Publié dans angoisse, aventures, éditions J'ai Lu, cadavre, disparition inexpliquée, Littérature américaine, Passion thriller, suspense

Passion thriller: Sang de Lune, Lincoln Child.

Des meurtres particulièrement sanglants perpétrés lors de nuits de pleine lune…Par un humain, par une bête sauvage? C’est ce que devra déterminer l’énigmologue Jérémy Logan. Frissons garantis !!!

L’auteur:

OIPLincoln Child, né le 13 octobre 1957 à Westport dans l’état du Connecticut, est un écrivain américain, auteur d’une série de thrillers écrits conjointement avec Douglas Preston dont le personnage enquêteur n’est autre que le fameux inspecteur Aloysius Pendergast.

Il obtient un master en littérature anglaise à l’université de Northfield dans le Minnesota. En 1979, il travaille chez St. Martin’s Press à New-York en tant qu’éditorialiste-adjoint. Cinq années plus tard, promu éditeur, il publiera des centaines d’ouvrages, essentiellement des fictions anglaises et américaines. Il crée la collection Horreur puis quitte St. Martin’s Press en 1987 pour devenir analyste chez MetLife, spécialiste de l’assurance emprunteur et de la prévoyance. C’est à cette époque qu’il fait la connaissance de Douglas Preston.
En 1995, les deux hommes entament une fructueuse collaboration en publiant le premier opus de la série consacrée à Pendergast Relic. Désormais, il se consacre entièrement à l’écriture.

Le roman:

Sans de lune, Full Wolf Moon en version originale parue en 2017, a été publié en 2018 partéléchargement (1) les éditions Pygmalion puis en version poche en 2019 par les éditions J’ai Lu. Il s’agit du cinquième opus de la série consacrée à Jeremy Logan. Le style est très précis, les actions sont extrêmement détaillées avec de nombreuses descriptions, donnant au lecteur l’occasion de s’immerger totalement dans l’histoire: « Elle pivota sur son siège et déverrouilla une armoire en bois derrière elle, dont elle sortit une grosse clé parmi la dizaine pendue à des crochets de cuivre. Puis elle referma l’armoire à double tour et contourna le bureau d’accueil pour gagner l’extérieur. » (Page 23).

Thèmes: effets de la pleine lune; lycanthropie; phénomènes mystérieux et la science.

L’intrigue:

Après 15 ans d’absence, Jeremy Logan revient dans la région des Adirondaks pour un séjour de six semaines afin de terminer sa monographie sur l’hérésie au Moyen-Age. Lui qui pensait profiter du calme et de la tranquillité des lieux pour travailler, il va être déçu. En effet, son ancien copain de fac, Randall Jessup, garde forestier, est confronté, depuis trois mois, à une série d’homicides pour le moins curieux: les deux victimes « étaient jeunes et en excellente forme physique, et possédaient de solides connaissances » sur le parc et la gestion forestière.

Selon l’autopsie, ils auraient succombé à des blessures faites par un ours mais Jessup n’y croit pas et demande l’aide de Jeremy, spécialiste des énigmes. Ce dernier, convaincu qu’il pourra résoudre rapidement le problème, accepte, sans se douter un seul instant des conséquences dramatiques qui en découleront.

Il faut dire que les circonstances sont inhabituelles: les victimes ont été tuées à la pleine lune avec une rare violence, sans que l’on puisse dire si l’auteur de ces massacres est humain ou animal…voire les deux !! Ces morts ont-elles un rapport avec le clan Blakeney et les mystérieuses disparitions d’enfants survenues dans la région dans les années 70? Selon les habitants du village, à force de vivre reclus dans la forêt, seraient devenus des lycanthropes. Ou avec les recherches du docteur Feverbridge? =>Autant de questions auxquelles Logan veut trouver une réponse, quelle qu’elle soit…

Les personnages:

  • Jeremy Logan: professeur d’histoire à l’université de Yale, énigmologue ; veuf.
  • Randall Jessup: ancien étudiant de Yale, a fait ses études avec Jeremy; lieutenant garde-forestier pour la Division de la protection des forêts de l’Etat de New-York, superviseur de zone.
  • Gregory Hartshorn: directeur résident de Cloudwater.
  • Harrisson Allbright: poète qui a grandi dans le parc.
  • Capitaine Krenshaw: commandant de la zone dans laquelle travaille Jessup; originaire de Long Island; aucune imagination; ne croit absolument pas aux rumeurs circulant dans le village.
  • Kevin Pace: chercheur.
  • Docteur Chase Feverbridge: naturaliste brillant, indépendant financièrement; possède un doctorat en biochimie et sciences naturelles; personne intelligente mais tourmentée et vulnérable émotionnellement.
  • Laura Feverbridge: fille du naturaliste qui a repris ses recherches.

