Publié dans amour, éditions De Borée, guerre, Passion roman historique, peur

Passion roman historique: La promesse de Lucile, Albert Ducloz.

Qui sait comment il agirait en cas de conflit? Qui se connaît au point de pouvoir affirmer quel camp il choisirait? Des hommes et des femmes perdus dans la tourmente de l’histoire dans ce beau roman pas seulement d’amour…

L’auteur:

th (1)Depuis son enfance, Albert Ducloz écrit poésies, contes, nouvelles et romans, mais ce n’est qu’en 2002, après une carrière en tant que directeur de centre de soins, qu’il publie son premier roman Citadelles d’orgueil. En 2015, Les Trois Promesses obtient le prix du Cercle littéraire Médicis et Le Chant d’Aurore le prix la Plume et la Lettre.

Le roman:

La promesse de Lucile, paru en 2018, est le onzième roman de l’auteur publié par les éditions De Borée. Le style fluide et plaisant donne d’emblée envie de se plonger dans l’histoire de Lucile mais également d’autres femmes, chaque destin illustrant la situation de la France occupée, de la résistance et de la Collaboration, périodes troubles de notre pays.téléchargement

Contexte: la vie en zone libre, au début de l’Occupation, évoquant ceux qui ont choisi de résister en recourant au sabotage, mais également ceux qui ont décidé de collaborer pour survivre, par lâcheté ou pour s’enrichir: « Il lui fallait se montrer prudente: la famille propriétaire de la fabrique s’enrichissait avec Vichy, c’est-à-dire l’occupant. Si un jour la police pétainiste découvrait ces sabotages, et inévitablement cela arriverait un jour, une enquête s’ouvrirait, et malheur aux saboteurs. Ce qui effrayait encore plus la famille propriétaire -des grands bourgeois de Valence -, était qu’elle perdrait le marché, et peut-être davantage. » (Page 42).

L’intrigue:

Mars 1919. Lucile, infirmière dans un hôpital de campagne, et Ludwig, jeune soldat allemand qu’elle a caché pendant la guerre se font une promesse: dès que les remous de la guerre seront apaisés, ils feront tout pour se retrouver et vivre leur amour au grand jour.

Après cette triste séparation, la jeune femme ne peut reprendre sa vie de bourgeoise parisienne. Elle s’engage comme infirmière dans le dur combat contre la tuberculose, maladie qui fait encore de nombreuses victimes en ce début de XXe siècle, en travaillant dans le sanatorium de Berk-Plage. La vie suit son cours mais Lucile n’oublie pas sa promesse faite à Ludwig. Dès qu’elle le peut, elle se rend en Allemagne mais chaque fois revient bredouille.

tuberculoseQuelques années plus tard, elle fonde un centre d’apprentissage pour d’anciennes tuberculeuses qui pourraient y apprendre un métier et recommencer une nouvelle vie. Lorsque la seconde guerre mondiale éclate, Lucile, grâce à ses relations, trouve un refuge en zone libre pour elle et ses seize protégées. Chacune se trouve un travail ou un moyen de subsistance.

Novembre 1942. La zone libre est envahie. C’est alors que l’hôtel où Lucile vit avec ses « filles » est réquisitionné par les Allemands pour y loger l’hauptmann von Ulrich et ses hommes. Au premier regard, Lucile et Ludwig, puisqu’il s’agit bien de son amoureux allemand, se reconnaissent et se retrouvent.

Mais dans ces conditions périlleuses, leur amour survivra-t-il à la guerre, aux préjugés, à la mission de Ludwig? Sauront-ils préserver l’hôtel et ses occupantes du danger qui les guette? Lucile parviendra-t-elle à garder son secret et à protéger les membres de la Résistance auxquels elle apporte parfois son aide?

Les personnages:

  • Lucile: infirmière issue de la bourgeoisie parisienne; courageuse, sensible, femme de cœur.infirmière
  • Ludwig von Ulrich: hauptmann de l’armée allemande, grade qui correspond à celui de capitaine; a perdu un bras sur le front russe.
  • André Giroud: ancien capitaine de l’armée, ami de Lucile; homme droit et courageux.
  • Antoine: fermier qui vient en aide à Lucile et ses « filles ».
  • Mélanie: épouse du fermier.
  • Anicia: une des protégées de Lucile; travaille dans un bar-restaurant; prête à tout pour améliorer son quotidien, y compris se prostituer occasionnellement.
  • Céline: amie intime d’Anicia.
  • Carine: collègue de Céline à la fabrique de chaussures de Romans-sur-Isère; veuve; saboteuse.
  • Daniel: frère du capitaine Giroud, éleveur de montbéliardes; résistant.
  • Charlotte: épouse de Daniel.

