Publié dans adultère, amour, angoisse, éditions Hugo Thriller, décès d'un enfant, manipulation psychologique, Passion thriller

Passion thriller: Verity, Colleen Hoover.

Un thriller psychologique bien tourné, qui vous fera peut-être regretter d’avoir inviter cette inconnue chez vous…

L’auteur:

OIPColleen Hoover, née le 11 décembre 1979 à Sulphur Springs, petite ville du Texas, est une romancière américaine auteur de nombreux romans et nouvelles, en particulier des romances et romans Young Adults. En 2011, elle écrit son premier roman paru en auto-édition. Suite à la critique élogieuse de la bloggeuse littéraire Maryse Black, le roman connaît un certain succès et est cité dans la liste du New York Times Best Seller. Son roman Confess a été adapté en 2017 en une série télévisée de sept épisodes. Son roman It Ends With Us paru en 2016 est en cours d’adaptation par le réalisateur et acteur Justin Baldoni.

La série intitulée Maybe ainsi que les trois tomes de la série Never Never et tous ses romans indépendants ont été publiés par les éditions Hugo et Compagnie

Le roman:

téléchargement (2)Verity, Verity dans la version originale parue en 2018, traduit par Pauline Vidal, a été publié en 2020 par les éditions Hugo et Compagnie dans la collection Suspense Poche. Le style, composé de mots et tournures simples, est fluide agréable à lire: « L’air tourmenté , il tourne sa bouteille d’eau sur la table. J’ai l’impression qu’il n’a pas demandé à s’isoler avec moi pour me faire changer d’avis. Il voulait juste être seul. Il ne pouvait sans doute plus supporter de discuter ainsi de sa femme, il préférait que tous ces gens s’en aillent. » (Page 42). C’est joliment écrit, avec du sentiment et de la profondeur: « Etonnant tout ce qu’on pouvait ressentir quand on y mettait plus que son corps. Là, j’y allais de tout mon coeur, de toutes mes tripes, mais aussi de mon esprit, de mes espérances. Je suis tombée à ce moment. Pas amoureuse. Juste…tombée. Comme si j’avais passé ma vie au bord d’une falaise et qu’enfin, après avoir rencontré Jérémy, je trouvais la force de me lancer. Car, cette fois, j’étais certaine de ne pas tomber, mais de m’envoler. » (Page 87).

Le récit est raconté à la première personne, au présent, créant un sentiment d’intimité avec le lecteur, comme si la narratrice nous racontait son histoire. Et nous l’écoutons attentivement, tel un ami bienveillant.

Construction: les chapitres consacrés à l’histoire racontée par Lowen alternent avec des passages de l’autobiographie de Verity lus par la jeune femme, alors qu’elle a découvert le manuscrit par hasard dans le bureau de Verity.

Fil rouge: les fantasmes de Lowen sur Jeremy: de très nombreuses allusions qui pèsent parfois sur le déroulé du récit.

Thèmes: jalousie; maternité; perte d’un enfant.

L’intrigue:

Quelle matinée pour Lowen Ashfield! Alors qu’elle se rend à un rendez-vous fixé par son agent littéraire, un homme se fait renverser par un camion juste sous ses yeux, l’aspergeant de son sang. Un autre homme vole aussitôt à son secours, lui donnant sa chemise afin qu’elle soit présentable.

Les éditions Pantern Press cherchent un auteur qui pourrait se substituer à leur romancière vedette Verity Crawford qui, depuis qu’elle a été victime d’un grave accident de voiture, vit recluse dans sa propriété. Sa mission: achever la série qui l’a rendue célèbre et se rendre à sa place aux séances de dédicace, aux rencontres avec la presse et à toutes manifestations littéraires demandées par l’éditeur. Pourquoi Verity a-t-elle proposé d’engager Lowen? Elles ne se connaissent même pas.

Bien que cette dernière déteste la célébrité et ses effets délétères, sa situation financière désastreuse ne lui permet pas d’envisager une autre une autre option que d’accepter les 500 000 dollars qu’elle touchera pour l’écriture des trois derniers tomes de la série. Jeremy, le très séduisant mari de Verity, sait se montrer convainquant pour vaincre ses réticences.

Afin de s’imprégner de l’atmosphère de travail de Verity et de consulter ses notes, Lowen accepte de passer un week-end dans leur magnifique propriété située dans le Vermont. Ain de mener à bien sa tache, elle doit comprendre comment fonctionne le cerveau de Verity, comment elle conçoit ses intrigues. Or, personne ne peut répondre à ses questions. C’est alors qu’elle trouve l’autobiographie rédigée par la célèbre romancière. La source idéale pour combler les vides.

