Publié dans Angleterre, littérature britannique, Londres, maternité, Passion lecture, psychologie des personnages, roman psychologique

Passion lecture: Loin de vous ce printemps, Mary Westmacott.

Quand la créatrice de miss Marple et Hercule Poirot s’adonne à un autre genre littéraire, je vous assure que ça fait des étincelles. Des romans psychologiques d’une rare profondeur, montrant une autre facette de la célèbre « reine du crime ».

L’auteur:

OIP (6)
Agatha Christie

Mary Westmacott est le pseudonyme adopté par Agatha Christie pour écrire des romans psychologiques, forgé à partir de son second prénom et du nom de famille d’une de ses aïeules. Agatha est une femme très lucide et très modeste. Marquée dans sa jeunesse par la lecture d’auteurs victoriens tels que Mary Sinclair ou Wilkie Collins, qu’elle s’était d’ailleurs bien gardée d’imiter, elle avait conscience qu’elle n’atteindrait jamais  dans ses fictions la profondeur psychologique d’Elizabeth Bowen ou de Graham Greene, romanciers qu’elle admirait beaucoup.

Néanmoins, elle était consciente que le succès incontestable de ses romans à énigme l’éloignait d’une forme littéraire qu’elle se sentait tout à fait capable, en son for intérieur, d’affronter. C’est ainsi que naquit le « projet Westmacott », à l’orée des années trente, alors qu’elle commençait à rencontrer un certain succès avec ses romans policiers: Hercule Poirot régnait en maître sur le Whodunit, miss Marple venait de faire son entrée et l’auteure elle-même faisait des débuts remarqués au théâtre avec sa pièce Café Noir.

Agatha Christie avait besoin de se prouver d’abord à elle-même qu’elle était capable de se diversifier avec autant de bonheur, qu’elle était capable d’écrire, comme elle le dit dans son Autobiographie, « autre chose qu’une histoire d’énigme. » Le premier roman sous ce nom de plume, Musique Barbare (Giant’s Bread), sera publié en mars 1930, avec la promesse absolue de son éditeur de ne pas révéler son vrai nom. Le secret sera jalousement gardé jusqu’en 1949, peu après la sortie du quatrième Westmacott, L’If et la Rose. Entre-temps, deux autres romans sont parus: Portrait inachevé et Loin de vous ce printemps, respectivement en 1934 et 1944. Les deux derniers, Ainsi vont les filles et Le Poids de l’amour, paraîtront en 1952 et 1956.

Le roman:désert

Loin de vous ce printemps, Absent in the Spring dans la version originale parue en 1944, a été publié en 1951 par les éditions Robert Laffont, puis en 1985 par la Librairie Générale Française dans la collection Livre de Poche, et en 2000 par les éditions du Masque. C’est le troisième des six romans publiés sous ce pseudonyme. De l’aveu d’Agatha Christie, elle écrivit ce roman pendant le Blitz, à Londres, dans la solitude de son appartement moderne de Hampstead, voisin de celui du poète Robert Graves.

Dans son Autobiographie, la romancière déclare que ce livre était celui « que j’avais toujours eu envie d’écrire, qui depuis toujours apparaissait clairement dans mon esprit. C’était le portrait d’une femme ayant une image toute faite d’elle-même, de ce qu’elle était, mais qui se trompait complètement. » Pourquoi, dans ce cas, ne l’avait-elle pas écrit plus tôt, alors que le plan était clairement dans sa tête. Dans son Autobiographie, l’auteur s’en explique ainsi: « A présent (1944), j’étais en mesure de lui en fournir la toile de fond », qu’elle avait découverte au cours de ses nombreux voyages en Orient, sur les pas de l’archéologue Max Mallowan, son second mari, lorsqu’elle avait dû séjourner, en attendant un train retardé, dans un de ces relais « tenus par des indigènes qui ne parlent pas un mot d’anglais. » Un endroit éloigné de toute civilisation moderne où, après avoir épuisé votre réserve de livres et de revues, vous vous retrouvez désœuvré, face à face avec vous-même. Le récit de cette crise évoque, par sa structure, un huis-clos théâtral, dans lequel le fond et la forme se mêlent dans une totale harmonie.

L’intrigue:

Joan Scudamore, en route pour Londres en revenant de Bagdad où elle a rendu visite à

bagdad
Bagdad

sa fille malade et à son gendre, est une femme comblée, entièrement satisfaite de sa vie, se retranchant derrière le confortable paravent des convenances, du bon maintien, des principes et de la discipline. Après un voyage épique en autocar, arrivée trop tard à Tell Abu Hamid pour prendre le Taurus-Express qui doit la mener à Istanbul, où elle doit passer dans le Simplon-Orient, elle se retrouve coincée dans un trou perdu pour une durée indéterminée, en tout cas au moins trois-quatre jours. »Un peu plus loin, derrière un autre réseau de barbelés, le bâtiment trapu devait être la gare, flanquée d’une sorte de puits artésien, ou d’une citerne. Au loi, vers le Nord, l’horizon était marqué par un profil imprécis de montagnes. Autour, le néant. Pas de clôtures, pas de maisons, aucun végétation, pas un être humain. » (Page 35).

simplon orient
Venise Simplon Express

Ayant rapidement épuisé sa réserve de livres, bientôt Joan, étant la seule personne habitante du relais, à part le cuisinier et son aide, se retrouve livrée à elle-même. Afin de ne pas sombrer dans l’ennui, elle décide de penser aux moments clés de sa vie. Peu à peu, sa confiance en elle va s’effriter, taraudée par cette terrible question: tout va-t-il si bien qu’elle le croit?

