Publié dans loup-garou, magie noire, Moyen-Age, Passion polar historique

Passion polar historique: Mystères et diableries sous Louis XI: Tome 1: Les loups du Pontet, Alain Bosc.

Vous aimez les bons films de cape et d’épée, avec des rebondissements, des complots, des mystères…Alors n’attendez plus pour vous plonger dans cette passionnante trilogie…

L’auteur:

téléchargement (1).jpgAlain Fournier, allias Alain Bosc, âgé de 64 ans, a travaillé à Bordeaux comme ingénieur du son. Très grand lecteur aux goûts éclectiques, notamment des polars historiques édités chez 10/18, il a pour habitude de réécrire dans sa tête certains passages qui lui semblaient perfectibles. De fil en aiguille, il s’est dit qu’il devrait essayer d’écrire lui-même, et bien lui en a pris !! Après moult mésaventures éditoriales, Alain Bosc a décidé de mettre les trois tomes sur Amazon où ils ont obtenu un joli petit succès.

Le roman:

Mystères et diableries sous Louis XI: Les loups du Pontet est paru en 2014. Le style est soigné, le vocabulaire choisi: « Dissimulés de la Fréchou par la taillis de ses épais sourcils, les yeux du pèlerin brillèrent d’une vivacité et d’une lueur bien peu en accord avec l’aspect souffreteux du vieillard grelottant, le menton affaissé sur la poitrine. Immobile, il fouilla la pénombre du regard à la recherche de ce qu’il était en fait venu chercher là. » (Page 6).

La présentation du roman est tout aussi soignée avec un préambule historique précisant le contexte de l’époque à laquelle se passe l’histoire. Les scènes d’action sont crédibles et bien construites: « Se retournant à demi, il vit le cercle rapide d’un gourdin destiné à sa nuque. Du bras, il dévia la trajectoire, finissant de faire face au danger. Poussant un grognement sous la douleur qui traversait son avant-bras, il réussit pourtant à désarmer son adversaire avant même que celui-ci eût fini son geste, l’envoyant rouler dans la vase. Il découvrit alors les deux autres compères qui s’apprêtaient à fondre sur lui, pareillement armés d’impressionnants gourdins, à la mesure de leurs imposants propriétaires. » (Page 123).

téléchargement (2).jpg
L’Aquitaine anglaise

Contexte politique: la région de Bordeaux, où se passe l’histoire racontée dans Les Loups du Pontet, subit encore les sanctions imposées par le roi de France Charles VII qui l’a pressurée de taxes pour la punir d’avoir appelé les Anglais à son aide. Le roi ne respectant pas leur accord suite à la défaite anglaise, les bourgeois de Bordeaux avaient cru bon de demander secours à leur ancien duc, le roi d’Angleterre Henri VI, qui leur envoya une flotte commandée par Talbot, qui fut malheureusement défaite. Louis XI, fils et successeur de Charles VII, comprenant qu’une telle politique entravait le commerce, source de profit appréciable pour le royaume, allégea quelque peu sa lourde domination, mais si peu… »Chaque Anglais qui dépasse Blaye doit être muni d’un sauf-conduit, et s’il désire rester à terre à la nuit il ne doit pas quitter la résidence qu’on lui a assignée…Il doit aussi

palais de l'ombrière
Palais de l’Ombrière

effectuer tous ses déplacements accompagné de sergents du guet comme un malfaiteur…Ces stupides précautions entravent le commerce des honnêtes marchands et n’aura pour résultat que notre ruine à tous… » (Page 12)…Le mécontentement gagne même les grands seigneurs régnant sur des provinces plus vastes et plus riches que le royaume de France: « Philippe de Bourgogne trouve que Louis XI jette des regards un peu trop gourmands sur son duché…François II de Bretagne aussi d’ailleurs…D’autres puissants seigneurs s’inquiètent eux aussi, ou sont mécontents des taxes que Louis exige maintenant… » (Page 21)

 

Mise en scène: le lecteur se retrouve très vite plongé dans l’ambiance, mettant ses pas dans ceux des personnages et vivant leurs aventures avec une étonnante facilité: « Sous les arbres séculaires la nuit était maintenant devenue presque totale. Dès la sortie de Bordeaux, le chemin de Compostelle devenait tel qu’il était déjà bien des siècles auparavant. Son revêtement de dalles romaines  plus que millénaire était usé, profondément creusé par le passage d’une multitude de chariots depuis ceux des cohortes romaines se rendant à Dax ou Bayonne. Les marécages de la sortie de la ville dépassés, les pèlerins s’enfonçaient sous les arbres de l’épaisse et inquiétante forêt du Cernès qui s’étendait encore jusque-là et n’en ressortaient que pour aborder des landes désertes et sablonneuses plus au sud. » (Page 23).

