais réussi à offrir un garçon à son homme. »

 images-1

 

Les lieux, les ambiances: 

Tana French, ayant passé une partie de son enfance en Irlande, possède une connaissance très réaliste des lieux décrits dans son roman, de la ville de Dublin en particulier, héroïne de cette sordide histoire, ce qui permet au lecteur de s’immerger dans l’histoire racontée aussi facilement qu’au cinéma.

A propos du quartier de Dublin dans lequel Franck a grandi: « Vous ne trouverez jamais Faithful Place si vous ne savez pas où chercher. Le quartier des Liberties s’est développé de lui-même au cours des siècles, sans l’intervention du moindre urbaniste. Mon ancienne rue est un étroit cul-de-sac perdu au milieu des Liberties, comme un chemin annexe qui, dans un  labyrinthe, ne mènerait nulle part. Elle se trouve à dix minutes de marche de Trinity College et des boutiques branchées de Grafton Street. Toutefois, de mon temps, nous n’allions pas à Trinity  et les gens de Trinity ne se risquaient pas chez nous. Non que notre impasse, peuplée d’ouvriers, de maçons, de boulangers, de chômeurs professionnels et du petit vernis qui, employé à la brasserie Guinness, se faisait soigner à l’oeil et suivait des cours du soir, ait été mal famée. Simplement, elle restait à l’écart. » (Page 29).

telechargement-2

« A l’époque, tout le monde les laissait en friche: herbe pelée, détritus, lattes pourries, meubles effondrés, carcasses de vélos. On ne s’y aventurait pas, sauf pour se rendre aux toilettes ou étendre le linge. Tout se passait à l’avant des maisons, face à la rue.(…) Les jardins n’avaient pas d’éclairage; on devait même, les nuits sans lune, prendre une lampe de poche pour aller aux gogues. » (Page 83).

Le décor est planté.

« La morgue de Dublin se trouve à quelques minutes à pied de mon appartement. Il suffit de longer les quais et de dépasser la gare routière. On tombe alors sur un superbe bâtiment de brique datant de plus d’un siècle. Même si j’ai rarement l’occasion de m’y rendre, la simple évocation de sa façade me remplit de fierté, tout comme le fait que la brigade criminelle ait ses locaux dans une aile de Dublin Castle. Nos activité traversent, comme la Liffey, le cœur de la ville; nous méritons donc de profiter des fleurons de son histoire et de son architecture. » (Page 176).

Mon avis:

Les lieux infidèles est un polar captivant, certes, mais il est également un remarquable roman noir mettant en scène une Dublin loin de la ville artificielle des cartes postales et des dépliants touristiques. C’est une ville âpre, au caractère bien trempé que Tana French nous montre, à l’imimages-2age de ses habitants qui sont, comme le dit lui-même Franck, abîmés par la vie, bien que durs à cuire, donnant une dimension sociale à son récit. Son talent réside dans sa capacité à nous plonger au cœur de ses quartiers populaires, au cœur de cette histoire sordide dont on dévore chaque ligne avec la même fébrilité et la même impatience que celles de Mackey. Comme lui, nous, lecteurs, voulons savoir ce qui s’est passé cette fameuse nuit de 1985…

Citation:

« Au cours d’une vie, seuls quelques instants sont décisifs. La plupart d’entre nous les oublient aussitôt, jusqu’à ce qu’ils resurgissent sans crier gare bien des années plus tard et, avec le recul, prennent tout leur sens. »

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s