Soudain, écrasée par ce ciel sempiternellement bleu, par cet horizon si vaste, par ces heures de désœuvrement, Joan est frappée par une terrible prise conscience: se remémorant certains détails qu’elle avait cru insignifiants, de petites phrases assassines prononcées par ses proches, des allusions perfides entendues ici et là, elle se rend compte qu’elle e construit sa vie sans tenir compte de l’avis de son mari Rodney, ni de celui de ses enfants: « Elle avait méconnu ses enfants, méconnu Rodney. Elle les avait aimés, certes, mais sans les connaître. Elle aurait dû s’efforcer de les comprendre. Quand on aime quelqu’un, il faut essayer de le voir tel qu’il est. » (Pages 212-213)… »Elle aimait Rodney, et pourtant elle lui avait imposé sa volonté personnelle. Si elle l’avait détesté, sa conduite eût été excusable. S’il lui avait été indifférent, ç’eût été moins rare. Mais elle l’aimait et, malgré cela, elle l’avait privé d’un droit indiscutable, celui de choisir son mode, son genre de vie. » (Page 230).

Les personnages:

  • Joan Scudamore: femme de la bourgeoisie provinciale, très active, participant à différentes œuvres; caractère sociable mais futile; encore belle malgré son âge.
  • Rodney Scudamore: mari de Joan; homme de loi; bon, compréhensif.
  • Tony: fils de Rodney et Joan; gérant d’une plantation d’orangers en Rhodésie.
  • Averil: fille aînée de Rodney et Joan.
  • Barbara: fille cadette de Rodney et Joan; mariée, vit à Bagdad.
  • Blanche Haggard: ancienne amie de pension de Joan; vulgaire, de mœurs douteuses, vieillie avant l’âge.

En conclusion:

téléchargement
Hampstead Londres

Le postulat de départ de Loin de vous ce printemps, roman psychologique introspectif, qui va occuper l’héroïne pendant quelques jours, jusqu’à la mener au bord du gouffre, est le suivant: « Je me demande si l’on n’avait rien d’autre à faire que penser à soi-même pendant plusieurs jours, je me demande ce que l’on découvrirait… » (Page 23).

Le roman semble se dérouler dans un paysage et à une époque indéfinis, l’auteur ne donnant aucune indications précises, sauf à une occasion: allusion à l’imminence de la guerre mondiale dont la menace plane sur le monde civilisé tel un vautour, comme si la parenthèse se refermait sur l’introspection de Joan pour revenir à la vraie vie.

Les grandes qualités de ce roman est la connaissance intuitive et toute en finesse d’Agatha Christie de la nature humaine, de la psychologie qu’elle utilise telle une baguette magique pour sonder les profondeurs de l’âme de son personnage, jusqu’à lui faire sortir des choses qu’elle n’aurait jamais soupçonnées.

Le +: l’atmosphère délicieusement surannée d’un monde à jamais disparu, un monde en apparence lisse, propre, dont les jours s’écoulent comme un long fleuve tranquille. Mais ce n’est qu’une illusion…

Citations:

« Je crois essentiel, vois-tu, de pouvoir être l’amie de ses enfants. » (Page 17).

« Oh! Savoir vivre est difficile! On part quand on devrait se cramponner, on s’emballe quand on devrait rester tranquille. A certains moments, la vie est si belle qu’on a peine à croire à la réalité -et puis, pan! On tombe dans un enfer de catastrophes et de souffrances! Quant tout va bien, on croit que ça durera toujours -et ça, c’est impossible. » (page 24).

« Quand on marchait dans les dunes, dans les landes, sur une plage ou sur une route, c’était toujours avec un objectif déterminé, pour aller sur l’autre versant de la montagne, vers un bouquet d’arbres ou un champ de bruyères, pour descendre un sentier jusqu’à la ferme, pour suivre la route nationale jusqu’à la ville voisine, ou longer les vagues jusqu’à la crique. Au contraire, ici, il n’existait pas de terminus. S’éloigner du relais, voilà tout ce qu’on pouvait faire. » (Page 38).

« Ne vous contentez pas d’accepter les faits tels qu’ils vous apparaissent, par leur côté extérieur, avec l’excuse spécieuse que ces jugements hâtifs sont plus faciles et vous évitent de souffrir! La vie est faite pour être vécue et non dissimulée derrière les voiles de l’illusion. » (Page 121).

« Joan a répliqué qu’elle était parfois tentée de s’énerver à toujours mettre le bonheur en avant. Fallait-il se laisser obséder par cette recherche? Le bonheur n’était le seul but de la vie! Il en existait d’autres -et bien plus importants. -Lesquels? a demandé Rodney. -Eh bien! a dit Joan après une courte hésitation, le devoir, par exemple. » (Page 184).

« Elle avait suivi son chemin à travers la déception, la misère, la douleur, comme un homme avance à travers les marais, les labours, les forêts, avec ardeur et endurance, pour arriver à son but. » (Page 277).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s