Publié dans éditions du Masque, humour noir, Passion thriller

Passion thriller: Dîner secret, Raphael Montes.

Une intrigue complètement loufoque, un sujet très sérieux, voilà le mélange détonnant de ce roman, fenêtre bien éloignée des clichés sur le Brésil d’aujourd’hui. A frémir de rire et d’horreur !!!

L’auteur:

Raphael montesRaphael Montes, né à Rio de Janeiro en 1990, est l’auteur de trois romans, dont Jours parfaits, traduit dans une vingtaine de pays. Il est également chroniqueur hebdomadaire dans le journal O Globo et écrit des scenarii pour la télévision.

Le roman:

Dîner secret a été publié en 2018 par les éditions du Masque. Le style est fluide, agréable à lire, dans une langue courante, voire familière parfois. Les dialogues sont drôles,, parfois jubilatoires, souvent savoureux, dénotant d’un humour certain: « Ca va s’arranger, me disait une voix intérieure. Insiste, démène-toi, potasse bien et ça va s’arranger! J’ai insisté, je me suis démené, j’ai potassé. Voix menteuse de mes deux!! » (Page 29). Les lettres et les extraits de conversations sur WhatsApp confèrent au récit une apparence de réalisme très convainquant.éditions du masque

Thèmes: sous un dehors léger et désinvolte, Raphael Montes aborde des thèmes aussi préoccupants que la prostitution, la crise économique qui frappe le Brésil, les jeunes générations sacrifiées faute de perspectives d’avenir réelles, mais également l’amitié.

L’intrigue:

Dîner secret raconte l’histoire de quatre amis d’enfance, de leurs déboires, de leurs combines pour s’en sortir. Installés dans la capitale brésilienne depuis quatre ans où ils louent un appartement certes au loyer élevé mais bien situé et confortable, ils se saignent aux quatre veines pour se maintenir à flot. Mais force est de constater qu’ il ne leur reste pas grand chose à part leurs désillusions et leur profonde déception: la vie n’ayant pas tourné comme ils l’espéraient, ils sont contraints de vivre de petits boulots.

A cause de Leitao et de ses petits trafics, ils se retrouvent avec six mois de loyer en retard. Sous peine d’expulsion, ils ont deux semaines pour régulariser. Mais sans un sou de côté, comment faire? C’est alors que Hugo, cuisinier talentueux, a une idée de génie: créer un site de dégustation culinaire. Mais Leitao change le menu initial en remplaçant la viande d’agneau par de la ….chair humaine!!!

Dès lors ils mettent le doigt, et même le bras, dans l’engrenage d’une histoire aussi loufoque qu’ahurissante et périlleuse. Commence pour les quatre garçons une aventure des plus rocambolesques!!

Les personnages:

brésil
Brésil

Le groupe des quatre copains d’enfance fonctionne sur deux plans: les individualités, chacun ayant sa propre personnalité, et la communauté riche de ces individualités, cimentée par l’amitié indéfectible et la solidarité qui les lient.

  • Dante: narrateur, travaille dans une librairie bien que diplômé en gestion d’entreprise; issu d’une famille aisée.
  • Miguel: ami d’enfance de Dante avec qui il a été élevé, les parents de Miguel travaillant pour ceux de son ami; étudiant en médecine, interne dans un hôpital public; persévérant, probe, fidèle, introverti, studieux et taciturne; assurément le plus « normal » et sérieux des quatre.
  • Hugo: aide-cuisinier très doué mais très imbu de ses talents, ego surdimensionné qui fait fuir les employeurs; persévérant, hardi et persuasi, mais pas stratège.
  • Leitao: le geek de la bande, végète dans son lit du matin au soir, ingurgitant une nourriture aussi malsaine qu’abondante; obèse, heureux de son sort, surtout depuis qu’il a rencontré Cora; ni persuasif, ni stratège, ni hardi et encore moins persévérant.
  • Cora: prostituée, petite amie de Leitao; longs cheveux bruns; caractère combatif, aussi sensible que rude.
  • Umberto Marcondes de Machado: aristocrate ruiné, associé de la bande; la soixantaine, visage creusé de rides.

Les lieux:

rio quartier pauvre
Rio

La capitale, objet des fantasmes de la part des quatre garçons originaires d’un village, personnifiant réussite sociale et opportunités de s’enrichir, s’avère finalement totalement différente de ce qu’ils avaient imaginé: « En quatre jours d’allées et venues à travers Rio de Janeiro, nous avons visité je ne sais combien de taudis inimaginables. Et aussi quelques logements décents, mais alors c’était le loyer qui devenait inimaginable. Tandis que les foules du carnaval emplissaient les rues d’allégresse et de tapage, nous dépérissions à force de dégoût. Habiter, dans la zone sud -les jolis quartiers près des plages, ceux que nous convoitions- était comme emménager dans un château en Europe…une aspiration qui, pour nous au moins, relevait de la pure chimère. » (Page 17).

Brésil: Raphael Montes nous propose ici une immersion saisissante au sein de la société brésilienne, pays aussi lointain que fantasmagorique pour nous Européens qui n’avons qu’une idée bien approximative, à travers les media, de sa factualité; ainsi, il ressort que le Brésil n’incarne pas tout à fait la terre de tous les possibles que l’on nous a décrite dans certains communiqués officiels: « Les Brésiliens ont un talent incroyable pour tout  saboter. Un truc marche bien aux Etats-Unis, puis il arrive au Brésil et c’est tout de suite foutu. Prenez Facebook. Chez nous, c’est bourré de spams, les pages sont piratées, c’est déconnecté toutes les cinq minutes et on croule sous les messages envoyés par des abrutis. » (Page 65)…Un pays aux multiples talents qui a pourtant sombré dans la crise économique et l’inflation, rognant les ailes des jeunes générations qui voient tous leurs projets d’évolution et d’ascension sociale tuées dans l’œuf.

rio
Baie de Rio

En conclusion:

Le +: une peinture du Brésil cocasse, sans concession mais également sans amertume. Un regard lucide transcendé par le sens du détail de Raphael Montes: « Elle poussa un petit soupir, puis ses dents se plantèrent dans la viande et la triturèrent avec ardeur, tandis que ses glandes salivaires s’activaient et que ses joues rosies de blush enflaient et désenflaient avec les mouvements de sa mâchoire. Sa langue, qui avait tourné et retourné la bouchée, passa sur ses lèvres minces et fardées d’un rouge cruel… » (Page 149).

Thriller jubilatoire empreint d’un humour noir, Dîner secret offre un moment de lecture à la frontière entre le dépaysement, la peinture sociale acide, l’évocation de thèmes graves et des personnages complètement hors normes. Une fable satirique montrant que l’homme ne conçoit aucune limite dans sa course à l’argent et au pouvoir dans un monde où la morale et le respect de la vie humaine n’ont plus aucune signification. Sombre et grandiose !!table dressée

Citations:

« Le meilleur moyen de sa blanchir d’une faute, c’est de faire porter le chapeau à quelqu’un de plus important. Voilà pourquoi les religions rencontraient un tel succès: c’était un réconfort d’imaginer qu’il existait une entité supérieure dont la volonté déterminait nos bonheurs et nos tragédies. » (Page 138).

« Dans ce foutu pays, tout le monde filoute les autres, tout le monde détourne du fric, tout le monde se remplit les fouilles. Et moi, il faudrait que je reste à crever la fin au nom de la légalité? » (Page 198).

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s