Publié dans Colin Dexter, Inspecteur Morse, Les auteurs, Oxford, whodunit

Passion polar: Colin Dexter.

Biographie:colin-dexter

Norman Colin Dexter est né le 29 septembre 1930 à Stamford, une ville ancienne bâtie au nord de Londres, sur la route menant à York et à l’Ecosse. Située sur la rivière Welland, elle a été déclarée zone protégée en 1967 avec 600 habitations classées.

christs-college
Christ’s College

Il fait ses études supérieures au Christ’s Collège de l’université de Cambridge où il obtient son diplôme en 1953. Il commence alors une carrière de professeur de grec et de latin dans différents établissements des Midlands, région géographique du centre de l’Angleterre correspondant à l’ancien royaume anglo-saxon de Mercie. En 1966, atteint de graves problèmes de surdité, il est contraint d’abandonner sa carrière d’enseignant. C’est alors qu’il s’installe définitivement à Oxford où il occupe un poste au centre des examens de l’université de la ville.

Colin Dexter écrivain:                images-10

Dans le même temps, il commence une fructueuse carrière d’écrivain de romans policiers avec la création de son personnage l’inspecteur Morse, comme lui mélomane et grand amateur de bière, et profondément attaché à sa ville d’adoption où il situe la plupart de ses intrigues. Assisté par le sergent Lewis, l’inspecteur Morse est le héros d’une série de treize romans et d’un recueil de nouvelles.Selon Claude Mesplède, grand spécialiste des littératures policières, « les romans de Colin Dexter mettent en scène les procédures, les états d’âme et les rapports ambigus que l’inspecteur Morse entretient avec son entourage et surtout avec lui-même.(…)Ce qu’on a qualifié de « nouveau roman anglais » est en fait un whodunit mélangé d’un peu de procédure policière et de psychologie. »

L’inspecteur Morse, incarné par l’acteur anglais John Thaw décédé en 2002, est devenu le personnage d’une série télévisée britannique qui a rencontré un grand succès. A chaque épisode, à l’instar d’Alfred Hitchcock, Colin Dexter fait une apparition fugace.

Un romancier modeste.

Colin Dexter reste très humble quand il évoque le succès littéraire de ses romans. « J’aime écrire une histoire à partir d’un crime mystérieux qui a lieu dans la classe moyenne. C’est plutôt rétro mais je cherche simplement à divertir le lecteur, comme si je parlais avec lui, en bons voisins. »

oxford-3
Oxford

Pourtant, en 2000, le romancier reçoit une distinction de l’empire Britannique, remise par le prince Charles en personne, pour le récompenser de l’ensemble de son oeuvre. Mais Colin Dexter lui préfère le Prix de la Liberté que la municipalité d’Oxford lui a attribué l’année suivante. « Avec le « Freedom of the City of Oxford, en théorie, j’ai le droit de faire paître mes brebis n’importe où dans la ville, enfin, si j’en avais » ironise-t-il.

Oxford dans ses romans:

Regarder les épisodes de l’inspecteur Morse est un bon moyen de découvrir l’architecture remarquable de la ville d’Oxford tout en écoutant quelques morceaux de musique classique soigneusement choisis. Pourtant, les romans de Colin Dexter présentent une particularité: l’autre grande université d’Oxford, Oxford Brookes, n’est jamais évoquée. En effet, ses intrigues sont toutes basées sur la rivalité historique entre l’ancienne université d’Oxford et la municipalité elle-même. Et la police est la plupart du temps mal accueillie sur le campus.

oxford-4
Oxford

Dans les romans, elle est à peine tolérée par les représentants de l’université. « Des jeunes qui aspirent à devenir écrivains et des fans me posent des questions à propos de ma connaissance du milieu de la police. En réalité, la police locale, Thames Valley, ici à Oxford, m’a beaucoup aidé. J’ai aussi beaucoup appris en lisant les œuvres d’autres romanciers. Un de mes auteurs favoris de romans policiers est mon camarade britannique C.J. Sansom. »

Confidences:

Dans le genre policier, Colin Dexter n’apprécie pas la tendance « sociale »suivie par de nombreux romanciers qui, selon lui, déprime le lecteur. Pourtant, la condition humaine est au cœur de ses romans.En outre, il refuse le raisonnement par déduction, technique notamment employée par le célèbre Sherlock Holmes. Contrairement à son aussi célèbre créateur, les romans de Colin Dexter ont obtenu un succès immédiat. « Les dieux m’ont souri, dit-il en riant, et j’ai eu de la chance! J’ai été à la  bonne place au bon moment! »

Le romancier britannique parle le français et l’allemand et se montre curieux des publications culturelles du continent. D’ailleurs, il apprécie beaucoup la littérature germanique du 19e siècle et son opéra favori est « Les Walkyries » de Richard Wagner. Il lit également des romans policiers, notamment ceux de l’auteur suédois Hakan Nesser qui racontent les aventures de l’inspecteur en chef Van Veeteren.

