Publié dans éditions Albin Michel, harcèlement moral, Passion thriller

Passion thriller: Les blessures du silence, Natacha Calestrémé.

Gros coup de cœur pour ce thriller psychologique qui aborde en finesse le problème du harcèlement moral au sein du couple.

L’auteur:

Née à Bordeaux en 1966, Natacha Calestrémé est journaliste, réalisatrice et écrivain.

bordeaux-889637_640Après un parcours en publicité, puis en presse, elle rejoint France 2, France 3 et TF1 en tant qu’auteur, puis M6 international à l’unité documentaires.
Elle réalise ensuite sa propre collection de documentaires, intitulée « Les héros de la nature ». Une série de portraits d’hommes et de femmes qui agissent pour la protection de la biodiversité à travers le monde. Elle a dirigé cette collection de 52 minutes depuis juin 2000. Ses films sont diffusés sur France 5, France 3, ZDF, Rai 3, RTBF, TSR, Canal + Scandinavie,TV5 Monde, Ushuaïa TV, etc…
En 2010, Bonne Pioche et M6 confient à Natacha Calestrémé, sur une idée originale de Stéphane Allix, la direction d’une série intitulée « Enquêtes extraordinaires », qui aborde notamment la question des guérisseurs, du sixième sens et des frontières de la vie.téléchargement
Elle a interviewé de très nombreux médiums, guérisseurs et thérapeutes. Ce qu’ils l’ont dit lui a donné l’idée de créer et de présenter l’émission « Sur les chemins de la santé » diffusée sur Inrees.TV depuis mars 2016.
Elle écrit également pour Inexploré Magazine

Le roman:

Les blessures du silence a été publié en 2018 par les éditions Albin Michel. Il est le quatrième roman de l’auteure que néanmoins je découvre. Le style est fluide, utilisant alternativement un vocabulaire recherché et précis dans proposant une combinaison de mots à la musicalité étrange: « Malheureusement, seule une forme sombre au contour flou me dévisage. Même mon reflet n’arrive pas à s’imposer dans le limon de la ville. Je scrute les rugosités du sol à la recherche d’un signe positif, un morceau d’asphalte en forme de cœur, un brin d’herbe qui s’épanouirait dans le béton. » (Page 7)…ou plus familier si les circonstances l’exigent: « Combien de temps va-t-il jouer au faux-cul? Il n’y a pas de honte à avouer qu’on a été amoureux et qu’on s’est ramassé! Filippo m’emmerde avec son jeu du chat et de la souris. »(Page 65).téléchargement

L’histoire nous est racontée selon le point de vue de deux narrateurs différents, alternant les chapitres d’avant la disparition dans lesquels Amandine raconte son histoire avec ceux d’après la disparition dans lesquels Yoann raconte l’enquête, à la première personne et au présent, rendant ainsi l’histoire plus vivante, plus aisée à s’approprier. Et là où ça devient encore plus intéressant, c’est que l’auteure présente différentes perceptions d’un même événement du passé, ou d’une même personne, par exemple comment Amandine est perçue par ses proches, proposant des portraits psychologiques très fouillés.

Les thèmes abordés sont le harcèlement au sein de couple et la perversion dont de nombreuses femmes, mais aussi des hommes, sont victimes chaque jour sans que le droit français ne le reconnaisse; comment sortir de cette spirale de violences verbales ne laissant aucune trace apparente, comment aider les victimes et les comprendre.

L’intrigue:

Huit jours après la disparition d’Amandine Moulin, l’enquête menée par le commissariat de quartier, au point mort, est confiée à la brigade criminelle dirigée par le commissaire Hervé Filippo qui, vingt ans plus tôt, a bien connu la disparue, raison pour laquelle Yoann, le meilleur enquêteur de la brigade, relève le défi: reprendre l’enquête à zéro à partir de rien, la jeune femme s’étant volatilisée sans laisser aucune trace. Depuis le 5 septembre 13 heures, plus personne ne l’a vue et son portable reste muet.

