Publié dans angoisse, éditions métailié, disparition inexpliquée, enquête criminelle, littérature islandaise, Passion polar nordique, polar islandais

Passion polar nordique: Froid comme l’Enfer, Lilja Sigurdardottir.

Un voyage en Islande, ça vous dit ? Mais je préfère vous prévenir: ce ne sera pas un voyage d’agrément…

L’auteur:

Lilja Sigurdardottir, née en Islande en 1972, est une romancière et dramaturge islandaise auteur de romans policiers. Elle participe à l’organisation du festival littéraire Iceland Noir de Reykjavik, célébrant les romans noirs sous toutes leurs formes.

En 2008, elle est remarquée au cours d’un concours organisé par la maison d’édition Bjartur, à la recherche de nouveaux auteurs de romans policiers. L’année suivante, elle publie son premier roman Spor. Mais c’est avec Piégée qu’elle a connu le succès en 2017.

Le roman:

Froid comme l’Enfer, Helköld Sol dans la version originale parue en 2019, traduit de l’islandais par Jean-Christophe Salaun, a été publié par les éditions Métailié en 2022. L’écriture de l’auteur est sobre, agréable à lire, le récit se développant au rythme  des chapitres courts, voire très courts, chacun abordant l’intrigue du point de vue de l’un des protagonistes. Cette façon de procéder permet d’entretenir le suspense tout en permettant au lecteur de pénétrer plus profondément dans l’histoire, de s’y impliquer en quelque sorte. « Désormais, elle voyait son esprit se diviser nettement en deux, comme s’il était composé de deux pièces séparées. L’une d’entre elles accueillait sa mère et sa sœur, la première rongée d’inquiétude, la seconde cachée quelque part, fuyant ses ennuis. Sans pouvoir le contrôler, Aurora sentit une soudaine colère jaillir en elle. Colère qui exploserait sans doute lorsqu’elle aurait retrouvé Isafold, car au-delà de cette angoisse latente qui ne la quittait plus, sa conscience lui disait que sa sœur avait probablement cherché refuge chez une connaissance, ou dans un hôtel méditerranéen, où elle pansait les plaies de sa séparation avec Björn sans avoir eu la présence d’esprit d’avertir qui que ce soit. » (Page 75).

Fil rouge: les us et coutumes islandais en opposition avec la vie que mène Aurora en Angleterre; sa façon de se démarquer, empreinte toutefois d’une certaine nostalgie: « C’était tellement islandais, de toujours vivre dans la précipitation, de toujours tout faire à la dernière minute…Voilà l’une des choses qui lui avaient manqué de l’Islande, enfant, après que sa famille s’était installée en Angleterre. Ces matins d’été porteurs d’une promesse. » (Page 56)… »Selon la coutume islandaise, Aurora retira ses chaussures dans l’entrée et suivit l’homme dans le salon, envahie par des réminiscences de son enfance, lorsqu’elle rendait visite à ses proches au pays. » (Page 61).

L’intrigue:

Aurora Jonsdottir, installée en Angleterre où elle exerce le métier de détective privé spécialisé dans le recouvrement de fonds, se dit que parfois elle aurait aimé être fille unique. Ne pas être la cadette d’Isafold, plus belle, plus intelligente, qui accomplie. Isafold qui, depuis deux semaines, ne répond à aucun message, ni par téléphone, ni sur FB où, contrairement à son habitude, elle n’a rien publié depuis justement deux semaines.

Mais pour rassurer sa mère qui frôle l’hystérie tant l’inquiétude la mine, elle accepte de prendre l’avion jusqu’en Islande, persuadée que ce sera l’affaire de deux jours. Le temps de retrouver la fugueuse. Qui, apparemment, a enfin quitté son mari violent. Mais pourquoi n’en a-t-elle pas informé sa famille? Pourquoi les laisser se ronger les sangs? Et surtout, où se cache-t-elle?

Comment Aurora pourrait-elle faire comprendre à sa mère que son métier consiste à démasquer les fraudeurs et les faire payer, et non à retrouver les personnes disparues. Ses investigations la menant dans une impasse, elle reprend contact avec son oncle par alliance Daniel, inspecteur de police, qui accepte de la conseiller et de l’aider dans ses recherches.

