Publié dans Paris, Passion thriller

Passion thriller: Organigramme, Jacques Pons.

Organigramme, une plongée dans le monde de la mode qui fait froid dans le dos, où tous les coups sont permis pour se faire une place au soleil…ou que l’on croit au soleil…mais où manigances rime avec hostilité…

L’auteur:

jacques pons.jpegJacques Pons a fait l’essentiel de sa carrière professionnelle dans le milieu de la mode qu’il connaît bien pour y avoir travaillé pendant une quinzaine d’années. Il est âgé de trente-sept ans et vit à Paris. Ses passions: la gastronomie, le rugby et…la lecture, of course, même s’il avoue lui-même ne lire que peu de thrillers.

Le roman:hugo thriller

Organigramme a été publié par les éditions Hugo Thriller en septembre 2018. Il s’agit du premier roman de l’auteur qui, ayant travaillé quinze ans dans le monde de la mode, s’est inspiré de son expérience. Le style est efficace, fluide, percutant, dans une langue riche et colorée: « Le champagne était frais, le tajine de poulet au citron offrait aux convives l’illusion que le vin n’entamait pas les consciences, et les étoiles de la nuit saharienne déployées en myriade infinie par-dessus le patio du riad privatisé pour l’occasion rivalisaient d’éclat avec l’opulence scintillante d’une table dont l’argenterie semblait sortie d’un conte des Mille et une nuits. » (Page 79). Le roman a été couronné du Prix Coup de Coeur RTL 2018, récompense amplement méritée.

vintage-1465346__340Les thèmesOrganigramme met en lumière l’envers du décor du monde de la mode vu de l’intérieur: la cruauté, l’hypocrisie, une jungle sans scrupule.

Construction du roman: le prologue nous plonge d’emblée dans l’angoisse puis le crime, décrit dans une scène dont le suspense est entretenu par le fait que ni le bourreau ni la victime ne sont identifiés. Dans le même ordre d’idée, certains chapitres, écrits en italique, donnent la parole à l’assassin qui reste anonyme, malgré certains détails précisant qui il/elle n’est pas. Soit dit en passant, je l’ai identifié assez rapidement, mais c’est peut-être l’habitude de lire de nombreux thrillers…

L’intrigue:woman-2636307__340

Louis Laigneau, maison de couture française où créativité rime avec stress et humiliations, vient d’offrir à ses employés un séminaire au Maroc dans le but de stimuler les forces vives à l’approche de la prochaine saison. Mais la réalité est loin d’être aussi idéal que Angelo Bertani veut bien le laisser croire.

Pourquoi Vieilleville, le directeur administratif et financier de l’entreprise, n’a-t-il pas participé au séminaire alors qu’il se trouvait dans l’avion? Est-il vrai qu’il aurait démissionné à la dernière minute? Que cache en réalité cette disparition? Pourquoi Sybille reçoit-elle des lettres anonymes?

A leur retour à Paris, tous les collaborateurs de l’entreprise se retrouve plongé dans une atmosphère de suspicion et de malaise. C’est alors que les cadavres commencent à joncher l’open space. Yasmina, mise sur la touche, décide d’enquêter à sa manière pour tirer tout ça au clair, tandis que Marek, responsable de la sécurité, mène également son enquête. Dès le début, tout le monde comprend qu’il s’agit d’une vengeance. Mais qui veut se venger? Et de quoi? La descente aux enfers ne fait que commencer…

Les personnages:

Les personnages de ce roman se répartissent en deux groupes: les employés de Louis Laigneau, victimes ou suspects:

  • Emmanuel Veyron: directeur commercial.
  • Angelo Bertani: PDG de la maison Louis Laigneau.
  • Yasmina Sall: employée de la maison de couture; sénégalaise d’extraction modeste, flapper-3751052__340la seule qui sort du lot non par son origine sociale mais par les scrupules et l’empathie qui l’animent.
  • Valérie Lambert: assistante de direction de Bertani.
  • Hans Juncker: directeur de production, de qualité et de logistique.
  • Victor de Almeida: directeur de la communication; franco-brésilien.
  • Jean-Etienne de Vieilleville: directeur administratif et financier.
  • Sophie Muhlstein: responsable des ressources humaines.
  • Marek Konecny: directeur de la sécurité; ancien milicien.
  • Laurent Duault: adjoint du directeur financier.

Et les autres, malfrats ou policier:

  • Ibrahima: frère aîné de Yasmina.woman-2780952__340
  • Sok: lieutenant d’Ibrahima.
  • Bastien: lieutenant d’Ibrahima.
  • Anselme: ami d’enfance de Yasmina.
  • Pascal Delhomme: commissaire chargé de l’enquête, ami de Marek.