Sachant que dans la majorité des cas le mari est responsable de la disparition de sa femme, Yoann oriente son enquête dans ce sens, d’autant que des éléments troublants viennent étayer sa thèse: pourquoi Henry Moulin ne semble pas vraiment inquiet? Pourquoi n’a-t-il pas cherché à joindre sa femme sur son portable? Pourquoi a-t-il attendu cinq jours pour signaler sa disparition? Et surtout, pourquoi parle-t-il d’elle au passé?harcèlement

Pourquoi les parents d’Amandine sont-ils convaincus qu’il a assassiné leur fille qui, quelques jours avant sa disparition, leur a confié avoir peur de lui? Qui ment? Quel rôle Filippo joue-t-il dans cette affaire? Henry Moulin est-il le manipulateur, froid et sans coeur décrit par les proches d’Amandine? A moins que les choses ne soient pas si simples…Afin de résoudre cette enquête complexe, le major Clivel devra affronter ses propres démons et regarder la réalité en face.

Les personnages:

  • Amandine Moulin: 39 ans, mariée depuis 18 ans à Henry, mère de trois filles âgées de 6, 7 et 8 ans; employée administrative à la mairie du XVe; très jolie femme mais trop maigre, longs cheveux bruns, pommettes hautes, traits fins, petit nez, charme méditerranéen; fragile psychologiquement, difficulté à être autonome selon son mari; très consciencieuse dans son travail qu’elle adore; très appréciée par sa supérieure.
  • Yoann Clivel: major au 3e district de la police judiciaire de Paris; 45 ans; d’origine bretonne par son père et basque par sa mère; un des meilleurs enquêteurs de sa brigade, intègre et opiniâtre, dont la méthode consiste à sortir son « calepin et un stylo et je note tout ce qui vient. Je me fie toujours à ces premières sensations. Ce que mes sens aux aguets perçoivent est de la plus haute importance. Mes yeux scrutent l’étrange, mon nez renifle le bizarre, mes oreilles écoutent les derniers mots de la victime, ma salive prend le goût du drame qui s’est peut-être joué là, mes mains fouillent le passé. » (Page 33)
  • Christian Berckmann: équipier et ami de Yoann; taille moyenne, visage quelconque; sa franchise, sa chance légendaire, sa sympathie naturelle et son sens de l’humour en font une personne très apprécié des hommes comme des femmes; un vrai don d’empathie; sensible à la flatterie; entré dans la police par hasard, il trouve toujours le moyen d’en faire le moins possible; passionné de pocker.
  • Hervé Filippo: commissaire de la brigade, supérieur hiérarchique de Yoann; célibataire sans enfants; aime beaucoup les animaux, notamment ses deux bergers australiens; très doué pour décrypter la personnalité de quelqu’un.
  • Henry Moulin: époux de la femme disparue; professeur de lettres agrégé en lycée, très apprécié de ses élèves.
  • Marc Honfleur: second équipier de Yoann; 23 ans; études d’ingénieur informatique; très intelligent, un taiseux qui choisit ses mots, très motivé, s’implique beaucoup dans ses enquêtes;caractère humble; lunettes de myope, légèrement voûté.
  • Paul Lafayette: père d’Amandine; 75 ans; très grand et maigre, barbe fournie grisonnante, sourcils froncés, front labouré de rides.
  • Francine Lafayette: mère d’Amandine; silhouette un peu ronde; traits fins, cheveux bruns et bouclés.
  • Brigitte: sœur d’Amandine; célibataire, sans enfants; organisatrice de salons, voyage dans le monde entier, gagne très bien sa vie; ressemble très peu à sa soeur; grande, blonde, beaucoup de charme, assumant parfaitement ses formes généreuses; très indépendante.
  • Magalie Sylvestre: bibliothécaire; la trentaine; très jolie rousse, longiligne, très peu de formes; visage aux traits fins, yeux verts.
  • Alisha: ex-compagne de Yoann; longs cheveux bruns, yeux en amande.

Psychologie d’Amandine:movement-2953852_640

Dans ce thriller dont l’intrigue est essentiellement basée sur le personnage d’Amandine , la psychologie est particulièrement travaillée car il est essentiel de comprendre que son comportement est motivé par son histoire, son fonctionnement psychique, notamment ses mécanismes de défense, sa manière de gérer la réalité à travers ses émotions et ses pulsions. Ses pensées les plus intimes mais également ses conversations avec sa sœur aident à mieux la cerner et à répondre à la question qui, invariablement, nous vient à l’esprit: pourquoi ne quitte-t-elle pas son mari? L’auteure explique remarquablement bien, avec les mots justes, le processus psychologique d’une personne soumise à un harcèlement moral de la part d’un proche.

