Publié dans Niko Tackian, Paris, Passion thriller, Toxique

Passion thriller : Toxique, Niko Tackian.

L’auteur:niko-tackian

Niko Tackian est un scénariste, réalisateur et romancier français, né le 5 avril 1973 à Paris. Il a réalisé plus de trente albums dans lesquels il aime explorer différents genres, tels que science-fiction, dark fantasy, policier, fantastique. Il a également réalisé de nombreux téléfilms.Il a commencé une carrière d’écrivain de thrillers en 2015 avec Quelque part avant l’enfer.

Le roman:

Toxique est paru aux éditions Calmann-Lévy en janvier 2017. Il s’agit d’un thriller psychologique.

Le style: les chapitres sont courts, le style aussi net et précis que le scalpel du légiste. Pas de détours, pas de temps morts. Le style est fluide, les phrases sont simples, les mots percutants. Le ton est désabusé, souvent pessimiste, en adéquation avec la morosité ambiante de ce sombre hiver 2016: « Elle aurait aimé dire à Hadrien qu’il était une créature tombée du ciel aux ailes coupées par la bêtise humaine. Il était maintenant condamné à errer dans ce cul-de-basse-fosse qu’on appelait la vie et à subir les pires abominations. A terme, il deviendrait lui aussi un bourreau ou un médiocre, et il engendrerait d’autres créatures des cieux pour leur couper les ailes à son tour. » (Page 97).

toxique

Les thèmes: rapports mère/enfant; sociopathie; poids du passé…Autant de thèmes graves, parfois difficiles à gérer au quotidien, auxquels l’auteur apporte sa vision, sa réponse…au lecteur d’y prendre ce qui lui convient et d’y ajouter ses propres réponses.

Le contexte: deux mois après les attentats qui ont ensanglanté l’automne parisien en 2015, en plein état d’urgence, autant dire que les forces de police sont sur le qui-vive, ce que Niko Tarckian retranscrit parfaitement avec beaucoup de tact, par petites touches, sans céder à la paranoïa: « Depuis les attentats et la mise en place de l’état d’urgence, le plan Vigipirate était renforcé en milieu scolaire et l’accès aux locaux interdit aux parents. » (Page 36)… »A quelques mètres de là, se trouvait l’angle de la rue Bichat et de la rue d’Alibert et les deux cafés-restaurants dont la France entière connaissait l’existence depuis le massacre du mois de novembre. Quelques mètres de bitume jonchés de fleurs fanées, de bougies noyées dans l’eau de pluie, de messages d’espoir et de dessins d’enfants collés sur les devantures du Petit Cambodge et du carillon. » (Page 41).

L’intrigue:

Bob Muller, un violeur récidiviste, est assommé et embarqué dans une voiture au moment où il s’apprêtait à kidnappé une jeune fille éméchée dans un parking en sous-sol. Il se retrouve dans la même position que ses précédentes victimes, au nombre de dix: à la merci d’un homme qui l’oblige à creuser sa propre tombe dans une forêt en guise d’avertissement, en lui décochant au passage un bon coup de poing dans la mâchoire…attentats

Janvier 2016.Dans un Paris encore sonné par les récents attentats qui l’ont endeuillé, la directrice de l’école maternelle de Fontenay-sous-Bois est retrouvée étranglée dans son bureau. A la Crim, on ne badine pas avec la sécurité des enfants, c’est pourquoi Tomar Khan, surnommé « le Pitbull », chef de la section 3, est envoyé sur place avec son équipe. rapidement, ils s’aperçoivent que Gilles Lebrun, employé au centre aéré de la ville et dernière personne à avoir vu la victime vivante, a disparu, Tomar pressent que cette affaire est bien plus complexe que les apparences le suggèrent.

Parallèlement à cette enquête complexe, Tomar se trouve confronté à la résurgence de son passé douloureux en la personne de Jeff, retour qui menace le fragile équilibre que sa mère, Berthier, son mentor, et lui ont mis sur pied trente ans plus tôt, afin de protéger son jeune frère. Désormais, c’est une double course contre la montre que Tomar doit entreprendre.

Cette mission personnelle s’emboîte dans les rouages de son enquête permettant un point d’ancrage dans une réalité très présente, ce qui rend le roman plus riche, plus profond.

