Publié dans attentats terroristes, éditions City, Passion thriller

Passion thriller: La voix des morts, Eric Bony.

Un thriller qui pose la question de l’au-delà, de la communication avec les morts, intelligemment construit, une aventure palpitante…

L’auteur:

Laissons Eric Bony se présenter lui-même: »École de communication puis de journalisme. éric bony (1)Reporter pendant une dizaine d’années, dans une maison de production (Science Frontières), j’ai travaillé pour la revue Mystère et l’émission de TF1 L’odyssée de l’étrange dans les années 90. Aujourd’hui, je suis responsable de publications dans une collectivité locale mais reste passionné par le paranormal et les énigmes historiques. Je me sers des dossiers sur lesquels j’avais enquêté à l’époque comme toile de fond pour mes romans mettant en scène le journaliste Thomas Cazan (Le tombeau du diable et La musique des ténèbres -City Éditions). Je lis beaucoup de thrillers et de romans historiques. » Merci à Eric Bony pour ces précisions…

Le roman:

La voix des morts a été publié par les éditions City en 2018. L’écriture d’Eric Bony est solide, le style est soigné, avec beaucoup d’humour: » Il fallait que tout aille vite, et l’humanité était devenue avare de mots… Et même avare de consonnes et de voyelles. Que resterait-il d’une relation amoureuse ou amicale entre deux êtres dans cinq cents ans ? Jte kiffe grave ❤ dans la mémoire d’un téléphone. Est-ce que cela suffirait à rendre la force des sentiments des centaines d’années après ? » (Page 20)…éditions city

La voix des morts bénéficie d’une construction sérieuse s’appuyant sur une très bonne documentation concernant des sujets aussi variés que, entre autres, les coutumes funéraires, les recherches de savants du 19e siècle (Edison, Flammarion), l’au-delà…Ce qui en fait un roman intelligent, instructif.

L’intrigue:

Thomas Cazan, journaliste de l’étrange, vient d’enterrer son amie, Agnès Lecomte, une des victimes de l’avion qui a explosé en plein vol quelques jours plus tôt. Le jeune homme est effondré. Il n’a plus goût à rien. C’est alors qu’il est contacté par la spirite Eléanore Muratti qui lui demande son aide pour retrouver le fameux nécrophone mis au point par Thomas Edison. Pour convaincre le jeune homme, elle lui transmet un message de l’au-delà de la part d’Agnès…

nécrophone de thomas édison.jpeg
Thomas Edison et son nécrophone

Dans le même temps, l’inspecteur Bennoun mène l’enquête sur la mort mystérieuse d’Hervé Pintel et de sa voisine, dans des circonstances pour le moins insolites: « Il la retourna et ne put retenir un mouvement de surprise. Le visage de la vieille dame était figé par la terreur, ses cheveux dressés sur sa tête. Il se releva, incrédule, et s’avança dans la pénombre de l’appartement, remarquant les ampoules éclatées et les débris de verre qui jonchaient le sol. »… » Pintel avait subi le même sort que la vieille femme. Son visage avait une expression de terreur, ses cheveux avaient blanchi et étaient eux aussi dressés. On aurait dit que l’homme était mort de peur (…) C’était impossible ! Pintel était enfermé à clé dans la pièce. La fenêtre était close. Cela n’avait aucun sens. » (Pages 46-54).

Quel rapport entre ces deux morts et la disparition d’un collectionneur de vieux papiers? Tout semble tourner autour de documents recelant de mystérieux secrets que certains acheteurs sont prêts à acquérir par tous les moyens, même les moins avouables. Pourquoi?

L’enquête sur les deux morts mystérieux est confiée à l’inspecteur Farid Bennoun, ami d’Agnès et de Thomas. Ce dernier, qui pensait boucler ses investigations en quelques jours au plus, se trouve confronté à des adversaires redoutables, prêts à tout pour protéger leurs secrets et leurs intérêts, tandis que Thomas, contacté par une vieille spirite un peu folle se voit embarqué dans une affaire bien plus complexe et périlleuse qu’il ne le pensait. Le mystère s’intensifie de chapitre en chapitre…

Les personnages:

au-delà
Au-delà
  • Thomas Cazan: journaliste de l’étrange au journal l’Enigm, 36 ans; courts cheveux blonds; sérieux, compétent, exerce son métier sans verser dans le charlatanisme.
  • Grégoire Saint-Yves: ami de Thomas, archiviste du magazine Enigm.
  • Gustave Pontet: rédacteur en chef de Thomas; trentenaire, issu d’une école de commerce, n’y connaît pas grand chose au journalisme; fait confiance au professionnalisme de Thomas.
  • Farid Bennour: chef de groupe à la Crim; caractère ombrageux mais bon flic; ami d’Agnès.
  • Eléanore Muratti:  fille et héritière d’un riche industriel italien; née à Milan en 1941; passionnée par le spiritisme et la communication avec les morts.
  • Anthony Kraspec: medium, ami d’Eléanore; environ trente ans, plutôt bel homme.