« Quand il se ramollit, j’espère que t’en profites pour lui dire qu’il est un salopard. -Pas du tout. Ces moments-là sont si rares que je ne veux pas les gâcher. Ses mots agissent comme une gomme sur mon désespoir. Ça efface tout. » (Page 95)

Couple Amandine/Henry:

L’analyse du fonctionnement du couple est la deuxième composante capitale de Les blessures du silence: un des aspects les plus passionnants du roman est la façon dont l’auteure décortique les mécanismes complexes qui, au fur et à mesure des années, ont conduit à l’impasse dans laquelle se retrouve Amandine au début de l’histoire. Certes, la condition nécessaire à la bonne marche de l’aspect psychologique du thriller réside dans l’ empathie que nous ressentons pour Amandine, sans toutefois tomber dans la facilité en diabolisant son mari, ni, à l’inverse, en l’excusant. En effet, l’auteure démontre que tout n’est pas si simple et que Henry est, à sa manière, une seconde victime. Il ne s’agit pas de juger ses agissements mais de les analyser.depression-2826711_640

Les lieux:

Le principal lieu, mis à part les extérieurs, est l’appartement du couple Moulin qui vit au troisième étage d’un immeuble situé dans le XVe arrondissement de Paris. Tout l’appartement est rangé dans un ordre tellement parfait que sa en devient suspect: « Pas un objet ébréché, aucune poussière, pas de signe de tension. Des photos du couple, d’autres des enfants. Une famille modèle…Un décor très épuré, où pas un objet ne traîne. » (Page 33-35) =>Bizarre pour une famille avec trois enfants âgés de 6, 7 et 8 ans !!

Mon avis:

Les blessures du silence est mon premier coup de coeur de cette année 2018. Tout y est à sa place: le ton juste, le style fluide, les personnages attachants et bien campés, les descriptions appropriées sans détails inutiles, la construction judicieuse, le thème intelligemment traité. Honnêtement, rien à redire, sinon que je vous conseille vivement de vous plonger dans l’univers de Natacha Calestrémé…ce que je compte faire dès que possible en lisant ses trois précédents romans.

Citations:balloon-1051722_640

« Les coups, ça se constate et il y a des lois contre ça. Les mots sont beaucoup plus violents. Ils ne marquent pas la peau mais ils laissent des traces monstrueuses dans le cœur, pour l’estime de soi et, malheureusement, ils sont invisibles devant la justice. » (Page 56)

« J’ai l’impression que notre jeune collègue s’implique plus encore que d’habitude. Il fait du zèle. Cette disparition le touche.(…)Il faut que je garde un œil sur lui. Je sais combien on devient fragile quand une affaire agit en miroir de nos propres blessures. » (Page 105)

« Lorsqu’on ramène tout à soi, à ses pouvoirs et à sa volonté, on s’enferme dans la vision égotique d’un monde où le centre de gravité est l’homme. L’ego est un piège. On oublie par exemple que certains arbres s’adaptent à cette planète depuis plus de eux cent cinquante millions d’années quand l’humanité n’existe que depuis cinq petits millions d’années. » (Page 126)

« J’insiste toujours sur un point fondamental. Face à un pervers, il est crucial de rassurer la victime. Elle a cherché pendant des années à donner du sens à ce qui n’en avait pas et son cerveau va continuer à résister en niant farouchement, avant d’admettre l’impossible. » (Page 239)

 

Publicités

12 commentaires sur « Passion thriller: Les blessures du silence, Natacha Calestrémé. »

  1. Ce n’est pas vraiment ma cam ce genre de livre mais je comprends tout à fait que toi et d’autres adorent, honnêtement. Le suspens, une histoire dans l’histoire, un sujet très d’actualité.
    Et je trouve que tu détailles très bien ton article et que tu le construits avec minutie et intelligence, c’est super structuré, j’adore (je ne savais pas vraiment où te noter ça donc j’ai chopé ton dernier article ^^). Continue 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Merci, merci et encore merci!!! Tes encouragements me touchent beaucoup et m’encouragent à continuer.
      Moi aussi je comprends que ce genre de livres ne soit pas ta tasse de thé mais franchement ce texte va bien au-delà du simple fait de raconter une histoire de disparition. Il propose toute une réflexion sur le harcèlement moral dans un couple mais donne aussi des pistes pour s’interroger, amorcer une réflexion à propos de ce que nous sommes intrinsèquement, des valeurs que nous nous efforçons de vivre au quotidien. C’est cette profondeur que j’ai particulièrement appréciée 🙂

      Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s