Les lieux:

Organigramme montre l’opposition entre deux mondes radicalement opposés: celui de la haute-couture, surfait et superficiel; celui de la ban lieue où violence rime avec misère sociale. Des mots simples, des phrases courtes et lapidaires pour planter un décor sommaire mais évocateur. Contraste entre le bureau de la RH: « Le bureau de Sophie Muhlstein était situé au deuxième étage de l’hôtel particulier que Louis Laigneau avait élu pour siège social, au 105 avenue Montaigne. Moulures, parquet Versailles, cheminée, lampes Art déco et photographies en noir et blanc agrémentaient la grande pièce d’angle, qui évoquait à elle seule le rayonnement de la Maison … » (Page 125)…et l’immeuble où vit la famille de Yasmina: « A la jonction de deux autoroutes, la commune d’Aulnay-sous-Bois était emprisonnée entre deux zones aéroportuaires internationales, Le Bourget et Charles-de-Gaulle. Des millions de passagers passaient tous les jours au-dessus des barres d’immeubles, et longeaient les façades tristes de l’un des quartiers les plus pauvres et criminels de la banlieue parisienne. » (Page 261).

Ambiance: le quotidien des employés de la Maison est tissé de ragots, de méchanceté gratuite et compétition féroce: « -Elle est limite en burn out, la Sybille. Depuis qu’elle apris la maroquinerie, elle touche plus terre, de toute façon. Non, mais c’est grave de donner ce poste à une idiote pareille. Elle tient pas la distance, elle sait à peine faire une addition, et t’as entendu comment elle bégaie à chaque comité produit, on dirait une chèvre sous kétamine.

-Tout le monde sait comment elle l’a eu, le poste, les filles. D’ailleurs, vous avez vu, elle a pris quarante kilos depuis. » (Page 34).

En conclusion:woman-1348361__340

Un premier roman et déjà de belles qualités, de celles qui font les thrillers qu’on a envie de dévorer jusqu’à la fin: dans une grande marmite vous mettez du rythme, du suspense, des personnages intéressants, les coulisses d’un milieu peu ou mal connu, un thème rarement évoqué…vous mélangez les ingrédients et voilà le résultat: un vrai Coup de Coeur…

Le +: Organigramme analyse la situation dramatique et le rôle de chacun avec finesse et les mots justes: « Il s’agissait d’interpréter une partition sur deux tempos à la fois. Le tempo court de la semaine à venir, dont les enjeux étaient de rassurer les salariés, d’enquêter à chaud sur l’identité du donneur d’ordres macabre, et d’écarter tous les nuisibles curieux, au premier desquels la presse, les syndicats, l’Inspection du travail et les autorités. » (Page 180).

Le monde de la mode loin des paillettes et du glamour: corruption, intimidation, viol des lois fondamentales du travail, licenciement abusif, chantage…Est-ce d’une maison de haute couture dont on parle ou d’une famille de mafieux…C’est à se demander !!!

Citations:haute couture 1

« En rentrant à Paris, elle filerait chez Muhlstein et lui collerait sa démission avec plaisir et soulagement. Tant pis pour ses rêves d’ascenseur social. La jolie Sénégalaise de la cité des Trois-Mille à Aulnay-sous-Bois ne se ferait jamais un nom dans la mode parisienne, mais au moins elle garderait les valeurs transmises par l’oncle et la tante qui l’avaient élevée. » (Page 41).

« Le pion ne se meut sur l’échiquier que parce qu’on lui en donne l’ordre, ou parce qu’on lui fait miroiter qu’il peut prendre la place de la tour ou du cavalier. Voire de la reine. » (Page 168).

organigramme 1« L’organigramme. La hiérarchie. Le secret. Le dessein qui les dépasse mais qu’ils servent avec ardeur, soldats misérables d’une armée qui tourne en rond, trop occupée à contempler sa propre splendeur pour prendre conscience de sa décadente vanité. » (Page 344).

2 commentaires sur « Passion thriller: Organigramme, Jacques Pons. »

  1. C’est passionnant de réaliser que des gens qui connaissent bien un certain milieu (les scientifiques, la mode, les écrivains, la mode, le cinéma, les musées… ) et ont un talent pour écrire nous captivent en nous dévoilant des touches de ce monde en proie au crime. Finalement, partout l’homme recrée le scenario, et qu’il soit artiste ou chercheur ne change rien : on a ceux qui ont la foi, ceux qui veulent la gloire, ceux qui sont prêts à tout pour s’enrichir ou pour être sous les spots, les comploteurs, les mi-figue mi-raisin qui basculent…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s