Le travail de la police: de nombreux passages du roman sont consacrés au travail de la police de telle manière que le lecteur a l’impression de faire partie de l’équipe: il participe aux investigations, aux interrogatoires, aux débriefings entre les membres de l’équipe de Tomar => Passionnant !!

telechargement

 

Les personnages:

  • Bob Muller: violeur récidiviste auquel Tomar a eu affaire par le passé.
  • Tomar Khan: flic à la Crim, commandant du groupe 3 de droit commun, ancien de la brigade des mineurs; carrure de buffle; personnage très complexe: « Tout le monde savait qu’il était pointilleux sur les affaires de violences faites aux enfants et aux femmes(…)Pitbull, comme on le surnommait parfois à la brigade, ne lâchait jamais sa proie. Tomar avait la réputation d’un mec inflexible et sanguin. » (Page 33)… »Il avait besoin de comprendre pour passer à autre chose. Une affaire, c’était comme un labyrinthe dont il fallait explorer toutes les galeries pour accéder à la sortie. Ces couloirs obscurs le hantaient encore et encore. Il avait besoin de porter la lumière partout. » (Page 79).
  • Rhonda: petite amie et collègue de Tomar; capitaine de police; blonde; femme courageuse, tenace, volontaire.
  • Goran: jeune frère de Tomar, 35 ans, visage fin, cheveux noirs; prêtre de l’Eglise orthodoxe.
  • Isabelle: épouse de Goran.
  • Ivan Dorval: patron de la Crim.
  • Dino Laval: lieutenant appartenant à l’équipe de Tomar; « Dino avait une petite quarantaine, quelques kilos en trop et un goût prononcé pour les tee-shirts aux couleurs flashy(…) Dino était un geek, un fondu d’informatique et de nouvelles technologies(…)C’était un virtuose dans son genre. Un maître des bases de données et de l’analyse des datas brutes que tous les groupes du 36 lui enviaient. Passé à la moulinette de ses neurones, un faisceau d’indices sans connexions se transformait en une véritable piste exploitable. » (Pages 34,36).
  • Clémence Seydoux: directrice de la maternelle retrouvée morte.
  • Francky: technicien de la police scientifique de l’équipe de Tomar.
  • Ara: mère de Tomar; « Ara avait un visage fin et des yeux étonnamment vifs pour son âge. Ses cheveux gris contrastaient joliment avec le teint mat de sa peau. Les innombrables rides qui striaient son visage lui donnaient un air noble et gracieux. » (Page 44)
  • Jeff: « père » de Tomar et Goran.
  • Gilles Lebrun: animateur principal du centre aéré; cheveux bruns mi-longs, un visage doux et expressif.
  • Zellale: ex-femme de Tomar.
  • Marie-Thomas Petit: atsem à l’école de Fontenay-sous-Bois; vieille fille, enfance difficile.
  • Berthier: mentor de Tomar.
  • Emeline Jacob: mère du petit Hadrien.

Les lieux, les ambiances: 

L’expérience du scénariste de l’auteur se reconnaît à sa façon de recréer une ambiance ressemblant à celle des films noirs, par petites touches comme lorsque l’on compose un tableau:peripherique « A l’extérieur, le ballet des camions poubelles et le flux des travailleurs sortant des bouches de métro étaient un prélude à l’agitation qui régnerait bientôt sur le bitume. Installé contre la baie vitrée face à l’escalier de la pointe Saint-Eustache, Tomar observait les passants qui descendaient les marches d’un pas rapide pour rejoindre leur lieu de travail. » (Page 63)… »Il se tenait assis sur le rebord de la fenêtre et observait la ville. En dessous de lui, le périphérique parisien offrait un ballet ininterrompu de phares rouges et jaunes. Il avait plu toute la journée et à cause de l’humidité les lumières bavaient sur le bitume en de longues traînées vaporeuses. » (Page 81)

Mon avis:

Excellent thriller que ce troisième roman de Niko Tackian: psychologie des personnages approfondies sans être trop lourde; décors sobres mais bien plantés; pas de descriptions inutiles ni de bla-bla. On se sent happé par ce récit sombre et addictif: le lecteur suit fébrilement l’auteur sur le chemin que celui-ci lui trace à coups de machette, y compris dans le dédale des rêves de Tomar, peut-être les seuls passages un peu trop longs…

Le +: pas d’esprit vengeur malgré les difficultés et les traumatismes vécus, mais la pensée qu’il existe une explication pour tout comportement humain, qu’il sociopathe ou autre. Il ne s’agit pas d’excuser mais de comprendre afin de permettre une reconstruction possible. Niko Tackian nous transmet ce message que rien n’est noir ou blanc, dans la vie; que la méchanceté, même absolue, le mal trouvent leurs racines dans un terreau fait de nos peurs, de maltraitances physiques ou morales, de traumatismes remontant à la prime enfance et que la vengeance brutale ne résout rien. Ce qui ne veut pas dire se résigner,mais en comprendre les causes afin de rebondir et de se reconstruire…

Extrait:images

« Faut pas oublier tes racines, gamin, ce sont elles qui font de toi ce que tu es. » (Page 64)

 

Publicités

3 commentaires sur « Passion thriller : Toxique, Niko Tackian. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s