Publié dans angoisse, éditions Slatkine, erreur judiciaire, justice, manipulation politique, Passion thriller français, peine de mort, pouvoir politique, psychologie des personnages

Passion thriller français: Coupable, Laurent Loison.

Un excellent thriller sur le thème de l’incapacité de la justice à s’affranchir de sa mission, laissant derrière elle « un vide immense qui remplirait désormais leur vie aux contours incertains. »

L’auteur:

téléchargement (1)Laurent Loison est né le 30 octobre 1968 dans un milieu paysan. Cadet d’une fratrie de quatre enfants, il a grandi au rythme des saisons et du climat dans une ambiance où l’amour du travail et de ses proches primait sur toutes autre vertu. Riche d’une expérience professionnelle diverse et éclectique, aujourd’hui Laurent Loison, agent immobilier, gère avec son épouse une société de services à la personne…et, depuis qu’il a pris conscience, aux alentours de la quarantaine, que l’on ne dispose que d’une vie, écrit de remarquables thrillers !!

Le roman:

Coupable a été publié par les éditions Slatkine et Cie en 2020. Le style de Laurent Loison se caractérise par un mélange de langage familier et de langage plus soutenu, créant untéléchargement effet déstabilisateur qui bouscule le lecteur, l’empêchant de s’installer dans une routine de lecture confortable: « L’idée de rentrer bredouille lui foutait une telle trouille qu’il aurait été prêt à creuser à travers les parpaings pour se frayer un passage avec ses ongles…Septuagénaire alerte et en parfaite condition physique. Son audition en tout état de cause fonctionnait à plein régime. Et il avait entendu quelqu’un s’engouffrer dans le soubassement de son palace…Raoul était un ancien de la Légion et ce n’était pas une petite frappe de seconde zone qui allait pénétrer chez lui sans goûter aux affres de se détermination. » (Page 16).

Thèmes: la justice humaine peut-elle réparer les torts subis par les victimes? Quelle rédemption, réhabilitation pour les coupables? La signification éthique de la culpabilité.

L’intrigue:

Garges-Lès-Gonesse, banlieue parisienne. Suite à un cambriolage à l’aide duquel, s’il réussit, Yvan, jeune voyou de 14 ans, doit faire ses preuves pour intégrer le gang des Frères de Sang, tout ne se passe pas comme prévu et le jeune garçon se retrouve en garde à vue.

Scottsdale, Etats-Unis. Suite à un cambriolage qui tourne au drame, Mark succombe à ses blessures. Julia, sa veuve, parce qu’elle se sent coupable, se jure de faire tout ce qui est en son pouvoir, quitte à enfreindre les limites de la légalité, pour faire condamner et exécuter son assassin, Patrick Jones. Mais l’avocate de ce dernier, Kenza Longford, jeune femme ambitieuse, est bien décidée à le sauver. S’engage alors un terrible bras de fer entre les deux femmes, chacune représentant l’un des aspects de la justice: se venger ou punir?

Le nouveau gouverneur, qui n’est autre que le père de Kenza, patient et ami de Mark, demande à son ancien collaborateur, le procureur général George Kingall, de s’occuper personnellement du dossier Jones. Le père et la fille, brouillés depuis des années, se retrouvent chacun dans un camp opposé. Lequel des deux l’emportera?justice

Quel lien entre les deux affaires que rien ne semble rapprocher, sinon qu’à chaque fois il s’agit d’un cambriolage qui tourne mal, avec des conséquences plus ou moins dramatiques?

Les personnages:

  • Julia Francis: épouse de Mark, la victime.
  • Nicola: fille aînée de Julia et Mark.
  • Yvan: jeune voyou de 14 ans.
  • Andrew Summer: sergent de police de Scottsdale.
  • Patrick Jones: cambrioleur professionnel; meurtrier de Mark Francis.
  • Kenza Longford: jeune avocate pénaliste; déterminée et volontaire.
  • George Kendall: district attorney, nouveau procureur général. suspicieux de nature.
  • Gavalda: commissaire à Garges-lès-Gonesse.
  • Stephen Longford: père de Kenza; ancien procureur, nouveau gouverneur; patient de Mark Francis.
  • Vincent: premier mari de Julia, travaille chez AT&T.
  • Felipe Gonzalès: émigré mexicain, co-détenu de Patrick Jones.
  • Ralph Correy: médecin légiste, meilleur ami de Mark, pas aussi lourdaud qu’il le paraît.
  • Mickaël Goldman: associé et ami de Kenza; compétences en informatique.
  • Clayton Carson: juge chargé du dossier Jones.

En conclusion:OIP

J’ai découvert la plume de Laurent Loison avec Cyanure, remarquable thriller sur les thèmes de l’incapacité de la Justice à effectuer sa mission, d’un point de vue humain et éthique, et de la corruption politique, thèmes chers à l’auteur que nous retrouvons dans ce nouvel opus, lui aussi remarquablement construit.

Le +: l’efficacité des dialogues qui ne sont pas là pour remplir des vides mais pour faire progresser l’intrigue de manière vivante alliée à la maîtrise du portrait psychologique sans sombrer dans le pathos dégoulinant font de Coupable une véritable réussite, l’un des meilleurs thrillers que j’ai lus ces dernières années, et Dieu sait si j’en lis beaucoup !!

L’autre arme fatale de l’auteur est sa capacité à instaurer le suspense, jouant avec les nerfs du lecteur au fil du déroulement de l’intrigue, jusqu’au double rebondissement final qui, j’en suis certaine, va en bluffer plus d’un !

Citations:

« La particularité de la procédure pénale tenait à une vertu essentielle: connaître les moindres failles pour pouvoir échapper à la justice, en toutes circonstances, ce qui suppose un apprentissage long et fastidieux. Le droit pénal est binaire. Un fait, une peine. L’apprentissage consistait à démonter le mécanisme reposant sur l’analyse des faits ou leur déguisement. Objectivement, Kenza se posait souvent la question. Y avait-il plus savoureux que de jouer avec la vie d’autrui? Le pantin tenu au bout des fils du marionnettiste se dandinait au gré des humeurs des avocats, du procureur et parfois du bras de la justice. Ces pantins n’étaient que des inconnus, finalement. Quels étaient les risques à se tromper? Pouvait-on vraiment perdre son âme à défendre une ordure? » (Page 63).

« Elle semblait fatiguée mais pas par manque de sommeil. Plutôt par le poids du monde qu’elle portait sur elle. Lasse et désabusée serait plus juste. Cette femme forçait son respect et il consentit à rendre les armes, du moins en apparence. Il baissa les yeux. » (Page 82).

« Kenza détestait ce type de comportement. Certains hommes pensaient que les femmes étaient à leur disposition, qu’il suffisait de se servir et d’un regard concupiscent pour qu’elles se trémoussent. Personne n’avait aucun droit sur son corps. Plus maintenant. Jamais. Elle n’hésitait plus à s’habiller comme elle l’entendait. Cela ne faisait pas pour autant d’elle un morceau de viande sur l’étal du boucher du coin. » (Page 106).

« L’éternel ballet reprit son cours, chacun y tenant son rôle avec application. Les voyeurs et les amateurs de sensations jouèrent des coudes pour faire partie de l’assistance. Coupable ou Innocent? Les paris étaient déjà lancés. Une fois installé, tout ce petit monde n’avait plus qu’à attendre l’entrée de Patrick Jones, puis du jury. » (Page 245).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s