Publié dans angoisse, éditions métailié, Passion thriller, trafic de drogue

Passion thriller: Piégée, Lilja Sigurdardottir.

Je vous présente aujourd’hui une des étoiles montantes du polar islandais avec ce roman évoquant les thèmes du trafic de drogue et de crise économique.

L’auteur:

téléchargement (5)Lilja Sigurdardottir, née en Islande en 1972, est une romancière de romans policiers. En 2008, grâce à un concours, elle est remarquée par les éditions Bjartur désireuses de renouveler leur vivier d’auteurs de romans policiers. L’année suivante, elle publie Spor son premier roman. Elle est l’auteur de trois autres romans parus en Islande entre 2010 et 2016, mais c’est avec le troisième, Gildran, qu’elle obtient le succès.

Le roman:

Piégée, Gildran dans la version originale parue en 2015 en Islande, est publié en 2016 par les éditions Métailié. Les chapitres courts sont dévolus à un personnage dont on suit les faits et gestes en détail, ce qui a le mérite de proposer plusieurs points de vue grâce auxquels le lecteur assiste à l’évolution de l’intrigue. Le rythme est lent, comme les pièces d’un puzzle qui se mettent en place petit à petit; on sait qu’il va se passer quelque chose, mais quoi et quand, mystère!! Au fil des pages on sent les mailles du filet se resserrer faisant monter la tension crescendo.téléchargement

Par les thèmes abordés, Piégée s’ancre dans une réalité que nous vivons tous plus ou moins ou à laquelle nous sommes sensibles: la crise économique qui a frappé l’Islande de plein fouet, l’homosexualité, le trafic de drogue.

L’intrigue:

Suite à une séparation douloureuse, Sonja est victime d’un chantage odieux: si elle veut retrouver la garde de son fils, elle devra devenir passeuse de drogue. La jeune femme n’hésite pas une seconde et passe un marché. Petit à petit, elle apprend les astuces pour ne pas se faire repérer, ni par les douaniers, ni par les flics en civil. Ayant mis au point un profil de femme d’affaires entreprenante et crédible, gérante de sa propre start-up, elle devient un des meilleurs éléments du réseau. Ne vivant que pour les rares week-end de bonheur passés auprès de son petit Tomas, Sonja va tenter par tous les moyens de se sortir de ce piège.

aéroport keyflavik
Aéroport de Keyflavik

Mais à Keyflavik, l’aéroport de Reykjavik, Bragi, un douanier expérimenté, est bientôt intrigué par les allées et venues de cette jeune femme élégante qui traverse régulièrement les couloirs de l’aéroport d’un pas décidé. Le doute s’installe dans son esprit et, par divers recoupements, il se forge une opinion qu’il n’aura de cesse d’infirmer ou de confirmer. Sonja parviendra-t-elle à briser les chaînes qui l’entravent? Bragi la dénoncera-t-elle? Une véritable course contre le temps s’engage alors pour la jeune femme…

Les personnages:

La psychologie des personnages, leurs états d’âme, leurs motivations, leurs peurs et leurs doutes sont particulièrement soignés, rendant les personnages attachants, ou pour le moins intéressants.

  • Sonja Gunnarsdottir: cheveux sombres, petite, plutôt menue, beaucoup de prestance.
  • Adam: ex-mari de Sonja.
  • Tomas: fils de Sonja.
  • Bragi: employé à la douane de l’aéroport de Reykjavik, aime beaucoup son travail; cheveux poivre et sel.
  • Agla Margeirsdottir: petite amie de Sonja incapable d’assumer son homosexualité; plus grande et plus forte que Sonja; travaille dans une banque; née le 18 janvier 1965.luggage-on-wheels-2158767__340
  • Rikkhardur: contact de Sonja; crâne rasé, cou de taureau, poings recouverts de tatouages, véritable caricature du criminel.
  • Thorgeir: avocat, ancien camarade d’études d’Adam; voix chaleureuse et douce, cheveux clairsemés et visage parcheminé mais corps jeune et mince.
  • Libby: amie de Sonja.

Ambiance et climat social:

Piégée propose, en toile de fond de son intrigue centrée autour du trafic de drogue, une description très réaliste et contrastée de l’Islande du krach financier qui s’est abattu sur l’île de glace durant l’hiver 2010-2011. Les nombreuses allusions faites par l’auteur constituent les pièces d’un puzzle qui, une fois reconstitué, donne au récit un cadre concordant parfaitement avec le drame qui se joue sous nos yeux. Entreprises fermées, nombre de chômeurs en hausse, morosité du marché, inquiétude des travailleurs, tous les ingrédients sont réunis pour créer une ambiance des plus maussades: heureux les chanceux ayant conservé leur emploi, comme Agla ou Libby: « Chaque semaine, les medias annonçaient des dégraissages massifs, les entreprises fermaient les unes après les autres et les banques qui ramassaient celles qui tenaient encore debout imposaient leur lot de licenciements. » (Page 87)…. »De plus, elle avait le sentiment que cette île était un bateau en plein naufrage et que tout ce qu’il restait à faire, c’était sauver sa peau. Les pouvoirs publics luttaient, tentaient de négocier, de se maintenir à flot, ignorant la véritable nature des ennemis à qui il avait affaire…Le pays tout entier était sur le déclin. Les Rothschild et leurs amis se présenteraient bientôt dans le sillage du FMI pour racheter tout ce qui avait un semblant de valeur. » (Page 132).

En conclusion:

reykjavik
Reykjavik

Lilja Sigurdarsdottir propose avec Piégée un thriller original et bien construit qui se lit très facilement. Elle joue avec nos nerfs et notre compassion avec une maestria consommée. Le lecteur ne peut que vibrer à l’unisson du cœur de cette jeune mère de famille qui lutte pour se sortir du piège dans lequel elle s’est naïvement laissée enfermer, prête à tout pour récupérer la garde de son petit garçon. Qui de nous n’en ferait pas autant? Un très beau portrait de femme bafouée mais digne et endurante, consciente de ses erreurs et de ses faiblesses qu’elle rachète par l’amour et par son courage.

Le +: comme souvent avec les polars scandinaves, la peinture sociale et la description d’un état en perdition apportent un atout supplémentaire à une histoire qui, somme toute, pourrait n’être qu’une histoire de drogue parmi tant d’autres. Un roman à lire autant pour la connaissance du monde de la drogue, de ses réseaux, de ses acteurs que pour son intrigue passionnante.

Citations:

« L’attente. C’était ce qu’il y avait de pire. Cependant, elle ne se risquait jamais à arriver pile à l’heure. Il valait mieux être en avance, être la première sur place, avoir déjà caché la marchandise. Ainsi préparée, elle avait un peu la sensation de contrôler la situation. » (Page 42).

« Sonja continua de l’interroger, se proposa de venir, de la prendre dans ses bras, de passer la nuit avec elle. Mais Agla avait trop honte pour accepter. Il ne s’agissait pas de la honte habituelle face aux pensées immorales et aux désirs qui peuplaient son esprit, mais plutôt de la conviction d’être devenue une moins-que-riel aux yeux de son amante, à présent qu’elle était publiquement reconnue comme criminelle. » (Page 139).

« Les grands angoissés attiraient toujours l’attention sur eux, avec leurs gestes imprécis et leur regard fuyant. Les autres, ceux qui duraient, étaient comme Sonja: sereins, un physique passe-partout, dotés d’un seuil de résistance au stress particulièrement haut. Se montrer malin et prudent ne gâchait rien non plus. Surtout prudent. » (Page 11).

 

Publicités

2 commentaires sur « Passion thriller: Piégée, Lilja Sigurdardottir. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s