Publié dans Dossiers police scientifique, enchaîné, Paris, prison

Dossier n° 16: histoire de la Morgue de Paris, premier volet.

Un très grand nombre d’affaires criminelles passent par la case « Institut médico-légal », appelé plus communément « Morgue ». Mais quelle est l’origine de ce mot et de cette institution…C’est ce que vous apprendrez ici.

1)Le Grand Châtelet.

En 877, alors que le royaume était la proie des assauts réguliers des envahisseurs venus du Nord, Charles le Chauve fit restaurer les remparts romains, fortifier les ponts, resserrer leurs piles afin d’empêcher le passage des bateaux. Il fit également ériger des châtelets de bois en forme de tours afin de protéger les extrémités des ponts. Lorsque les Vikings voulurent s’emparer de la capitale, en 885, ils se heurtèrent ainsi à une forteresse infranchissable. Ils décidèrent alors d’assiéger la cité afin d’obliger ses habitants à se rendre en les affamant.
En février 886, une grande crue de la Seine emporta le Petit-Pont, isolant les douze défenseurs restés sur la tour qui deviendra le Petit Châtelet. Ils résistèrent vaillamment

grand châtelet 1.jpeg
Grand Châtelet

mais aucun ne survécut. Finalement, le roi Charles le Gros arriva avec des renforts mais, ironie du sort, au lieu de combattre, il acheta à prix d’or le retrait des envahisseurs.

Vers 1130, les tours de bois furent remplacées par des constructions de pierre. Le Grand Châtelet, solide construction carrée sur la rive droite du fleuve, au débouché de la rue Saint-Denis, dotée d’une cour au milieu et de portes détournées, était entouré de profonds fossés alimentés par les eaux de la Seine. Ses deux angles étaient renforcés par deux tours.

En 1190, la construction de l’enceinte dite de Philippe-Auguste rendit les deux châtelets de défense inutiles. C’est alors qu’y fut établi le siège de la prévôté de Paris chargée de la police et de la justice criminelle, comprenant prisons et salles de torture. Sous le règne de Saint-Louis, l’austère bâtisse fut considérablement agrandie. Par une ordonnance royale de Philippe V le Long en 1318, le greffier du Châtelet veillait à ce qu’une chandelle resta allumée toute la nuit à la porte du tribunal afin de décourager les nombreux malfaiteurs qui sévissaient sur la place sise devant la forteresse, alors la plus fréquentée de la capitale.

enceinte philippe auguste
Enceinte de Philippe-Auguste

En 1684, le Grand Châtelet, ayant subi les outrages du temps notamment dus à l’humidité, fut à nouveau reconstruit, ne laissant de l’ancien édifice que quelques tours obscures. Les cellules de cette forteresse devenue prison se répartissaient en trois catégories : les chambres communes à l’étage, sans doute les moins horribles ; celles dites « au secret », de beaucoup plus abominables, portaient les noms évocateurs de « Le Puits », « les Oubliettes » ; quant aux fosses du bas-fond, les conditions y étaient véritablement atroces : les prisonniers y étaient descendus à l’aide d’une poulie ; ils avaient continuellement les pieds dans l’eau et ne pouvaient se tenir ni couchés, ni debout ; en général, ils mouraient après quelques jours de détention.

Le comble est que les détenus devaient payer le geôlage par nuitée, en fonction de sa condition. Pour un lit ou de la nourriture mangeable, il fallait s’acquitter d’un supplément !!!!

Les célébrités qui ont séjourné au Grand Châtelet : François Villon, Clément Marot, Michel d’Amboise, Molière, Cartouche…

2)La Morgue.

Au xve siècle, « morgue » signifie visage. Ainsi, les prisonniers enfermés dans les cellules basses du Châtelet étaient « morgués », dévisagés avec insistance par les geôliers dans le but de mémoriser leur visage au cas où ils s’évaderaient, où en cas de récidive. Par extension, les cellules où ils étaient ainsi « morgués » furent appelées « morgues ».basse fosse

Le dépôt de cadavre au Châtelet est mentionné pour la première fois dans une sentence du prévôt de Paris, officier royal dont la principale fonction était de veiller au bon fonctionnement de la justice et au maintien des coutumes du pays, le 23 décembre 1371. Une sentence du 1er septembre 1734 associe directement la basse-geôle du Grand Châtelet à l’identification des cadavres.

Quelques années plus tard, les cellules ayant été transférées dans une autre partie du Châtelet, les geôles de basse fosse furent uniquement utilisées pour exposer les cadavres ramassés au cours de la nuit sur la voie publique, ou repêchés dans la Seine. Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, environ une quinzaine de morts étaient ainsi récupérés chaque nuit, à charge pour les Filles hospitalières de Sainte-Catherine, religieuses de l’hôpital Sainte-Catherine situé rue Saint-Denis, avaient pour mission de les nettoyer avant de les inhumer dans le cimetière des Innocents.

En raison de sa vétusté et des conditions de détention épouvantables, la démolition du Grand Châtelet avait été envisagée par les autorités en 1780, mais ce n’est qu’après les massacres du 2 septembre 1792 que les geôles furent désaffectées. Pourtant, le projet de démolition n’aboutit qu’en 1802, en commençant pas les cachots. D’autres bâtiments de l’ancienne forteresse encore occupés par les tribunaux de première instance et d’appel

île de la cité.jpeg
Île de la Cité

du second arrondissement de paris, ne furent démantelés qu’entre 1808 et 1810. En 1857, subsistaient quelques vestiges, entre le quai de la Mégisserie, la place du Châtelet et la rue Pierre-à-Poisson, aujourd’hui disparue. Sur l’emplacement du Grand Châtelet on édifia l’actuelle place du Châtelet entre 1855 et 1858 et le théâtre du Châtelet inauguré en 1862. Quant aux locaux de la Morgue, le préfet de police Dubois les fit transférer quai du Marché-Neuf en 1804.

 

Publicités

2 commentaires sur « Dossier n° 16: histoire de la Morgue de Paris, premier volet. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s