Contexte:

attentats.jpeg
Attentats du 13 novembre 2015

L’action du roman se situe en novembre 2015, au moment des attentats terroristes particulièrement meurtriers qui ont ensanglanté la capitale parisienne cette année-là. Même si le terrorisme ne constitue pas le thème principal de l’histoire, ces événements remodèlent le paysage humain dans lequel évoluent les personnages, créant une atmosphère pesante: « Pour la chasse aux terroristes dont le départ avait été donné avec les attentats du 13 novembre, beaucoup de services avaient été réorganisés dans l’urgence, les effectifs disséminés pour des missions de recherche et de surveillance. Bref, son équipe d’enquêteurs avait été temporairement décimée. Personne ne savait si d’autres attaques étaient programmées et c’est ce dont on avait peur en haut lieu. » (Page 43).

En conclusion:

Le +: j’ai lu ce roman avec beaucoup de plaisir tant sa construction solide, son intrigue bien ficelée, son thème certes galvaudé mais traité d’une manière convaincante m’ont charmée. Le rythme est trépidant grâce à des chapitres courts chacun mettant en place quelques pièces du puzzle final.

De l’humour, de l’étrange, de l’émotion: « Il repéra un banc providentiel et s’affala dessus, se prenant la tête entre les mains. Il ne pleura pas… Pas son genre. Il vivait un cauchemar éveillé. Un cauchemar qui avait débuté quelques jours auparavant avec l’assassinat de celle qu’il considérait comme sa future femme. »….des scènes d’action bien ficelées. Un roman intelligent qui pose des questions sans rentrer dans la polémique…Que demander de plus??? La suite, bien évidemment !!!

Citations:fantôme

« À trente-six ans, l’astronome Camille Flammarion, qui avait publié l’année précédente Atlas céleste, répertoriant les principaux objets d’études astronomiques, et qui venait de sortir Cartes de la Lune et de la planète Mars et Histoire du ciel, savait que la science est source de prodiges et que des phénomènes, aussi étonnants soient-ils, pouvaient devenir des objets d’étude, à condition que les hommes qui s’y intéressaient restent humbles devant un monde qui échappait encore à leur compréhension et gardent l’esprit ouvert, loin des dogmes et de leurs carcans. » (Page 11).

« Thomas avait levé les yeux au ciel ; il détestait le foot, ou du moins l’importance qu’on lui accordait dans la société. Il avait du mal à comprendre l’engouement que ce jeu suscitait et, surtout, il trouvait cela malsain. Et puis, ces stars millionnaires capricieuses, dont le seul mérite était de donner des coups de pied dans une balle l’horripilaient. Le foot aurait dû rester un jeu, pas un cirque indécent, entretenu, voire encouragé par les médias. » (Page 37)

« Bien que non pratiquant, il était musulman et redoutait les amalgames qu’engendreraient inévitablement de telles actions terroristes. Ces imbéciles endoctrinés, dont la seule source d’inspiration était Le Coran pour les nuls, risquaient de foutre un sacré bordel dans la société française. Les actes antimusulmans, témoignant de la bêtise de certains, de leur ignorance crasse et de la peur de l’autre – surtout s’il est différent – n’allaient pas tarder à fleurir. » (Page 45).

« Cette maudite vieille dame avait distillé un terrible poison en lui qui s’était infiltré dans son esprit, déformant la réalité. Ce poison, c’était tout simplement l’espoir, l’espoir que la mort n’est pas la fin de tout. De tout temps, les hommes ont eu besoin d’imaginer qu’il y avait quelque chose après la mort, une forme de survivance qui donnait un sens à la vie et rendait tolérables et compréhensibles toutes les épreuves traversées. » (Page 61).

« Ceux qui les ont manipulés n’ont fait que savonner la mauvaise pente sur laquelle ils s’étaient engagés et les pousser en leur donnant un idéal, des règles, une structure que notre société a été incapable de leur donner. On leur a fait miroiter un destin auquel ils n’espéraient plus. En fait, ces assassins sont surtout des pauvres types qu’on a endoctrinés. C’est pathétique aujourd’hui en France que des jeunes foutent leur vie en l’air en partant combattre en Syrie ou en massacrant des innocents au nom d’une idéologie mortifère et archaïque qui correspond
à une lecture dévoyée d’un texte sacré ! Et quand je pense que des personnes juives, musulmanes, chrétiennes, qui ont en commun le même héritage qu’ils considèrent comme sacré – l’Ancien Testament – se sont entre-tuées et continuent. Je ne suis porté sur aucune religion, mais quand tu regardes bien, l’islamisme radical n’a rien à voir avec l’Islam, tout comme les bourreaux psychopathes de l’Inquisition n’avaient rien à voir avec la doctrine catholique. » (Pages 78-79).

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s