Publié dans angoisse, éditions De Borée, cadavre, corruption, disparition d'adolescent, FBI, Passion thriller

Passion thriller français: A Fleur de Peau, James Barnaby.

Premier opus des enquêtes de Joseph Sleuth agent du FBI un peu borderline…Un suspense haletant, une intrigue bien ficelée…Que du bonheur!!

L’auteur:

édouard braseyJames Barnaby est le pseudonyme adopté par Edouard Brasey pour écrire une série de  thrillers dont A Fleur de Peau constitue le premier opus. Grand amateur de cinéma américain, il s’est inspiré des univers oppressants d’Alfred Hitchcock, Martin Scorsese pour planter ses décors.

Le roman:

A Fleur de Peau a été publié en 2018 par les éditions De Borée, dans la collection Marge Noire. Le style: dans les moments de tension dramatique, les mots se succèdent en saccades: « Jane grelottait. Une sueur froide inondait son corps. Elle se demandait comment elle avait trouvé la force d’appeler la police…Pianoter sur le cadran 9-1-1. Attendre que l’on décroche. Anonner son identité. Bafouiller en révélant la raison de son appel… » (Page 78).téléchargement (1)

L’histoire se déroule au rythme très lent des pensées et des ressentis de Jane, ce qu’elle voit ou fait: « En ouvrant les yeux, Jane observa le décor autour d’elle. Elle reconnut la grande pièce de la maison du lac où elle venait chaque été depuis tant d’années. Un homme se tenait près d’elle…Il prit un fin morceau de papier entre ses doigts, passa sa langue sur l’un des bords sans cesser d’observer Jane de son regard vert et pénétrant. » (Page 50)…Lenteur relayée par le décompte des débuts de chapitres indiquant les jours et les heures.

Fil rouge: dessins animés de Walt Disney dans la réalité, sous forme de rêves, de visions et de souvenirs.

Thèmes: les sectes, les techniques d’endoctrinement, la psychiatrie, l’hypnose, la manipulation mentale dont les ressorts sont détaillés avec justesse; la théorie complotiste (thème cher à l’auteur).

L’intrigue:

Suite à un événement survenu huit ans plus tôt, quand elle était âgée de onze ans, Jane, brillante étudiante, souffre de « fugues temporelles ». La jeune fille redoute terriblement ces « blancs » dont elle ne conserve aucun souvenir. Que fait-elle pendant ces heures occultées? A-t-elle déjà fait du mal à quelqu’un?

Comme chaque été, elle passe ses vacances dans le chalet familial. Sa mère ayant dû rentrer à Chicago pour son travail, Jane se retrouve seule avec Richard Holstein, le second mari de sa mère. Lorsqu’il est retrouvé mort, égorgé dans sa chambre, aussitôt Jane, s’accuse du meurtre, bien qu’elle n’en conserve aucun souvenir. Que s’est-il passé cette nuit-là? Pourquoi Jane s’est-elle réveillée les mains pleines de sang, un couteau à ses pieds, près du corps de son beau-père?

Pourtant, Richard, qui briguait le poste de sénateur, avait de nombreux ennemis: « Il avait promis de faire voter des lois pour lutter contre la corruption à tous les niveaux. Chez les industriels et les gros céréaliers, mais aussi dans l’administration et la police. » (Page 85). Alors, hallucination? Crise de démence? Règlement de compte? Crime politique? Crime passionnel?

Pourquoi l’assassin, si assassin il y a, a laissé Jane en vie? La police de Madison, à quatre mois des élections sénatoriales, peu désireuse d’un scandale politique, privilégie la thèse du crime passionnel et la culpabilité de Jane. Mais Joseph Sleuth, agent du FBI, sent intuitivement qu’il existe un lien entre le drame que Jane a vécu enfant et le drame actuel, aussi ténu soit-il. Pour expliquer le présent, il doit connaître le passé…dont la clé réside dans l’esprit de la jeune fille amnésique…

Les personnages:

  • Jane McLeone: étudiante surdouée préparant un master de sciences à l’université du Wisconsin à Madison; 168 de QI; jeune fille mutique et solitaire; ne fait jamais de projets à l’avance.
  • Mei-Li: amie et colocataire de Jane; Laotienne; très bavarde et expansive.
  • Janine: mère de Jane; d’origine française, artiste-peintre, gérante d’une galerie d’art à Chicago, ainsi qu’une à Madison où elle expose les dessins d’enfants à problèmes; beaucoup de difficultés à comprendre Jane et à communiquer avec elle; peu attachée aux aspects matériels de l’existence.
  • Richard Holstein: beau-père de Jane; Park Supervisor de Madison, idéaliste pragmatique; presque aussi mutique que Jane, conscient que savoir écouter constitue une arme aussi efficace que la parole; présence tranquille, nature pacifique, apaisante; méprise l’argent.
  • George: père de Jane; doit sa fortune aux malversations agricoles et financières des gros céréaliers; réactionnaire, conservateur, raciste, arriviste obsédé par l’argent; courtier à la Bourse des matières premières à Chicago.
  • Vanessa: amie de vacances de Jane; serveuse dans un pub; de trois ans son aînée.
  • Virginie: amie de Vanessa; caissière.
  • Catherine: amie de Vanessa; comptable.
  • Longfellow: capitaine de police du VCU, division spéciale de la police de Madison chargée d’enquêter sur les homicides; manque de tact.
  • Joseph Sleuth: agent du FBI chargé de l’enquête; look bohème; regard incisif, pénétrant; rétrogradé à l’agence de Madison pour excès de zèle; aversion profonde pour la corruption sous toutes ses formes.
  • Patrick Rochester: psychiatre à l’hôpital psychiatrique de Madison.
  • Mickaël Eckhart: hypnothérapeute de renom; sûr de lui, positif en toutes circonstances.