L’élégance du style concerne également le décor amené par des descriptions circonstanciées sans être trop présentes, grâce à un vocabulaire judicieux, donnant un aperçu très réaliste de la configuration des lieux à l’époque de l’histoire: « Du portail où se tenait Thomas, un autre chemin, bordé lui aussi de prés ou de parcelles cultivées, la différence était difficile à faire sous la neige, menait à un hameau un peu à l’écart de la demeure du maître. Au-delà du hameau, derrière le mur ceinturant le domaine, la masse sombre de la forêt visible tout autour indiquait que les terres de Montignac formaient une immense clairière gagnée sur la forêt. » (Page 53).

L’intrigue:

bordeaux médiéval.jpg
Bordeaux médiévale

Intrigue élaborée et cohérente, enclose dans la situation politique complexe de l’Aquitaine et de sa capitale Bordeaux, dix années après la fin de la Guerre de Cent Ans: les nostalgiques de la souveraineté anglaise qui avait multiplié les chartes d’exonération de taxes afin de favoriser les échanges commerciaux, se heurtant aux fidèles du défunt roi Charles VII auxquels son fils et successeur Louis XI ne pardonne pas leur soutien indéfectible à son père, avec lequel il avait entretenu un conflit plus ou moins latent.

Un mystérieux pèlerin, âgé et souffreteux, soudain métamorphosé en fringuant chevalier rend visite à La Fréchou. Qu’est-il venu chercher? Qu’est cette pierre qui semble fortement l’intéresser? Tandis que frère Etienne, mandataire de l’abbé de Sainte-Croix, s’enquiert du neveu de Sir Ashley qui semblait avoir résolu le problème de la fabrication du verre le plus pur, le jeune homme étant le seul qui pourrait se souvenir du secret de son oncle.

route
Chemin de Compostelle

Par une nuit d’hiver, trois paysannes disparaissent dans la forêt attenante au Pontet, village appartenant à Thomas Rus, sur la route de Compostelle. Le jeune homme, mandaté par son oncle, jurat de Bordeaux et prévôt de la comté d’Ornon, mène l’enquête. Mais l’affaire est grave: les villageois du Pontet, jalousés par leurs voisins, sont accusés de sorcellerie. Thomas, aidé de son fidèle ami Paul, parviendra-t-il à conjurer les forces diaboliques, menées par le redoutable Montignac, qui ont juré sa perte?

Les personnages:

Les descriptions des personnages attestent le sens du portrait dont fait preuve Alain Bosc, peu de descriptions physiques

  • La Fréchou: la guérisseuse nous apparaît à travers le regard du vieux pèlerin qui la visite au tout début du roman: « visage sans âge, légèrement buriné par la vie au grand air, à la bouche marquée par des plis de lassitude, démentis pourtant par un regard clair et apaisé »; la femme, jeune encore, a conservé une silhouette « des plus avenantes »; dans sa jeunesse a travaillé chez un médecin anglais qui lui a appris à reconnaître et à utiliser les plantes médicinales.
  • Albert Montignac: marchand de bois, la soixantaine tonique et autoritaire; nez long et droit, profil tranchant, longs cheveux blancs et bouclés, épaules larges; s’intéresse depuis toujours à l’alchimie.
  • Frère Etienne: vicaire général de l’abbaye de Sainte-Croix; caractère ombrageux.
  • Charles Lann: neveu de Sir Ashley, seigneur anglais; chevalier à la cour du roi Edouard d’Angleterre; cheveux blonds, yeux bleu délavé.
  • Aymon Tullier: oncle de Thomas Russ, membre de la jurade de Bordeaux et prévôt de la comté d’Ornon, marchand de vin.
  • Thomas Russ: fils de la sœur d’Aymon et d’un marchand anglais exilés à Bristol; parfois capitaine de la milice mais plus souvent au service de son oncle.
  • Jean Gauriac: officier de la sénéchaussée.
  • Paula/ Paul: assistant de Thomas depuis qu’elle a fui sa Flandre natale; jeune fille débordant de vitalité, au caractère bien trempé.
  • Arnaud: maître laboureur maire du village du Pontet.
  • Père Francis: supérieur du monastère.
  • Andry Montignac: fils du seigneur Montignac; marchand de tonneaux de vin.

