Publié dans Interviews exclusives

Interview de Sandrine Destombes, l’auteure du thriller « Les jumeaux de Piolenc ».

Sandrine Destombes, auteure, entre autres, du Prix VSD RTL 2018 du meilleur thriller français, a très gentiment répondu à mes questions. Interview dans laquelle elle se confie sur sa méthode de travail, ses sources d’inspiration, ses petits secrets d’écriture.

1-Pouvez-vous vous présenter en quelques mots afin que mes lecteurs apprennent à vous connaître ?

Exercice pas si facile pour moi… que vous dire si ce n’est que j’ai 47 ans (eh oui, ça filoche), je suis mariée et éperdument amoureuse, j’ai grandi à Paris et je travaille dans la production d’événements depuis plus de 25 ans.

2-Quelle est votre formation professionnelle ?

Rien de littéraire. Après quelques mois d’égarement dans le Droit, j’ai finalement fait une école de réalisation audiovisuelle.

3-Quelles sont vos lectures habituelles et vos influences littéraires ?

Je lis essentiellement du roman policier. Pas forcément thriller. Grande fan de James Ellroy, Henning Mankell, Fred Vargas. J’ai découvert dernièrement Antonio Manzini, dans un genre beaucoup plus léger, dont j’attends maintenant les sorties avec impatience.

4-Quand avez-vous eu le déclic pour écrire votre premier roman et de ce fait devenir écrivain ? Correspond-il à un moment-clé de votre vie ?

J’ai encore du mal à me qualifier comme écrivain car l’écriture n’est pas mon activité principale. C’est ma bouffée d’air frais. Je me suis lancée pour la toute première fois il y a 5 ou 6 ans. Je ne pensais pas que ces premières lignes fniraient par être éditées. Ce n’était qu’un passe-temps qui m’aidait à traverser une phase difficile. Donc oui, c’était à un moment-clé de ma vie mais je suis sûre que vous ne m’en voudrez pas si je ne développe pas plus.

5-Les jumeaux de Piolenc est votre cinquième roman, les quatre autres étant des thrillers. Pourquoi écrire des thrillers ? Est-ce un choix délibéré ou est-ce venu comme ça, au fil de l’écriture ?

J’ai un esprit plutôt matheux et pour moi le polar / thriller est avant tout affaire de logique. C’est un domaine dans lequel je me sens à l’aise. J’ai l’impression de créer de toutes pièces un puzzle.

6-Vos précédents romans ont été publiés soit chez Nouvelles Plumes, soit chez les éditions du Crabe. Comment êtes-vous arrivée chez Hugo-Thriller ? Que vous a apporté ce changement d’éditeur ?

J’arrivais à la fin d’un cycle avec Nouvelles Plumes et je souhaitais me mettre en quête d’un nouvel éditeur. Comme je suis une très mauvaise commerciale et que j’ai beaucoup de mal à « me vendre », j’ai préféré tenter le concours organisé par la plateforme Fyctia en partenariat avec Hugo Thriller. C’était un moyen – ou pas – de me faire remarquer. Pour le reste, tout changement est une nouvelle aventure que je me réjouis de vivre !

7-Parlons maintenant de votre travail d’écrivain. Comment procédez-vous pour construire une intrigue ? Partez-vous d’un personnage, d’un lieu, d’un événement ?

J’attends qu’un premier paragraphe me vienne en tête. Il peut s’axer sur un personnage, un fait divers ou un lieu. Je ne sais jamais à l’avance ce qui va m’inspirer. Mais quand les premières lignes s’imposent à moi, telle une évidence, je me lance.

8-Les Jumeaux de Piolenc est basé uniquement sur l’enquête, privilégiant les investigations des enquêteurs, sans s’attarder sur des détails annexes, épurant ainsi votre récit, ce qui lui donne une dimension plus profonde, presque surréaliste. Qu’en pensez-vous ?

En tant que lectrice, j’aime qu’on me laisse de la place. Qu’on me permette d’imaginer mes propres personnages, les décors… Si on m’impose trop de détails, qu’on me façonne chaque image, j’ai du mal à m’approprier l’histoire. Alors j’imagine que j’applique cette volonté dans mon écriture. D’ailleurs, je m’aperçois, au vu des retours, qu’il y a autant d’interprétations qu’il y a de lecteurs et j’aime beaucoup cette idée.

9-L’intrigue de votre roman est complexe, articulée entre passé et présent. Comment avez-vous procédé ? Avez-vous d’abord imaginé la partie passé, ou la partie présent ?

J’écris au fil de l’eau. Pas de plan, pas même la fin. J’ai besoin de me laisser porter. Je suis en fin de compte la toute première lectrice du roman.

10-Votre roman développe un thème très douloureux, celui de la perte d’un enfant, que ce soit une fugue, une disparition restée inexpliquée ou un meurtre. Ce thème fait-il particulièrement écho pour vous ?

Je sais que la perte d’un enfant est une chose dont on ne peut se remettre. On passe sa vie à chercher des raisons, des excuses, des explications, le fait est que le seul sentiment qui reste est l’injustice. Et il n’y a, selon moi, rien de plus frustrant et douloureux que l’injustice.

11-La psychologie des personnages est particulièrment soignée, notamment celle du père des jumeaux. Est-ce un aspect très important pour vous ?

Oui, j’ai besoin de ressentir de l’empathie pour mes personnages et j’ai besoin pour cela qu’ils incarnent des gens du quotidien. Qu’ils ne soient pas des super-héros ou des êtres si torturés qu’ils en deviennent imbuvables.

12-Question subsidiaire devenue presque classique : si vous deviez n’emporter avec vous que cinq œuvres littéraires, quelles seraient-elles ?

Je n’ai pas pour habitude de relire ce que j’ai aimé. Je préfère garder ma première impression intacte. Mais puisque nous sommes « en théorie », je pense que mes choix seraient assez hétéroclites. Je prendrais le Pendule de Foucault d’Umberto Ecco, Le mépris d’Alberto Moravia, un René Barjavel, n’importe lequel, le livre d’Hitchcock par Truffaut (que je connais pourtant par cœur), et un dictionnaire ! J’adore les dictionnaires !!

Un grand merci à Sandrine Destombes pour sa gentillesse, sa disponibilité et le temps qu’elle m’a consacré.

Publicités

6 commentaires sur « Interview de Sandrine Destombes, l’auteure du thriller « Les jumeaux de Piolenc ». »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s