Colin Dexter et son personnage:inspecteur-morse-et-son-createur

« Quand j’ai commencé à écrire en 1973, je ne voyais pas Morse comme un personnage achevé », déclare-t-il. A cette époque, il écrivait quelques pages pendant ses moments de loisir et il demandait à sa femme Dorothée et leurs deux enfants de ne pas le déranger lorsqu’il écrivait. « Morse a évolué en même temps que j’écrivais. Comme moi, il est diabétique, athée et passionné par la musique et les arts. Mais Morse est loin d’être un personnage sympathique car son créateur a beaucoup insisté pour en faire un homme égoïste et un peu snob.

John Thaw incarne l’inspecteur Morse:

« Je me souviens d’une discussion téléphonique avec John Thaw. C’était quelques jours avant son décès suite à un cancer en 2002. C’est l’un de mes pires souvenirs », raconte Colin Dexter à propos de l’acteur anglais  interprète principal de la série télévisée « Inspecteur Morse ». « L’homme était célèbre pour voir dit: je n’ai jamais compris pourquoi j’ai été considéré comme un bon acteur. Tout ce que j’ai fait se résume à apprendre mon rôle. »

Cette série télé, extrêmement connue outre-Manche, est une adaptation des romans de Colin Dexter où sont mis en scène les deux inspecteurs menant leurs enquêtes policières à l’université et dans la ville d’Oxford, transformée dans ses ouvrages en capitale européenne du crime, ce qui déplut fortement à ses habitants.

inspecteur-morse-2
John Thaw

Pourtant, grâce à ce feuilleton, les noms d’Oxford, de Morse et de Lewis ont fait le tour de l’Europe. Ainsi, les romans de Dexter ont été traduits en 22 langues. A propos de cette série, le romancier explique: « J’ai toujours un droit de veto final sur tout ce qui est produit à partir de mes livres. En effet, sur les conseils de ses éditeurs Macmillan, il n’a pas vendu les droits cinématographiques de ses romans à ITV, la chaîne qui produit la série.

Bibliographie:

Série inspecteur Morse:

  • Last bus to Woodstock (1975), publié en français sous le titre Le dernier bus pour Woodstock par les éditions 10/18, collection Grands Détectives en 1996; traduit par Claude Bonnafont.
  • Last Seen Wearing (1976), publié en français sous le titre Portée disparue, par les éditeurs  10/18, collection Grands Détectives en 1996; traduit par Elisabeth Luc.
  • The Silent World of Nicholas Quinn (1977), publié en français sous le titre Les Silences du Professeur par les éditions 10/18, collection Grands Détectives en 1997; traduit par Elisabeth Luc.
  • Service of All the Dead (1979), publié en français sous le titre Service Funèbre par les éditions 10/18, collection Grands Détectives en 1998; traduit par Elisabeth Luc.
  • The Dead of Jericho (1981), publié en français sous le titre Mort à Jéricho par les éditions 10/18, collection Grands Détectives en 1997; traduit par Elisabeth Luc.
  • The Riddle of the Mile (1983), publié en français sous le titre Casse-tête en trois temps par les éditions 10/18, collection Grands Détectives en 1998; traduit par Françoise Jaubert.
  • The Secret of Annexe 3 (1986), publié en français sous le titre Le secret de l’annexe 3 par les éditions 10/18, collection Grands détectives en 1995; traduit par Sandrine Patte.
  • The Wench is dead (1989), publié en français sous le titre Mort d’une garce par les éditions 10/18, collection Grands Détectives en 1994; traduit par François Mazin.
  • The Jewel That Was Ours (1991), publié sous le titre Bijoux de famille par les éditions 10/18, collection Grands Détectives en 1995; traduit par Hélène Macliar.
  • The Way Through the Woods (1992), publié en français sous le titre A travers bois par les éditions 10/18 , collection Grands Détectives en 1995; traduit par Elisabeth Luc.
  • The Daudhters of Cain (1994), publié en français sous le titre Les Filles de Cain par les éditions 10/18, collection Grands Détectives en 1996; traduit par Elisabeth Luc.
  • Death is now My Neighbour (1996), publié en français sous le titre La Mort pour Voisine par les éditions 10/18, collection Grands Détectives en 1999; traduit par Jacques Guiod.
  • The remorseful Day (1999), publié en français sous le titre Remords Secrets par les éditions 10/18, collection Grands Détectives en 2001; traduit par Jacques Guiod.

Il a également écrit des nouvelles mettant en scène le célèbre inspecteur dont seulement certaines ont été traduites en français par les éditions du Masque en 2001.

oxford-5
Oxford

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s