Publié dans Passion fantastique

Passion fantastique: La clé d’Oriane, Leslie Héliade.

L’auteur:leslie héliade

Leslie Héliade est née en banlieue parisienne. Après avoir obtenu son CAPES, elle enseigne les lettres classiques en France, pendant quelques années. Puis, elle s’installe en Inde où elle a écrit son premier roman et animé des ateliers d’écriture. Elle est ensuite

 

revenue s’installer en Europe, plus précisément en Allemagne, où elle a enseigné le français dans des collèges et écrit son roman intitulé « La vie ailleurs », roman qu’elle publiera après s’être installée en Australie où elle vit toujours. Elle se consacre autant à l’écriture qu’à son métier d’enseignante, tout en s’occupant de ses deux filles. Ses lectures sont tout autant classiques ( Hugo, La Fontaine, Choderlos de Laclos, Mauriac) que modernes (Levi, Musso, Asimov, Rowling, Pennac, Werber); quant à dire si elles ont influencé son style, mystère…

Le roman:

La clé d’Oriane, roman fantastique, est paru en 2017 en auto-édition. Il est écrit à la troisième personne selon le point de vue du personnage principal Oriane qui raconte l’aventure peu banale qui lui est advenue. De l’univers banal d’un dessinatrice de bande dessinée on bascule dans l’univers virtuel des jeux video extrêmement bien mis en scène, un univers qui peut bien vite devenir addictif, risque contre lequel l’auteur nous alerte: « Oriane eut un peu de mal à retrouver pied avec la réalité. Sa vision était troublée d’avoir trop regardé l’écran lumineux.(…)Quand elle mettait le nez dans un jeu, difficile de l’en sortir… Mais l’envie était si forte ! C’était comme une drogue, une façon de fuir la réalité et s’isoler dans une bulle ! Un vrai bonheur. On lui avait parfois dit que c’était une addiction dont il faudrait qu’elle se défasse qu’elle avait une vie, un travail… Pourquoi se détacher du virtuel ? Elle avait bien réussi à l’intégrer dans son quotidien ? » (Chapitre 15)

Le style de Leslie Héliade est très fluide, agréable à lire avec les nombreux dialogues qui insufflent vie à son roman; on se plonge dans son univers avec beaucoup de bonheur, assurés que nous sommes de passer un agréable moment en compagnie de ses personnages hauts en couleur.

La construction originale du roman lui confère son charisme: un personnage de jeu video se retrouve dans la réalité. Banal, vous me direz, et vous aurez entièrement raison.images Sauf que la banalité s’arrête là. Leslie Héliade a pris un grand chaudron dans lequel elle a jeté quelques feuilles de réalité virtuelle, quelques pincées de transhumanisme et de biotechnologie, une cuillère de sirop de vie réelle, un soupçon de génie informatique, de la poudre de rêve; après avoir bien mélangé le tout, elle a agité au-dessus sa baguette magique en murmurant la formule adéquate, et voilà le résultat…Un roman fantastique très original sur le thème de l’interaction entre la réalité et la virtualité et ses conséquences.

L’intrigue:

Oriane vient de se faire salement larguer par son petit ami, Xavier, avec lequel elle vit depuis quatre années. Elle qui croyait avoir trouvé le bonheur, le grand amour, elle tombe de haut, de très haut !! Deux semaines plus tard, la jeune femme s’installe chez sa meilleure amie Chloé, hôtesse de l’air, dans son trois pièces situé près de Denfert-Rochereau, dans le quatorzième arrondissement de Paris. Afin de se changer les idées, Oriane s’adonne au jeu de rôle en ligne Ultimaland 15, jouant parfois des nuits entières.

Or, un jour, alors que la jeune femme fait une pause, Serrure se matérialise devant ses yeux: « Sur le pas de la porte, debout, les bras croisés, dans une posture nonchalante d’adolescent rebelle, la tête penchée sur le côté et un sourire en coin, le personnage avec lequel elle jouait quelques jours plus tôt s’était matérialisé et la regardait d’un air sûr de lui. » (Chapitre 5). Serrure, l’avatar d’un des joueurs de son équipe, apparaît et disparaît à volonté, comme un simple hologramme, mais il lui parle et lui répond comme un être humain fait de chair et de sang.jeu de rôle

Hallucinations? Ou Serrure fait-il vraiment partie intégrante du décor virtuel inventé pour le jeu? En tout cas, une chose est certaine, Oriane se retrouve dans une situation très délicate, car personne d’autre qu’elle ne peut voir l’avatar. « Bon… Admettons que vous existiez… Je veux dire… Vous sortez d’un jeu vidéo, il n’y a que moi qui puisse vous aider. Soit. Vous êtes qui, exactement ? (…) Mais de quoi vous souvenez-vous ? Je veux dire… vous savez que vous êtes un personnage créé par un vrai joueur ? Un humain, comme moi… Avez-vous une idée de qui vous étiez dans la réalité ? Qui vous a créé ? Il y a forcément une main humaine derrière… vous… » (Chapitre 7).