Les lieux:

grosse cloche
Grosse cloche

Les Loups du Pontet offre différents tableaux de la ville de Bordeaux et de ses environs au XVe siècle, donnant un aperçu de son ambiance aussi proche que possible de la réalité, pour une immersion historique dépaysante: « Bien sûr, il avait vu l’inévitable faune de tire-goussets, de vendeurs de fausses reliques assaillir les pèlerins de passage; bien sûr, les prostituées aguichaient les passants à l’entrée des ruelles…La misère était grande, hors les murailles, et les bateaux ne seraient jamais assez nombreux dans le port ni les vignobles assez vastes autour de la ville pour donner du travail à tous. » (Page 33)

« La marée remontait la Garonne bien au-delà de Bordeaux et cette grève en pente douce, sommairement pavée, était recouverte d’une boue limoneuse épaisse dans laquelle pataugeaient les journaliers affairés au chargement des nombreux bateaux. » (Page 35).

« La petite église avait son porche à deux pas de l’hôtel de ville, sous la porte monumentale où une imposante cloche appelait jurats et citoyens aux assemblées de la commune. Toute la vie religieuse des élus représentant les différentes paroisses de la ville passait par Saint-Eloi. » (Page 114).

« Empruntant l’étroite ruelle parallèle aux murailles longeant le fleuve, il traversa bientôt la place du palais de l’Ombrière…Même à marée haute,excepté lors des crues et des plus forts coefficients, il restait à cet endroit un chemin à peu près praticable le long de l’enceinte protégeant la ville d’éventuelles attaques par le fleuve. » (Page 122)

basin-of-arcachon-2447546__340
Campagne bordelaise

Et pour finir, un aperçu du village du Pontet: « Au-delà des vignes du coteau et d’un champ fraîchement labouré, le village s’étalait sur une pente légère qui descendait jusqu’au ruisseau. Chaque maison possédait son petit potager entouré de murets et les espaces libres étaient plantés de nombreux fruitiers qui devaient, l’été, fournir une ombre fraîche et reposante. » (Page 146).

En conclusion:

Une belle réussite pour ce premier volet des aventures de Thomas et Paula: de l’humour, du suspense: « Il se contraignit pourtant à attendre que la cour soit redevenue parfaitement silencieuse. Quand le froid lui fut insupportable, il déplaça silencieusement une tuile et tenta de voir s’il pouvait pénétrer dans la grange. L’obscurité y était totale…Il se tapit un moment, inquiet à l’idée qu’un serviteur ait été en train de dormir dans quelque recoin de la grange. » (Page 107), des rebondissements, beaucoup d’action.

Le +: Alain Bosc est très au fait de l’organisation complexe de la société médiévale du 15e siècle, des rivalités, des ambitions des différentes classes, des relations hiérarchiques très compartimentées. Les nombreuses précisions concernant le contexte politique, notamment la double entité des habitants de la région déchirés entre le fait d’être Anglais et/ou Gascon et les dialogues constructifs récapitulent les événements de façon claire et précise sans alourdir le récit qui reste vivant et agréable à lire. Un très bon divertissement que je vous recommande chaleureusement.

Citations:

aquitaine-28469__340
Aquitaine

« Fouetté, brûlé aux fers, les os broyés, qui n’avouerait pas avoir participé à un sabbat?Qui ne dénoncerait pas le village entier si c’était possible pour éviter de mourir brûlé vif? » (Page 40).

« …et si les paysans étaient encore convaincus de l’existence du monstre, ce n’était que pour donner un visage à leurs angoisses, une silhouette sombre, fugitive, puissante et cruelle, à la mesure des peurs créées par leur isolement et leur vulnérabilité. »(Page 57).

« Voulez-vous savoir, Messire Gauriac, ce qui m’étonne le plus chez ces pauvres gens? C’est de les voir courber l’échine devant des gens comme vous! Il faut que leur dégoût du combat pour le pouvoir soit bien grand pour qu’ils y consentent! » (Page 77).

« A lui qui avait déjà si souvent traîné ses bottes dans des ports étrangers, il apparut soudain clairement que la communauté des marchands, réunie par les sillages des bateaux creusant l’Atlantique et la Mer du nord formait une sorte de nation en elle-même, régie par des préoccupations et des règles bien au-delà de celles des états. » (Page 170)

 

Publicités

6 commentaires sur « Passion polar historique: Mystères et diableries sous Louis XI: Tome 1: Les loups du Pontet, Alain Bosc. »

  1. Effectivement, l’écriture est soignée, et, de toute évidence, Monsieur Bosc a dû faire un important travail de recherche documentaire. Rien n’est pire pour un lecteur, que de lire un roman historique qui le fait rester dans sa propre époque !
    Je note les titres, avec l’espoir d’arriver un jour à « purger » ma pile à lire ! Merci !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s