Publié dans Non classé

Dossier Agatha Christie: Sur les traces du passé, chapitre 3: Déboires familiaux.

Troisième chapitre du dossier Agatha Christie: l’univers protégé de la jeune fille vole en éclats, la confrontant aux dures réalités de la vie concrète, celle de la maladie, de l’insécurité financière et de la mort…

1-Malaise ambiant.

OIP (24)Dans cette ambiance ludique, Agatha grandit sereinement. Mais bientôt, ses parents vont commencer à connaître des difficultés financières. Les placements new-yorkais réalisés par Nathaniel, le père de Frédérick, rapportent de moins en moins d’argent et le train de vie familial s’en ressent.

Agatha a très mal vécu le départ de sa chère Nursy, retirée dans sa famille. Bien qu’il soit dans les habitudes des adultes de l’époque de tenir leurs enfants à l’écart de leurs problèmes, l’intuitive fillette discerne le malaise ambiant dans lequel baigne la maisonnée.

Peut-être cela explique-t-il qu’elle fasse un cauchemar récurrent, celui du « gun-man »: pendant son sommeil, un homme lui apparaît, tout d’abord vêtu d’un costume de l’armée française, une perruque poudrée sur la tête surmontée d’un tricorne à l’ancienne mode, portant un mousqueton sur le côté. Ce n »est pourtant pas l’arme qui terrifie la petite fille mais le regard intense de l’inconnu, sa façon de la fixer de ses yeux bleu pâle. Peu à peu, son rêve se transforme: l’homme se substitue à un membre de sa famille, prenant tour à tour les traits de sa mère ou de tout autre proche. « Vous regardiez e visage de maman, naturellement c’était maman, et alors vous voyiez les yeux bleu acier et de la manche de maman -oh horreur! – sortait un horrible moignon. » (Portrait inachevé).

2-Marie.

Afin de maintenir leur statut, les Miller louent Ashfield et partent s’installer en France, à Pau, dans les Pyrénées. C’est là que Clara embauche la jeune Marie, l’aide sa couturière, qui devint pour Agatha sa « nanny » française, mais également une douce confidente, toujours prête à la consoler et à l’écouter. Plus tard, on retrouvera dans l’oeuvre de la romancière de courageuses jeunes filles pauvres, directement inspirées de Marie.

3-Tragédie.

Lors de ce séjour sur le continent, Frédérick, qui avait toujours joui d’une santé de fer, tombe malade pour la première fois. Souffrant d’étouffements à répétition, il consulte un médecin puis divers spécialistes, sans qu’aucun ne soit capable de déterminer un diagnostic sûr. Néanmoins, la part psychosomatique semble évidente.

Lorsque ses affaires s’aggravent encore plus, son état se détériore. En 1901, alors qu’il est en visite à Londres, il prend froid. Il est soigné chez sa belle-mère, à Ealing, mais très rapidement la maladie dégénère en double pneumonie. Sa femme et ses filles ont juste le temps de se rendre à son chevet. Il meurt le 26 novembre 1901, à l’âge de cinquante-six ans.

4-Seules.

OIP (16)Agatha, âgée de onze ans, se retrouve d’un seul coup catapultée dans le monde des adultes, portant sur ses frêles épaules la charge morale de sa maman, effondrée par la perte de son époux tant aimé.

Depuis 1899, son frère Monty, engagé dans l’armée au 3e bataillon du régiment royal gallois, participe à la guerre des Boers. En 1902, il part pour les Indes, loin de sa famille. La même année, Madge épouse James Watts, le fils d’une famille prospère de Manchester. Sa petite sœur, Nan, deviendra l’une des plus chères amies d’Agatha.

La mère et la fille se retrouvent donc seules avec des revenus restreints. Elles partagent leur vie entre Ashfield et le domicile de Madge et de James, qui, entre-temps, ont eu un garçon, né en , prénommé Jack. Clara désire vendre sa propriété dont l’entretien est trop coûteux et difficile pour une veuve désargentée. Mais ses trois enfants s’opposent fermement à cette décision.

5-L’école.

1903. Année qui marque un tournant dans la vie d’Agatha. Pour la première fois, elle fréquente l’école de Torquay. Elle qui a eu une enfance solitaire découvre les joies de la camaraderie. Elle adore se rendre avec ses amis à la foire de Torquay tourner sur des manèges, manger du nougat; elle aime également admirer les régates et patiner sur la promenade qui longe la mer.

6-Paris – L’Égypte.

agatha christie jeune filleAfin de parfaire son éducation Clara l’emmène à Paris où elle fréquentera l’école de mademoiselle Cabernet, que Madge avait fréquentée, puis aux Marronniers à Auteuil, et enfin chez miss Dryden, à Paris.

La jeune fille apprend à jouer du piano pour lequel elle se passionne tant qu’elle rêve de devenir un jour concertiste. Mais Clara tome malade. Pour se rétablir, elle décide de passer l’hiver en Egypte avec sa fille. Clara en profite pour lancer la jeune Agatha dans « le monde », un moyen efficace et moins coûteux qu’en Angleterre pour lui trouver un parti. En effet, à cette époque, de nombreux jeunes officiers anglais célibataires, stationnés dans ce protectorat anglais, fréquentent les bals et les garden party. Mais aucun des prétendants d’Agatha ne la satisfait vraiment.

7-Premières désillusions.

Rentrée du Caire, elle mène la vie d’une jeune fille désargentée de la haute société de Torquay. Bien qu’elle soit souvent invitée, Agatha, jeune fille gracieuse et timide, ne trouve pourtant pas de fiancé. Mais c’est parce qu’elle attend le grand amour, avec un A.

Entre temps, sa timidité l’empêchant de se produire en public, elle a abandonné tout espoir de devenir pianiste professionnelle. Réalisant qu’elle ne sera jamais une grande chanteuse d’opéra, elle interrompt également ses leçons de chant.

Comme de nombreuses jeunes filles de l’époque, elle compose des poèmes

8-Écrits.OIP (25)

Fascinée par de petites figurines en porcelaine de Dresde que possède Auntie-Grannie, elle les met en scène dans ses écrits. Des années plus tard, elle reprendra ce thème dans Le mystérieux Mr Quinn. Sa soeur Madge ayant, avant son mariage, publié quelques nouvelles dans Vanity Fair, sa mère lui propose de l’imiter.

Agatha écoute son conseil et se lance dans la rédaction de La maison de beauté qu’elle termine en deux jours! Toute une série de courts récits suivront ce premier essai. Elles les enverra à des magazines mais aucun ne sera accepté.

Clara lui conseille alors de soumettre une de ses nouvelles à leur voisin, l’écrivain Eden Philpotts, auteur de pièces de théâtre, des romans policiers, ainsi que de nombreux textes fantastiques et de science-fiction. Après lui avoir prodigué quelques judicieux conseils, il l’adresse au célèbre agent littéraire Hugues Massie. Sans condescendance aucune, ce dernier lit ses textes et l’encourage à persévérer.

Un commentaire sur « Dossier Agatha Christie: Sur les traces du passé, chapitre 3: Déboires familiaux. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s