Publié dans amour, angoisse, corruption, disparition inexpliquée, fantômes du passé, manipulations génétiques, maternité, Passion thriller français

Passion thriller français: Sauve la, Sylvain Forge.

Trafics humains, prostitution, l’amour plus fort que la mort…tels sont les thèmes de ce nouveau roman palpitant d’un auteur qui se fait une belle place au soleil dans le monde du thriller…

L’auteur: 

OIPSylvain Forge, romancier auteur de romans policiers est né en 1971 à Vichy. En 2009, il fait paraître son premier roman La Ligne des Rats. Depuis, il a écrit sept titres, dont certains ont été finalistes pour divers prix littéraires de romans policiers. En 2017, il est lauréat  du prestigieux  Prix du Quai des Orfèvres 2018 avec Tension extrême.

Le roman:

Sauve La a été publié en 2020 par les éditions Fayard dans la collection Fayard Noir. Il est lauréat du Prix Cognac du meilleur roman francophone 2020. Le style est fluide, énergique et agréable à lire: « OIP (2)Il vit que depuis le fond du cirque, une piste carrossable montait en zigzag au sommet d’une des parois ; bien qu’elle présentât un fort dénivelé, il s’y attaqua. Une demi-heure plus tard, il arriva à l’exact opposé du replat où se trouvaient le grillage et la pancarte de prévention du suicide. Découvrant le cirque sous un angle différent, il lui tourna le dos avant de remarquer une structure bizarre qui émergeait d’une forêt, à trois kilomètres environ. Il songea tout d’abord à un complexe militaire. Des antennes s’élevaient vers le ciel et les bâtiments semblaient à proximité d’une zone facilement accessible par les randonneurs. Piqué par la curiosité, Alexis décida de s’approcher, mais tomba vite sur une gorge aux parois imposantes. Aucun pont ne l’enjambait et seul un sentier, doté d’une main courante, longeait le ravin. Il semblait bien précaire. » (Page 131.

D’emblée, dès les premières lignes, le lecteur est happé par les questions qui attisent sa curiosité: Qui est cette femme? Où va-t-elle? Que fait-elle dans ce bus? Que va-t-il lui arriver? 

Thème: trafic humain pour la prostitution mais également comme cobaye; cyber technologies; le poids du passé.

L’intrigue:

Alexis devrait être heureux: un travail lucratif dans l’entreprise de son futur beau-père qui le met à l’abri du besoin, lui qui a connu des années de vaches maigres; une fiancée belle et intelligente; une importante promotion en vue; une vie toute tracée qui ne laisse aucune place au rêve ou à la fantaisie…Une vie orchestrée par son futur beau-père dont la seule motivation est que sa fille unique lui donne les petits-enfants qui perpétueront son nom.

C’est alors que Clara, une femme qu’il avait aimée vingt-cinq ans plus tôt, refait surface, après avoir totalement disparu sans plus donner de nouvelles. Retour qui ravive sa douleur d’avoir perdu l’amour de sa vie, qu’il n’a jamais réussi à oublier. Mourante, elle lui demande de retrouver Olivia, sa fille, leur fille, disparue dans un accident d’autocar survenu le 11 août 2013, quelques parts dans les Pyrénées. Malgré la déclaration de la police, elle est persuadée que la jeune fille est toujours vivante.

Bien que peu convaincu par les arguments de Clara, Alexis accède à sa requête et se rend à Saint-Albane, dans l’Ariège.. Il parvient à retrouver l’homme pour lequel Olivia avait fait le voyage depuis Toronto, où elle vivait avec sa mère, avant le fatal accident. Mais très vite, il réalise que des choses pas très nettes se déroulent ici, en lien avec un laboratoire pharmaceutique dont la mission officielle est la mise au point d’un vaccin contre Ebola. mais qu’en est-il de ses activités officieuses? Un élixir de jouvence destiné aux patients fortunés élaboré à partir du plasma de jeunes gens vigoureux et en bonne santé? 

Un rapport avec la disparition de sa fille? Aurait-elle pu avoir survécu, son corps n’ayant été identifié que grâce à son passeport. Sans le savoir, Alexis a mis les pieds dans un sacré guêpier. Echappera-t-il à celui qui le pourchasse pour le faire taire?

