Publié dans Passion polar, pollution

Passion polar: Chine, retiens ton souffle, Qiu Xiaolong.

Chine, retiens ton souffle, nouvelle enquête de l’inspecteur Chen, montre un visage de la Chine d’aujourd’hui et de la ville de Shanghaï bien peu reluisant.Une subtile manière de dénoncer les dérives d’un système corrompu et anti-démocratique et de sensibiliser l’opinion sur le problème de la pollution toxique qui ronge la ville chinoise.

L’auteur:

qiu xiaolong.jpegQiu Xiaolong, né à Shangaï en 1953, est un auteur de romans policiers et un poète. Lors de la Révolution culturelle en 1966, son père est la cible des révolutionnaires tandis que Qiu est interdit de cours pendant plusieurs années. Il parvient néanmoins à apprendre l’anglais.

En 1988, il part étudier aux USA pour une année à l’université de Saint-Louis, dans le Missouri. Mais suite aux événements de la place Tian’anmen, en 1989, il décide de s’y installer. En 1996, il soutient sa thèse sur le poète américain T. S. Eliot. Aujourd’hui, Qiu Xiaolong enseigne à l’université de Saint-Louis

Le roman:

Chine, retiens ton souffle, Hold Your Breath China en version originale éditée en 2018,téléchargement (1).jpeg onzième opus de la série consacrée à l’inspecteur Chen, a été publié en octobre 2018 par les éditions Liana Levi. C’est un roman érudit, intelligent, au style fluide, très agréable à lire. Découpé en journées, il donne un aperçu de la vie à Shanghaï, mêlant vie quotidienne, politique et omniprésence du Parti, et enquête policière: crise du logement, pollution, corruption, transport, transformation de la ville…avec pour fil rouge des citations issues des 36  Stratagèmes, traité d’art de la guerre, ainsi que des proverbes et des extraits de poèmes, insufflant au récit une dimension picturale.

Thèmes: pollution aggravée, corruption des milieux politiques et judiciaires, l’ingérence du Parti jusque dans la vie quotidienne des Chinois, le désespoir face aux mensonges de la classe dirigeante.

L’intrigue:

Un tueur en série terrorise Shanghaï: trois meurtres en trois semaines, perpétrés aux aurores dans une rue passante. Au vu de ces circonstances surprenantes, Li Guohua, numéro 1 de la police de la ville, demande la collaboration de Chen Cao et de son équipier. En effet, à la veille de la session annuelle de l’Assemblée, il est impératif pour l’image du Parti de résoudre cette affaire de meurtres en série le plus rapidement possible. Pourtant, même modus operandi mais aucun lien apparent entre les victimes, issues de milieux sociaux complètement différents.

shanghai-3675762__340
Shanghaï

C’est alors que Zhao, puissant personnage, confie à Chen une mission des plus délicates: enquêter sur un groupe d’activistes écologiques devant se réunir secrètement à Shanghaï afin de mettre au point un plan d’action les mensonges du Parti concernant les effets dévastateurs de la pollution, dirigé par Yuan Jing, une blogueuse très suivie sur le net par des milliers d’internautes qui commencent à protester de plus en plus fort.

Mais les autorités chinoises, bien planquées à l’abri de leurs purificateurs d’air perfectionnés, refusent de voir la situation en face et les nombreuses maladies ou décès dus au nuage gris qui enveloppe six mois sur douze la perle de l’Orient. Pourquoi la Sécurité Intérieure prend-elle le relais de l’enquête menée par la police de shanghaïenne?  Est-ce un piège savamment orchestré par les ennemis de Chen? A nouveau sur la corde raide, le talentueux policier se retrouve au centre d’une périlleuse partie d’échecs dont il se demande comment il va procéder pour en sortir vainqueur…

Les personnages:

  • Yu Guangming: inspecteur de la police de Shanghaï aux affaires spéciales, équipier et ami de Chen.
  • Chen Cao: inspecteur principal, équipier de Yu, flic très compétent et honnête.
  • Li Guohua: numéro 1 de la police de Shanghaï, chef corrompu mais judicieux.
  • Zhao: ancien secrétaire de la Commission centrale de contrôle de la discipline; protège Chen.
  • Yuan Jing: chef du mouvement activiste anti-pollution, dont le blog, suivi par des millions d’abonnés, exerce une influence certaine; très jolie femme, longs cheveux de couleur foncée; épouse d’un important homme d’affaires, directeur d’une usine d’énergie solaire.
  • Peiqin: épouse de Yu, propriétaire d’un restaurant et serveuse au restaurant d’Etat; apporte une aide précieuse à son mari dans ses enquêtes, sous forme de conseils, de recherches diverses.
  • Qiang: directeur de l’association des écrivains de Shanghaï, bientôt en retraite.
  • Meiling: assistante de Qiang.
  • Melong: pirate informatique, ami de Chen.