Désormais, il ne lui reste plus qu’une solution: aider le jeune homme à retourner dans son monde. Mais c’est bien plus facile à dire qu’à faire…

Les personnages:

  • Xavier: 29 ans, lieutenant de police; ex petit-ami d’Oriane.
  • Oriane Desray: narratrice, âgée de 26 ans; dessinatrice de bandes dessinées; adore les jeux de rôle et les jeux video; longs cheveux bouclés auburn, grands yeux noisette, des jambes minces, petite poitrine; style vestimentaire gothique.
  • Chloé: 27 ans, hôtesse de l’air; meilleure amie d’Oriane, elles se connaissent depuis leur enfance à Toulouse; ne pense qu’à profiter de la vie en attendant de se caser.
  • Serge: beau-père d’Oriane; vit à Toulouse avec sa mère.
  • Mère d’Oriane: dépressive.
  • Olivia Dupuis: stagiaire au service communication de Softenix.
  • Marcus: modeleur en 3D chez Softenix.
  • Jonathan: célibataire, travaille beaucoup; concepteur de génie de casques de jeux video chez Softenix; a très peu d’amis.
  • Nicolas: coloc et meilleur ami de Jonathan; travaille également chez Softenix.

Les personnages virtuels:

  • Aurora/ Oriane:  combattante, traits d’Oriane, silhouette athlétique avec des formes généreuses, énormes seins; cheveux bouclés de couleur orange, coupe façon Dragon Ball; vêtue d’un plastron-bustier doré sur un pantalon noir.
  • Cémilio/ Chloé: prêtre guérisseur; les mêmes traits qu’elle mais éclaircis; vêtu comme un Apollon grec; longs cheveux blonds.
  • Sarlista: sorcière vêtue d’une longue robe violette au décolleté sexy; cheveux bouclés noirs, immenses yeux vert émeraude.
  • Serrure: voleur; jeune homme brun; mèche rebelle sur le devant, bandana orange sur la tête, yeux sombres; vêtu d’une veste en cuir ouverte sur un marcel blanc et d’un pantalon noir très moulant.

Les lieux:

Que ce soit le restaurant où a lieu la rupture qui sera à l’origine de cette histoire, l’appartement qu’Oriane partage avec Chloé ou la chambre d’hôpital dans laquelle gît le corps inconscient de Jonathan, les descriptions de lieux sont assez minimalistes, juste de quoi poser le décor sans encombrer le récit inutilement, comme dans cet extrait: « L’endroit était cosy, tapissé de soieries. De jour comme de nuit, des lanternes diffusaient une petite lumière douce, romantique. Intime. » (Chapitre 1), exception faite du jeu Ultimaland 15 qui lui bénéficie de nombreuses précisions, dont voici un petit aperçu: « Elles entrèrent dans la taverne, un grand bâtiment gris avec une tête d’animal étrange sur l’enseigne mi-sanglier, mi-dragon (…)Les joueurs acceptèrent la quête et sortirent de l’auberge pour se rendre dans la forêt des songes. Un chemin de terre était dessiné au sol. Il suffisait de le suivre. » (Chapitre 2)…Avec un réalisme à couper le souffle, comme si nous y étions!!jeu video

Mon avis:

Pas une minute à perdre dans cette trépidante aventure où les scènes s’enchaînent à un rythme soutenu. Aucun ennui possible! Vous aurez à peine ouvert la première page que, sans savoir comment, vous tournerez la dernière en vous écriant: « Déjà?! » Mais rien ne vous empêche de le relire…

Certes, La Clé d’Oriane est un roman fantastique mais construit un peu comme un conte avec son élément déclencheur qui va plonger le personnage principal dans une quête, ses personnages présentant chacun ses caractéristiques propres à faire avancer l’intrigue, des ingrédients magiques, des rebondissements jusqu’à la fin ménageant le suspense, une morale et un happy-end. Tout cela saupoudré de beaucoup d’humour, de situations cocasses, mais aussi de scènes beaucoup moins drôles et de tension dramatique.

Citation:

« Une petite musique de victoire retentit et les personnages virent apparaître une couronne sur leur tête, dans une explosion de lumière. Une sorte de danse rituelle s’ensuivit : traditionnellement, le voleur fit tournoyer son pistolet au-dessus de lui, la sorcière s’inclina sur son bâton qu’elle prenait à deux mains, le prêtre joignit les mains en signe de prière et la guerrière lança sa hache en l’air. Cela ne dura que trois secondes, juste le temps de marquer la fin du combat. » (Chapitre 3).

« Elle imagina la vie qu’il avait dû avoir : surdoué, différent, rejeté… un parcours assez classique. Cela avait forcément laissé des traces. Il s’était isolé, ne faisant confiance qu’à son meilleur ami. » (Chapitre 17).

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s