Publié dans Angleterre, angoisse, éditions Hugo Thriller, décès d'un enfant, Passion thriller

Passion thriller: La Sentinelle, Roz Nay.

« Tout le monde n’est pas bon, il l’a appris, mais il faut prendre soin de ceux qui restent. »…Vous n’imaginez pas à quel point…

L’auteur:

téléchargement (1)Roz Nay est une romancière britannique. Elle a fait ses études à l’université d’Oxford. Elle a vécu et travaillé en Afrique, en Australie, où elle a rencontré son mari qui est Canadien, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Aujourd’hui, elle vit en Colombie-Britannique avec son mari et leurs deux enfants. Elle partage son temps entre son métier d’assistante sociale spécialisée dans l’adoption et l’écriture.

Le roman:

La Sentinelle, Hurry Home dans la version originale parue en 2020, a été publié en novembre 2020 par les éditions Hugo Thriller. Le style de Roz Nay est acéré, utilisant un vocabulaire souvent percutant: « Cela fait deux semaines que j’ai laissé ma soeur s’installer chez moi et que nous avons établi les règles de son séjour. Nous sommes assises dans la salle d’attente du médecin, aussi discrètes et silencieuses qu’il se doit. Je repense à tout ce qui s’est passé ces derniers temps, mais l’odeur de la clinique où nous sommes me trouble et perturbe mes pensées. La propreté est trop caustique, cette stérilité est un affront. » (Page 95).

Construction: raconté à la première personne au présent, le récit est découpé en chapitres dont chacun est consacré à un des personnages principaux qui raconte une partie de l’histoire de son propre point de vue. Le concept est désormais classique mais efficace.

L’intrigue:

Alexandra vit heureuse dans une station de ski du Colorado entre Chase, son petit ami parfait, et son travail auprès des services de Protection de l’Enfance. Mais un jour, sa soeur Ruth débarque à l’improviste alors qu’elles ne s’étaient pas revues depuis dix ans. Pourquoi Alex a-t-elle raconté à Chase que sa soeur était morte? Le passé menacerait-il de remonter à la surface, entraînant dans son sillage des secrets peu avouables? « A chaque fois que je te pose des questions sur ton passé, tu me réponds par monosyllabes ou en haussant les épaules. Et puis, je m’enfiche qu’elle soit là. Après tout, c’est ta soeur. C’est ta famille. » Il serre les dents. « Je voudrais juste savoir qui j’accueille chez moi. » (Page 44).

Un sombre pressentiment l’envahit mais Alex ne compte pas laisser Ruth gâcher sa vie à nouveau, comme par le passé, alors qu’elle a passé de nombreuses années à s’en détacher, à tourner la page et se construire une vie bien à elle. Ruth a-t-elle vraiment changé comme elle l’affirme, ou bien, telle une araignée tapie dans un coin sombre, attire-t-elle sa proie afin de mieux la dévorer. Et puis, qui est Eli? Pourquoi Ruth redoute-t-elle qu’il la retrouve? Quels secrets cache-t-elle?

Retour impromptu qui tombe on ne peut plus mal, au moment où Alex doit se concentrer sur un dossier particulièrement délicat dans le but de sauver le petit Buster victime de négligence et de mauvais traitements de la part de parents toxicomanes et complètement dépassés. Pour parvenir à ses fins, elle doit braver l’autorité de Minerva, sa collègue. Et démêler ce que Ruth manigance dans son dos, avec la naïve collaboration de Chase qui s’est laissé embobiner par ses mensonges.