Les lieux:

Les descriptions des lieux de l’histoire précisent plus ce qu’ils sont plutôt que comment ils sont:

Ville de Madison dans le Wisconsin: contrairement à Chicago, la vie y est « douce et paisible », les quartiers piétonniers et les nombreuses pistes cyclables encourageant les habitants à délaisser leurs véhicules, ce qui explique la qualité de l’air, loin de la pollution des métropoles. Madison, « lieu préservé où l’homme respectait la nature et communiait avec elle », symbolise le havre de paix dans lequel Jane peut se contenter d’être elle-même. Ce qui ne gâche rien, la petite cité, « sorte de quartier latin post-soixante-huitard niché en plein continent américain, baignait depuis toujours dans la contre-culture et les idées contestataires. » (Page 56).

Lieu de vie de Jane: malgré ou à cause de ses troubles psychiques, Jane, tenant à son indépendance, loue un appartement éloigné de l’université où elle étudie, un trois-pièces lumineux donnant sur le parc et le lac. Nous n’en saurons pas plus car l’important n’est pas de savoir les détails de son agencement mais ce qu’il représente pour Jane.=>On ressent ce besoin chez Jane de vivre près de la nature, comme une façon d’exorciser ses démons.

Chalet du lac: ancien refuge en bois destiné aux chasseurs et aux pêcheurs, au coeur de la nature sauvage, à 15 kilomètres du centre-ville, appartenant à Richard. Il est composé d’une grande terrasse donnant sur les rives du lac, un salon lambrissé ouvert sur la terrasse, une petite cuisine équipée d’un four à bois, deux chambres, une grange attenante. Ici, pas de télé ni de radio, encore moins de réseau Wi-Fi. L’électricité est fournie par un générateur. L’eau vient du puits. => »Une vraie retraite en dehors du monde civilisé », au sein duquel Jane peut se régénérer et poser son lourd bagage.

En conclusion:

A Fleur de Peau, thriller dans lequel on perçoit l’influence de l’Orange Mécanique d’Anthony Burgess, pointant du doigt la corruption qui gangrène la société américaine, la course à l’argent et au profit qui anime nombre de ses habitants, la soif de pouvoir politique et financier: « Il en profiterait pour tenter de faire voter une loi qui lui tenait à cœur depuis longtemps: la loi anti-trust visant à limiter la puissance des producteurs de céréales qui produisaient impunément des semences à base d’OGM et s’entendaient entre eux pour maintenir le cours des céréales à un niveau élevé. » (Page 57).

Le -: les portraits manichéens de George et de Richard, le méchant et le bon, auraient souffert plus de finesse, de contraste. Défaut rattrapé par le soin apporté au personnage de Jane.

Le +: l’enquête sabordée par la concurrence entre le District Attorney du comté, désireux de montrer à ses électeurs que sa politique en terme de sécurité et de défense permet un pourcentage élevé d’affaires résolues rapidement, ménageant leurs deniers, et le FBI. Les dessous de la justice américaine parfaitement intégrés dans la fiction, lui donnant une épaisseur supplémentaire.

La méthode de torture inédite, plus subtile que les méthodes plus classiques et plus sanglantes mises en pratique dans bon nombre de thrillers, donne au roman son cachet d’originalité. Dans l’ensemble, A Fleur de Peau est un bon thriller que le lecteur arpentera à grands pas, tenu en haleine par la tension dramatique croissante et sons suspense habilement entretenu.

Citations:

« Habituée à se taire, elle laissait généralement les autres l’abreuver de paroles sans qu’elle se sente obligée d’intervenir…On aurait dit qu’ils ne pouvaient pas exister sans articuler de mots, prononcer des phrases, surtout s’ils n’avaient rien à dire. La plupart des gens redoutent le silence, ils en ont peur comme on a peur du noir ou de la mort. » (Page 51).

« Ce soir, il n’y avait rien à craindre et ils pouvaient croquer tranquillement leurs doughnuts dans leur Chevy en sifflant leur Bud au goulot. La vie de flic n’était pas si désagréable, après tout. Celle de Jim en tout cas, qui avait eu la bonne idée de rester célibataire et pouvait ainsi se bourrer la gueule après le service sans qu’une femelle s’avise de lui faire des reproches, comme c’était le cas de la femme de Bob. » (Pages 75-76).

« Elle espérait la retrouver, comme on part à la recherche d’un trésor que l’on aurait jeté quelque part dans l’océan. L’océan de son inconscient. Elle avait peur de découvrir ce qui se cachait au fond d’elle, bien sûr, mais elle avait aussi besoin de savoir. Ce serait un tel soulagement! Sortir enfin du flou, de l’incertitude permanente. » (Page 288).

« Elle avait fermé ses comptes Facbook et Twitter car elle était assaillie d’insultes et de menaces. Anonymes, bien entendu. Encore une conséquence du monde virtuel où on réglait ses comptes à distance en demeurant masqué. C’était tellement plus facile…Internet était devenu le royaume des lâches et des jaloux. » (Page 429).

Un commentaire sur « Passion thriller français: A Fleur de Peau, James Barnaby. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s