Les lieux:

OIP (1)L’histoire se déroule dans les Adirondaks, massif montagneux situé au nord-est de l’Etat de New-York, dans le prolongement de la chaîne des Appalaches, une région sauvage, peu habitée, propice aux événements étranges qui se déroulent dans Sang de Lune.

Desolation Mountain: montagne dans laquelle se perpétue le premier meurtre, rendue intéressante aux yeux des randonneurs non par ses 990 mètres d’altitude mais par son isolement et sa situation dans la « portion la plus sauvage et reculée » du parc forestier. »Le terrain devint périlleux, stérile, quasiment infranchissable. L’étendue sauvage qui se déployait entre lui et la montagne se mua en labyrinthe d’auges glaciaires recouvertes de tourbières, de chablis et de kettles qui exigeaient de faire attention à chaque pas. » (Pages 8-9) => Le décor est posé…

Cloudwater: est une résidence d’artistes installée dans le parc des Adirondaks proche de Desolation Mountain, en bordure du Rainshadow Lake, au cœur d’une dense forêt.

Ambiance: Lincoln Child maîtrise à la perfection l’art de créer une ambiance sinistre propre à faire monter l’adrénaline dans les veines du lecteur accroché à son livre, se demandant ce qu’il va se passer: « Passé Sevey, il quitta la Route 3 pour la 3A, une voie étroite qui s’enfonçait vers l’ouest dans une forêt de pins si dense que le couvert des branches formait une sorte de tunnel entrelacé sous lequel régnait une pénombre perpétuelle. L’air s’alourdit d’humidité. La 3A était en piteux état: le bitume fissuré se soulevait et des pans entiers n’avaient plus de chaussée pavée que le nom…Tandis que les barres du signal de réception disparaissaient l’une après l’autre de l’écran de son téléphone portable, Logan ressentit une vague appréhension… » (Pages 56-57)

En conclusion:

L’originalité de la série consacrée à Jeremy Logan, et plus particulièrement de Sang de Lune, est l’activité d’énigmologue qu’il exerce, sachant qu’un énigmologue étudie les phénomènes qui dépassent les frontières de la science conventionnelle, enquête sur tout ce qui est étrange et inexplicable. Circonstance qui rend possible toutes sortes de scénarii mettant en scène les créatures et les phénomènes les plus étranges…pour le plus grand plaisir des amateurs de ce genre de littérature !!

Le +: les passages d’œuvres littéraires relayant parfaitement le récit, lui donnant une dimension plus intense: « Les tristes splendeurs de ces forêts désertes, situées en marge du monde, l’écrasaient, lui donnaient conscience de sa petitesse… » ( Blackwood, Algernon Le Wendigo).

Le -: il manque un lexique donnant la définition de mots particuliers tel que « kettles ».

Sang de Lune est un thriller bien construit, distillant angoisse et suspense à doses suffisantes pour entretenir une tension dramatique jusqu’aux limites de l’insoutenable. Il ne vous reste plus qu’à tourner fébrilement les 377 pages pour enfin connaître le fin mot de l’histoire, et vérifier si votre théorie était la bonne.

Citations:

« Il y avait quelque chose de profondément gratifiant à gravir une montagne -à choisir son itinéraire, à négocier les balisages, à admirer la beauté du microclimat variant avec l’altitude, à doser ses efforts pour affronter les portions les plus escarpées…pour enfin franchir la limite des arbres et suivre le dessin sinueux des cairns jusqu’au sommet. » (Page 18).

« Souvent, les légendes -aussi étranges soient-elles- sont ancrées dans la réalité. Et dans un cadre aussi isolé et ancien que les Adirondaks, il se pourrait fort bien que se déroulent des phénomènes que la rationalité froide du XXIe siècle ne peut pas entièrement expliquer -ni même comprendre. » (Pages 101-102)

« En sa qualité de « sensible » -d’empathe inné-, il avait la capacité accrue de sentir les émotions et les sentiments d’autres personnes, et il pouvait, parfois, se faire également l’idée d’un lieu. Le cas se présentait habituellement lorsqu’une présence, le plus souvent maléfique, avait longuement habité un espace. Cependant, il arrivait à l’occasion, lorsque le mal ou une violence absolue avait hanté un endroit, même brièvement, qu’une sensation résiduelle de ce mal perdurât -temporairement. » (Page 110).

« Il perdit longtemps la notion du temps, flottant dans un état proche de la transe, où son entière concentration tendait vers la fuite. Il bifurqua brusquement, d’abord à gauche, puis, quelques centaines de mètres plus loin, à droite; il se sentit trébucher sur une racine et tomber la tête la première dans les aiguilles de pin, perdant un temps précieux. La douleur embrasait ses côtes et chaque bouffée d’air était une torture. Mais les beuglements effrénés à ses trousses et le claquement des branches arrachées dans son sillage l’exhortaient à poursuivre. » (Page 360).

2 commentaires sur « Passion thriller: Sang de Lune, Lincoln Child. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s