Les personnages:

Peu de personnages dans ce thriller qui fonctionne en vase clos, mais chacun est scrupuleusement mis en scène à travers le prisme du point de vue d’Alex =>Le lecteur est ainsi contraint de se forger un avis uniquement sur ses assertions, rendant difficile sa propre perception. Alex dit-elle la vérité ou affabule-t-elle? Laquelle des deux soeurs est-elle manipulatrice? Ruth? Alex? Ou les deux?? Là est la question…

  • Chase Kennedy: compagnon d’Alex, ancien skieur professionnel; travaille dans le marketing du domaine skiable local; issu d’une famille de nantis, a grandi dans une complète insouciance.
  • Alexandra Van Ness: narratrice; assistante sociale déléguée à la Protection de l’Enfance; .
  • Minerva Cummings: collègue d’Alexandra; a travaillé au département Santé mentale et Addictions; plus ancienne et plus expérimentée des assistantes sociales du service; divorcée.
  • Ruth Van Ness: soeur d’Alex; menteuse, manipulatrice, impétueuse, ne sait pas garder un secret; toxico.
  • Sully: policier; ami d’Alex; grand lecteur d’auteurs français et russes; ne fonctionne pas à l’ego, conduit un vieux van, sa présence est rassurante. Affable, toujours en alerte, sait écouter.
  • Morris: chef de service d’Alexandra; originaire de Londres, divorcé; circonspect, ne cherche jamais les conflits.

En conclusion:

Avec La Sentinelle, Roz Nay prouve une fois de plus son talent à concocter des intrigues simples en apparence, pour se révéler complexes tant elle excelle à entraîner ses lecteurs dans la direction qu’elle souhaite: qui est le coupable? Qui manipule qui? Qui dissimule des secrets venus du passé? Quel impact sur la vie présente des protagonistes?

Ses atouts? Un style incisif mais soigné. Des personnages bien construits même ceux qui semblent lisses et sans aspérités, comme Chase. Chaque détail a sa place. Pas de temps mort, pas de discours superflu. Jamais on ne s’ennuie. A aucun moment on n’est tenté d’arrêter avant la fin. Au final, on comprend qu’il ne faut pas se fier aux apparences, comme pour le personnage de Sully qui, bien qu’il attache peu d’importance à son apparence et au matérialisme, est bien celui qui a le plus la tête sur les épaules, celui qui n’hésitera pas à faire triompher la vérité, peu importent les conséquences.

Alors, pour percer le secret du passé d’Alexandra, pour savoir laquelle des deux soeurs ment; laquelle dissimule une fracture profonde pour comprendre quel drame a endeuillé leur enfance et pourquoi leur père a renié l’une des deux, je vous invite à vous plonger dans ce roman passionnant, que vous ne lâcherez qu’une fois la dernière page tournée.

Citations:

« Pour ne pas serrer les poings, je glisse les mains sous mes cuisses. Minerva a peut-être plus d’années d’expérience que moi dans ce métier, mais depuis tout ce temps, elle n’a pas encore compris que la protection de l’enfance est un oxymore. Même quand nous sauvons des gamins ou que nous les éloignons de leurs parents, des travailleurs sociaux comme elle les rejettent dans la mêlée. » (Page 29)

« Quant à essayer d’expliquer ton boulot…A ta place, je n’essaierai même pas, reprend-il. Nous ne sommes pas comme les autres, toit et moi. Nous sommes des chiens fantômes qui gardons la porte, comme Cerbère. La plupart des gens de Moses River n’auront jamais la moindre idée de ce que nous gardons, ni pourquoi. » Nous restons silencieux quelques secondes. Sa main est toujours près de la mienne. Des mains compétentes, souples et pleines de vie. » (Page 63).

« Je devrais probablement être contente qu’ils s’entendent aussi bien -nous sommes une famille, après tout. Sauf que je sais ce qui se passe vraiment dans les familles, combien elles peuvent devenir compliquées et concurrentielles. Désunies. La réussite d’un de ses membres est très souvent la ruine de l’autre, et Sully a raison: c’est une lutte où il faut jouer des coudes, un jeu de bascule. J’ai vu ça assez souvent pour m’en souvenir toute la vie. » (Pages 123-124).

 

5 commentaires sur « Passion thriller: La Sentinelle, Roz Nay. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s