Lowen, temporairement sans domicile, accepte de prolonger son séjour chez Jérémy et Vérity. Mais est-ce vraiment une bonne idée? La lecture de l’autobiographie ouvre un abyme de questions plus qu’elle n’apporte des réponses. Qu’est-il vraiment arrivé aux filles du couple? Lowen est-elle en danger? Comment cette histoire va se terminer? Seul l’avenir vous le dira…

Les personnages:

  • Lowen Ashleigh: narratrice, auteur de romans à suspense; originaire de Virginie, vit à Manhattan; caractère peu sociable, n’apprécie pas les mondanités.
  • Jérémy Crawford: mari de Vérity; ancien agent immobilier.
  • Corey: agent littéraire de Lowen; charmeur et charismatique.
  • Verity Crawford: romancière très douée; aime les fêtes extravagantes et être sur le devant de la scène; jalouse de son mari.
  • April: infirmière de Verity avec laquelle elle se montre très protectrice; se méfie de Lowen.
  • Myrna: infirmière du week-end: plus avenante et sympathique qu’April

Les décors:

Maison des Crawford: décor impressionnant, digne d’un film d’horreur, créé pour mettre le lecteur sous pression dramatique: lourd portail en fer forgé avec à son sommet des motifs ressemblant à des toiles d’araignées; les arbres semblent de plus en plus hauts et denses à mesure qu’on approche de la maison, vaste demeure sise au sommet d’une colline. Toit gris ardoise comme un ciel d’orage; façade en pierres noires dont la partie gauche est couverte de lierre; porte d’entrée rouge sang.

Bureau de Verity: tout respire le luxe et l’argent d’une romancière célèbre qui gagne sa vie très confortablement: fauteuil très coûteux, ordinateur dernier cri, meubles design. Tout le contraire du quotidien de Lowen qui écrit sur une table en plastique achetée 25 dollars assise sur une vieille chaise de salle à manger, tapant ses manuscrits sur un portable auquel il manque une touche.

Ambiance: au fur et à mesure que les jours passent, Lowen se sent de plus en plus mal à l’aise à cause de l’atmosphère lugubre qui règne dans la vaste demeure. Elle se demande si elle victime d’hallucinations ou si Verity joue la comédie de la femme paralysée? Dans quel but? Pour se jouer d’elle et la rendre folle? Pour se venger de son mari? Mais de quoi? Lowen se rend compte que finalement elle ne connaît pas les circonstances exactes de l’accident de Verity. « Une énergie bizarre flotte dans la maison. Cela n’arrête jamais, je ne sais pas comment l’apaiser et ça semble empirer au crépuscule. Je suis sûre que ça se passe surtout dans ma tête, ce qui ne me rassure pas pour autant, car ces choses qui rôdent à travers mon esprit pourraient bien être aussi dangereuses que d’authentiques menaces. » (Page 172)

En conclusion:

Un thriller bien construit jouant sur le ressenti de Lowen qui ne cache pas son attirance pour Jérémy, mari de Verity, oubliant qu’elle est son invitée. Ce point de vue réducteur plonge le lecteur dans l’incertitude: Lowen est-elle victime d’hallucinations? Est-elle la proie de ses propres fantasmes sexuels? Imagine-t-elle les bruits qu’elle entend dans la maison, le regard haineux que Verity pose sur elle lorsqu’elle va la voir dans sa chambre? Jusqu’au bout, Colleen Hoover laisse planer le doute avec, je dois en convenir, une certaine maîtrise.

Le bémol: bien que l’intrigue repose sur l’attirance qu’éprouve Lowen pour Jérémy, les nombreuses allusions à leurs ébats et à ses fantasmes rappellent trop les romances sirupeuses dont on nous abreuve ces dernières années pour donner à ce genre de récit la profondeur qu’il mérite.

Le +: Colleen Hoover entraîne avec habileté le lecteur dans la même spirale de curiosité qui anime Lowen à la lecture de l’autobiographie de Verity, ménageant le suspense avec des phrases telles que: « Je suis curieuse de savoir comment fonctionne leur couple et pourquoi elle a fini son premier chapitre par cette phrase: « Jusqu’au jour où il a découvert la chose qui comptait encore davantage que moi, à ses yeux. » (Page 94)…Jusqu’au coup de théâtre final.

Citations:

« Si, d’un côté, l’indifférence me dérange, de l’autre, c’est exactement pour ça que je me suis installée ici voilà dix ans. Les gens comme moi se sentent mieux dans des villes surpeuplées où on ne fait pas attention à vous, où beaucoup vivent des histoires bien plus lamentables que la mienne. Ici, je suis invisible, insignifiante. Manhattan est trop peuplée pour s’occuper de moi, et c’est pour ça que je l’aime. » (Pages 8-9).

« Pour moi, il existe trois étapes à compléter dans la rédaction d’un livre. 1) Commencer par détester tout ce que j’écris. 2) Continuer malgré tout. 3) Terminer en faisant comme si j’étais fière de moi. Jamais je n’ai l’impression d’accomplir ce que j’avais prévu ni de rédiger un chef-d’œuvre que tout le monde doit lire. La plupart du temps, je pleure sous ma douche et contemple l’écran de mon ordinateur comme un zombie en me demandant comment tant d’autres auteurs peuvent faire la promotion de leurs ouvrages avec une telle confiance en eux. » (Page 53).

« Je prends appui sur le matelas et commence à me relever mais retombe en arrière lorsque je m’aperçois que Verity me fixe. Elle a tourné la tête sur la droite, pour mieux me voir. Bordel! Tétanisée par la peur, je recule sur les fesses pour me retrouver assise par terre à plusieurs mètres d’elle. La panique me pousse à détaler au plus vite, même si rien n’a changé dans son attitude à part la position de sa tête. » (Page 154).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s