Les lieux:

shanghaï
Shanghaï

Le décor est planté sommairement mais efficacement grâce à de fugitives évocations: « A l’est du fleuve, il n’y avait que des champs, je m’en souviens comme si c’était hier. Maintenant, les gratte-ciel se dressent les uns contre les autres, la ville est devenue le centre financier de l’Asie… » à la circulation constamment bloquée, où les voitures peuvent passer des heures à l’arrêt.

Ambiance: la pollution.

Très nombreuses allusions au perpétuel brouillard de pollution dans lequel Shanghaï se trouve noyée une grande partie de l’année, avec les conséquences déplorables sur la vie quotidienne et la santé des habitants: « Ce matin-là, la vue aérienne sur la ville aurait dû être éblouissante, révéler les vaisseaux colorés voguant sur le fleuve Huangpu bordé de gratte-ciel majestueux, mais pour l’instant l’horizon était complètement bouché. L’hôtel semblait enveloppé dans un immense voile gris. » (Page 20)… »Le smog ne s’évapore pas, il stagne toute la journée. Et il est très malsain, plein de particules fines extrêmement toxiques. » (Page 21)… »Dans la capitale, pendant plusieurs jours, un nombre considérable de vols avaient été annulés ou retardés, avait lu Chen, à cause du manque de visibilité dû à u nuage de pollution qui recouvrait l’aéroport. » (Page 22)…masque

… »Pendant des jours, les enfants n’ont pas le droit d’aller à l’école ou de sortir de chez eux. Et comme on peut le lire dans le Wenhui, les pics de pollution sont aussi particulièrement nocifs pour les personnes âgées ou malades. » (Page 23)… »La mauvaise qualité de l’air n’était pas un phénomène nouveau, mais pendant des années les gens ne s’en étaient pas tellement préoccupés parce que sous Mao, ils avaient vécu dans une « Chine fermée » où, selon les medias contrôlés par le Parti, « tout allait bien ».(Page 48).

En conclusion:

Une intrigue très complexe grâce à laquelle le lecteur pénètre au cœur des rouages politiques du Parti qui fait la pluie et le beau temps d’une Chine en pleine mutation, qui oscille entre modernisme et traditions ancestrales, tout en suivant en parallèle l’enquête menée par Yu sur les meurtres en série. Peu de scènes d’action ou de descriptions dans ce polar intimiste dont le credo est de décortiquer les rouages de l’organisation sociale et politique, et de dénoncer l’ingérence étouffante et la propagande éhontée du Parti, jusqu’à nier les problèmes dus à la pollution.

Le +: Chine, retiens ton souffle montre des aspects de la civilisation chinoise, la gastronomie, les traditions, les habitudes vestimentaires, la littérature….Mais également des aspects moins valorisants telle que l’emprise du Parti sur tous les compartiments de la vie quotidienne, les institutions politiques : « Le Parti est capable de changer la loi et de nous reprendre nos biens à tout moment. » (Page 99), les machinations qui oblitèrent le fonctionnement de la police et de la justice du pays: « L’acharnement avec lequel Chen avait défendu son indépendance judiciaire dans le cadre d’une enquête sur un prince rouge et son refus d’obéir aux directives supérieures avaient profondément irrité certaines huiles du Parti. » (Page 18).

smog
Smog

Citations:

« Pour chaque réglementation du gouvernement, le peuple a dix réglementations contraires » (Vieux proverbe chinois).

 » « L’invitation à prendre une tasse de thé » était une nouvelle expression pour désigner une pratique courante de la Sécurité intérieure consistant à placer en détention et à interroger des gens en secret. Pendant des jours, des semaines parfois, si le « buveur de thé » ne livrait pas les informations espérées. Comme il ne s’agissait pas d’une procédure officielle, aucun media n’avait le droit d’en parler. » (Page 127).

« Plaisanterie circulant dans les rues de Shanghaï: « Un journaliste de la télévision centrale de Chine interroge les passants sur la pollution. « Quel effet pensez-vous que le smog a sur votre vie, ma tante? » La personne répond: « Un effet catastrophique, à travers cette purée de pois, vous ne voyez même pas que je suis votre oncle! »  » (Page 160).

Publicités

4 commentaires sur « Passion polar: Chine, retiens ton souffle, Qiu Xiaolong. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s