Les lieux:

valence
Valence

Outre la reconstitution de la vie quotidienne pendant les années de guerre, Albert Ducloz restitue parfaitement les décors principaux où se déroulent l’histoire de ce roman afin de donner au lecteur un aperçu le plus fidèle possible, grâce à des descriptions minutieuses:

L’hôtel des Baumes, refuge des protégées de Lucile: grande bâtisse désaffectée depuis trois ans, s’élevant au-dessus de Valence, dominant la vallée du Rhône et les ruines du château de Crussol. Construit en L sur trois étages, il dispose d’une cave servant tout à la fois de réserve alimentaire et de cellier. Malgré l’état d’abandon apparent, toutes les installations sont en bon état. « Le rez-de-chaussée se composait du hall…d’une grande salle à manger parfaitement meublée, d’un bureau et de toilettes…L’autre partie du rez-de-chaussée, à l’aplomb des falaises du plateau de Lautagne, et recevant moins de jour, abritait les communs, cuisine, blanchisserie et lingerie. » (Page 20) Sa position stratégique explique qu’il ait été réquisitionné par l’armée allemande comme poste d’observation afin de capter les messages radio de l’ennemi et ainsi anticiper une éventuelle invasion par le sud.

vallée du rhône 1
Vallée du Rhône

Valence: parfaitement conscient que, si les alliés de la France n’étaient pas repoussés sur les plages de Provence, tout pourrait se jouer dans la vallée du Rhône, le Reich avait compris que la ville de Valence, commandant la vallée du Rhône, occupait une position stratégique importante, d’où la décision de s’y installer. Au loin, on pouvait apercevoir les crêtes des monts du Vercors qui accueilleraient les maquisards.

Village de la Vacherie: suffisamment reculé et perdu dans la montagne pour dissimuler les activités pas toujours agricoles des montagnards-paysans: « sur les vastes prairies étalées par-delà le col des Limouches…où depuis des siècles s’élevait l’abbaye éponyme. » (Page 49).

En conclusion:

Il serait réducteur de reléguer La Promesse de Lucile dans le genre « roman d’amour », bien qu’il le soit indéniablement, mais en même temps tellement plus. C’est un magnifique roman exaltant le courage, la détermination et l’abnégation d’hommes et de femmes qui n’ont pas hésité à lutter contre l’envahisseur afin de préserver l’indépendance et la liberté de notre nation.

th.jpgLe +: La puissance d’évocation qui permet au lecteur de voyager dans le temps afin de se retrouver dans la vallée du Rhône aux heures sombres de son histoire: « Durant les jours et les nuits qui précédèrent le 29 août, Valence vécut l’enfer. Décollant d’Algérie, les bombardiers alliés remontaient la vallée du Rhône, écrasaient les défenses allemandes à commencer par la Kommandantur. Pour couper les possibilités de retraite aux forces allemandes, les forteresses volantes s’acharnaient à viser le pont sur le Rhône mais, comme elles lâchaient leurs bombes de très haut pour ne pas risquer de se faire toucher par la DCA ennemie, nombre des bombes explosaient sur les quartiers construits au long des berges du fleuve. Les morts et les blessés se comptaient par centaines. Même la préfecture fut détruite. » (Page 211).

La Promesse de Lucile, une belle découverte: le destin des « filles » de Lucile raconté parallèlement aux événements historiques, mêlant harmonieusement réalité et fiction , au point qu’on pourrait croire que les personnages du roman, broyés par des événements qui les dépassent, sont directement issus de ce passé trouble que chacun a vécu à sa manière: collaborateurs passifs ou actifs, résistants…et tous ceux qui ont subi sans rien dire, frôlant le danger et la mort à chaque instant. Sans juger, car qui sait comment il réagirait dans une situation extrême comme la guerre?

Citations:

vallée du rhône« Furieuse, la locomotive crachait sa fumée noire de charbon mal brûlé et, dans la vallée du Rhône, une fois Lyon traversé, le train rencontrait le mistral et s’efforçait à le fendre. Déchaînées, les rafales remontaient de la Méditerranée. Malgré elles, le train s’acharnait à poursuivre sa percée en direction de Valence et, longeant le Rhône vers le sud, parvenait à combattre la force des bourrasques encore jeunes et vaillantes. » (Page 13).

« Les premiers mois, les habitants de la zone libre s’imaginaient à l’abri des Allemands, des rafles, des persécutions et surtout des rationnements. Mais rapidement, il leur avait fallu se rendre à l’évidence. Le régime de Vichy était aux ordres de Berlin. L’appétit et les exigences de l’occupant sur la collaboration se révélaient de plus en plus exorbitants. » (Page 33).

« Pour vaincre les nazis, il nous faut des soldats, des armes, des résistants, mais d’abord et avant tout des renseignements. Sachez qu’en ce moment, tout le monde, chacun à sa façon. Les paysans observent les déplacements de troupes, les ouvriers et ouvrières sabotent dans les usines, les cheminots posent des bombes sous les rails, les maquisards s’arment et s’organisent dans le Vercors pour combattre les troupes allemandes lorsque le temps sera venu. » (Page 148).

« La chance pour Ludwig et ses homes fut d’être faits prisonniers par des soldats qui comme eux s’étaient battus. Depuis leur débarquement au Maroc en passant par l’Algérie jusqu’aux plages de Provence et les combats terribles de la vallée du Rhône, tous connaissaient les souffrances de la guerre. Qu’ils soient Américains, Anglais ou Français de Leclerc, ces hommes avaient combattu la Wehrmacht et connaissaient les lois de la guerre. » (Page 225).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s