En conclusion:

Sylvain Forge manie sa plume avec la dextérité d’un bretteur chevronné: scènes d’action rythmées et bien ficelées: « L’homme écrasa la pédale de frein et la lourde carcasse glissa de l’autre côté de la route jusqu’à buter contre un pan de la montagne dans un fracas de tôles froissées. Un des phares explosa et la course du bus devint erratique. Tous les passagers, cramponnés, scrutaient la manœuvre avec un regard noyé de la même peur viscérale. Le chauffeur cracha son cigare et tira sur le frein à main de toutes ses forces.Les pneus hurlèrent tandis que du moteur jaillissait un vacarme de soupapes sur le point d’exploser. Entraîné par son propre poids, le véhicule fila droit vers le parapet qu’il heurta de plein fouet. Le bus s’était immobilisé, sa première moitié engagée au-delà de ce qui restait du muret, ses roues avant tournant au-dessus de l’abîme, l’arrière à cheval sur le talus. Passé l’état de sidération, les hommes se levèrent de leurs sièges simultanément. Alors, le chauffeur se retourna, le visage lacéré par les éclats du pare-brise pulvérisé lors du choc. Il hurla un ordre que personne n’entendit ou ne comprit, elle ne le saurait jamais. » (page 9)…Personnages attachants…

La tension dramatique qui monte crescendo: »Alexis n’avait guère le choix. Dans son téléphone se trouvait encore le plan sommaire affiché sur le mur de l’auberge par un voyageur anonyme. Ce serait son guide. Par prudence et parce que le souvenir de la morsure de Kong restait cuisant, il gara son véhicule à un bon kilomètre de l’auberge. C’est au prix d’un large détour à travers bois qu’il raccrocha la piste du lac. Sa carte IGN la matérialisait par une ligne en pointillé. Il atteignit bientôt la rive droite d’un torrent qui sinuait dans la forêt, puis débouchait au fond d’une gorge où une pancarte mettait en garde contre les risques d’accroissement soudain du débit de l’eau de barrage. Ensuite, la gorge s’élargissait progressivement, passant de dix à cent mètres environ. La voie s’élevait en courts lacets sur les rochers avant que ne surgisse une piste destinée à un troupeau. Elle n’était pas mentionnée sur sa carte, mais indiquée par une flèche soulignée des mots lac Noir, gravés dans l’écorce. Dans cette direction, le chemin zigzaguait au milieu des pins, des bouleaux et des hêtres. Bientôt, la végétation se fit plus dense et sous le couvert, la température chuta. Il régnait un silence insolite : nul chant d’oiseau dans les branches et nul frôlement dans les fourrés. Pas étonnant que le coin pousse au suicide, il flanque la chair de poule ! » (Page 128)

Chapitres courts, rythme haletant de bout en bout, à aucun le lecteur ne s’ennuie, pris dans la spirale d’un récit plein de suspense: Olivia est-elle vivante? Si oui, Alexis la retrouvera-t-il? Parviendra-t-il à échapper au tueur qui le poursuit. Convaincra-t-il la police qu’il n’y est pour rien dans la disparition inquiétante d’Aurélien Vasseur, l’ancien gamer pour qui sa fille est venue dans cette contrée sauvage?

Tous les ingrédients sont réunis pour vous faire passer un moment de lecture autant palpitant que bouleversant, Sauve La abordant le thème de l’amour au-delà du temps et de l’espace avec beaucoup de réalisme et de pudeur. Un moment de lecture inoubliable…

Citations:

« Ses yeux s’attardèrent sur la forme du bassin, un cercle presque parfait. Il devait provenir d’une excavation liée à l’exploitation du calcaire, bien avant le tungstène. On avait laissé les intempéries l’inonder, à moins que ce ne fût l’œuvre de la rivière souterraine dont Sénéchal lui avait parlé. Sur un des bords, il remarqua des empreintes de pneus, figées dans la boue sèche. Il descendit du rocher et s’approcha pour les examiner de plus près. Un gros véhicule avait fait ici une marche arrière. Ses nouvelles chaussures foulaient un substrat grisâtre, mélange de sédiments et de terre qui tapissait la cuvette tout entière. Une heure durant il fit le tour de la nappe d’eau, scrutant le sol en quête du moindre indice. Il s’imaginait en astronaute errant sur la lune après le crash de son engin et condamné à y déambuler jusqu’à l’épuisement de ses réserves d’oxygène. » (Page 131).

« Un magazine régional consacrait tout un dossier au camp de Mastoia, en Catalogne, le plus grand d’Europe. Il se trouvait à vingt kilomètres à vol d’oiseaux de Sainte-Albane. Situé au pied des Pyrénées et improprement nommé « refuge humanitaire », il accueillait tous les migrants débarqués en Espagne que les centres de détention ne pouvaient plus héberger. Certains attendaient là, parfois depuis des années, que l’administration espagnole statue sur leur sort. Des réseaux criminels avaient tôt fait d’exploiter cette marée humaine, avec leur lot de faux passeurs et de miroirs aux alouettes. Toutes sortes de légendes circulaient autour de ces chemins de la liberté. La plus répandue attestait de l’existence d’une carte permettant d’éviter les contrôles de police et d’atteindre l’Ariège sans encombre. D’autres racontaient que les passeurs choisissaient leurs « clients » eux-mêmes, selon des critères exclusivement physiques. Parmi les éléments retenus figuraient l’âge (moins de trente ans) et la réussite à plusieurs épreuves imposées aux candidats à l’intérieur du camp de Mastoia. (Page 168).

 

 

7 commentaires sur « Passion thriller français: Sauve la, Sylvain Forge. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s