Mais les indices collectés sont bien maigres. Aucune piste ne semble émerger. Plus les jours passent, plus l’inquiétude fait son nid et les taraude. Aurora, sur la piste d’un ancien milliardaire qu’elle soupçonne d’avoir planqué ses biens à l’étranger après la banqueroute de son entreprise, commence à vraiment prendre peur. Et si quelque chose était arrivé à Isafold? Si les rayons du soleil de minuit qui règne sans partage sur l’île de Glace dissimulait des personnages inquiétants prêts à tout pour protéger leurs secrets?

Les personnages:

  • Aurora Jonsdottir: détective privée spécialisée dans le recouvrement de fonds; Islandaise vivant en Ecosse; relations compliquées avec sa sœur aînée et leur mère; déterminée, n’a pas froid aux yeux.
  • Isafold: sœur aînée d’Aurora; la préférée de leur mère car plus gracieuse, plus enjouée…
  • Grimur: voisin d’Isafold.
  • Björn: mari d’Isafold; a été condamné pour possession de stupéfiants; violent et menteur.
  • Hakon Hauksson: homme d’affaires condamné pour fraude fiscale, escroc qui n’honore pas ses dettes; propriétaire d’un des plus prestigieux hôtels de Reykjavik; dans le collimateur d’Aurora.
  • Olga: vieille dame qui vit dans l’immeuble de Björn et Isafold.
  • Omar: réfugié syrien clandestin qui vit chez Olga.
  • Daniel Hansson: inspecteur de police; oncle d’Aurora par alliance.

En conclusion:

Avec Froid comme l’Enfer, Lilja Sigurdardottir signe un roman noir dans lequel elle décortique la société islandaise de son point de vue ambivalent et aiguisé de native qui vit une partie de l’année à l’étranger. Roman baigné par la lumière omniprésente du soleil d’été qui ne se couche pratiquement jamais, laissant des zones d’ombre d’autant plus sombres et inquiétantes. Dans lesquelles se dissimulent cadavres et secrets. A l’abri des regards indiscrets…

Un roman bien construit qui nous mène jusqu’à sa conclusion en abordant des thèmes aussi dramatiques que les violences conjugales, le sort des réfugiés politiques, les disparitions inquiétantes (ce dernier thème revient souvent dans les polars islandais). Un roman humain aussi, dans lequel Aurora, nouveau personnage de Lilja Sigurdardottir, femme indépendante financièrement, qui mène sa vie comme elle l’entend, douée dans son domaine professionnel, redevient l’adolescente invisible qui supporte le poids de sa rivalité avec sa sœur aînée, sœur qui refuse d’admettre les violences qu’elle subit. Dont la vie est le pivot est celui de leur mère. Duo dans lequel Aurora n’a de place que pour lui venir en aide. Un roman qui ne vous laissera ni indifférent, ni sur votre faim…

Citations:

« Mais dans son esprit, elle comparait toujours son travail à une chasse au trésor. Rien n’avait vraiment changé, les riches avaient toujours tendance à cacher leur argent dans les Caraïbes et, comme les pirates d’antan, les voleurs d’aujourd’hui, terrifiés à l’idée qu’on mette la main sur leur butin, rendaient la quête difficile et périlleuse. Mais elle finissait toujours par le retrouver et le rendait à son propriétaire, généralement les autorités fiscales d’un pays ou un mandataire judiciaire. » (Page 50).

« Le soleil déjà haut dans le ciel et le vent marin encore à peine perceptible permettant aux petites maisons recouvertes de tôle ondulée bigarrée d’absorber la chaleur des rayons lumineux. Ce pourrait être une belle journée. Elle se rappelait combien ses compatriotes étaient heureux quand le temps s’annonçait clément. Partout en ville, on sortait les barbecues, les enfants couraient au port avec leur canne à pêche, les parents emportaient des chaises de jardin aux entraînements de foot de leurs gamins, installés au soleil plutôt que dans leur voiture sous le crachin glacial, le chauffage à fond. » (Page 56)

Publicité

Un commentaire sur « Passion polar nordique: Froid comme l’Enfer, Lilja Sigurdardottir. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s